386 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 1565 Vues

Baisée sauvagement par mon oncle

J’étais étudiante et mes parents se saignaient pour me payer mes études. Pour alléger les frais, je vivais chez mon tonton.

En compensation j’effectuais les tâches ménagères de la maison. Un soir, alors que j’étais absorbée par mes cours, je n’avais pas vu passer l’heure et quand mon oncle est rentré de son travail, le dîner n’était pas prêt.

Il entrât dans une fureur que je ne connaissais pas. Il s’assit sur mon lit à mes côté et d’un ton solennelle il me dit :
« Je comprends que tu sois tout à tes études mais je croyais que dans ta situation tu respecterais notre accord ! »
« Je suis désolée tonton. J’étais absorbée par mes cours. Je te jure que ça ne se reproduira pas. »
Mais mon oncle restât sur sa position en me disant :
« Bon je pense que tu mérite une punition pour ce manquement aux règles. »
Il se mit à me regarder d’un air bizarre et, continuant son discours, il me dit :
« A ton âge, tu as déjà connu le loup ? »
Je fus surprise par sa question et hésitante, je lui répondis :
« Quelle question Tonton ? Heu oui en effet ? »
Il eut un sourire qui ne me plaisait guère et tout en posant sa main sur un de mes seins, il me dit :
« Puisque tu ne fais pas ton travail de boniche, j’ai le droit à une compensation en nature ma chérie ! »

J’étais tétanisée et ne pouvais pas m’échapper coincée contre le mur.

« Tu vas me montrer tes sous-vêtements. J’ai remarqué que t’avais des dessous sexy ma salope ! Je suis sûr que tu te fais tringler au bahut ! »

J’étais choquée par ses propos et tout en me disant ça il se mis à me malaxer le sein et à me pincer le téton. Je tentais vainement de le repousser mais il était trop fort pour moi. Me voyant réticente, Il m’envoyât une gifle en me disant :
« Tu vas te laisser faire petite salope ! »

Après quelques minutes de lutte, je capitulais et mon Oncle en profitât pour remonter mon tee-shirt en entraînant mon soutif avec. Je me retrouvais les seins à l’air devant lui.

Une fois le t-shirt enlevé, il restât un instant à admirer ma poitrine dont, d’ailleurs, j’étais fière. Il s’attaquât ensuite à mon jeans qu’il ne mit pas longtemps à enlever. Je me retrouvais en string devant le frère de ma mère.

Je connaissais bien l’issue de cet affrontement. Ma cullote suivit le chemin de mon jeans. Il m’écartât les cuisses tout en me complimentant sur ma plastique. Je tentais encore de le repousser mais très mollement. En fait, la situation commençait à me plaire car j’étais entrain de réaliser un de mes fantasme, un viol avec mon Oncle.

Tout en me maintenant fermement les cuisses écartées, il descendit son pantalon et dégageât son sexe déjà en érection. Il pris sa queue et d’un coup de rein, il me pénétrât jusqu’à la garde. Je ne pus réprimer un feulement de plaisir qui l’étonnât :
« Mais c’est que t’aime ça petite pute ! Je vais te faire gueuler de plaisir ma salope ! Je vais te la défoncer ta petite chatte et ensuite je te bourrais le cul ! »

Il se mit alors à me bourrer violemment. Ses vas et vient étaient accompagné de mes couinement de plaisir. J’aimais qu’il me prenne aussi sauvagement.
.
Puis il me retournât comme un fétu de paille et, en position de levrette, je sentis qu’il pressait son gland sur ma rosette. Une foi de plus, je refusais cette pénétration que je n’aime d’ailleurs toujours pas trop. Mais une violente claque sur les fesses me fit comprendre que je n’avais pas le choix. Il crachât sur mon petit trou en guise de lubrifiant et commençât à forcer l’entrée. Au moment où son énorme gland passe mes sphincters, je me cambrais en poussant un hurlement de bête blessée. J’avais l’impression qu’il me déchirait. Mais, inexorablement sa queue faisait son chemin dans l’étroit conduit.

Mon anus commença à se dilater et je m’habituais progressivement à cette engin qui me perforait le cul. Mais la douleur était toujours présente. Autant je jouissais quand il me prenant la chatte, autant cette foi-ci c’était la punition.

Une fois au fond de moi, Il marquât un temps d’arrêt en me disant :
« T’es vachement étroite du cul Michèle ! Je vais t’élargir ça ! »
En m’attrapant les seins, il commençât à me bourrer le cul durement. Je hurlais mais pas de plaisir. Il semblait que mes cris de douleurs décuplaient son plaisir ; il continuât son baisage en règle de longues minutes.

Puis il sortit enfin de mon cul et me prenant par les cheveux, il me dit :
«Suce salope ! Et t’as intérêt à avaler quand je vais juter ! »

Rapidement, il se mit à éjaculer dans ma bouche.

Comme il me l’avait ordonné, j’avalais sa semence. Là ça ne me posait pas de problème. C’était pas la première foi que je suçais un mec et que j’avalais. Je connaissais bien le goût du sperme et je n’en étais pas écœurée.

Satisfait, mon Oncle me dit :
« Bien maintenant tu auras cette tache supplémentaire. Tu devras me satisfaire quand je le souhaiterais et dans la maison tu resteras à poil ! À ma disposition ! Maintenant, va faire la bouffe ! »

Durant un an, je dus subir son bon vouloir et rester nue en sa présence. Ma tendance docile et soumise n’étais pas pour me déplaire et me faisait mouiller terriblement.

 

.......

A propos de l'auteur :

En famille / Hétéro / Histoire vraie / SM / Soumission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.