307 histoires érotiques et porno fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

Categorie / Histoire vraie

  • Ceci est une histoire vraie, je suis Julie j’ai presque 19 ans, et lors d’une soirée beaucoup trop arrosée mes amis vont faire de moi une salope, à travers divers jeux de plus en plus coquins et obscènes, voici la suite, le troisième et quatrième jour.

    Nous sommes donc lundi matin, il est 7h30 et je m’apprête à partir au lycée, je suis réveillée et donc prête depuis quelques heures maintenant, je pense déjà à ma soirée, au sort qu’on me réserve.
    A huit heure j’arrive au lycée, je suis redevenue la fille timide, aux yeux de tous ceux qui ignorent mon week-end.
    Les cours ce passent normalement, c’est long et je m’ennuie, mon esprit divague. A 11h30 mon téléphone vibre, je regarde c’est Cindy qui m’envoie un SMS :
    – Bonjour salope, bien remise de tes émotions ?
    – N’oublie pas d’être à l’heure ce soir !
    Un petit sourire aux lèvres je range mon téléphone dans ma poche. La matinée se passe, le midi, repas à la cantine avec quelques échanges de SMS avec certains du groupe qui me félicite. Fin de journée, je monte en voiture, il est 17h30 et je roule en direction de chez Célia et Julien.
    Moins de quinze minutes plus tard, je me gare sur leur terrain, il n’y a pas la voiture de Cindy et Sulli, ni celle de Jean, par contre Benjamin et Arnaud sont la. Et il y a une voiture que je ne connais pas. J’envoie un texto à Célia :
    – Je peux pas faire le gage, il y a du monde chez toi !
    Réponse de Célia :
    – Si tu devrais pas rentrer à poil, je t’aurais prévenue, je t’ai rien dit, tu respectes tes engagements, et tu rentre entièrement nue comme une bonne salope, dépêche toi !
    Je m’avance vers la porte d’entrée et je m’arrête devant, je commence par défaire mes lacets, et enlever mes baskets, je retire en même temps mon pantalon et ma culotte. Je respire un grand coup, puis je vire mon maillot et mon soutif, me voilà toute nue, je frappe à la porte :
    – Vas y entre salope !
    J’ouvre la porte doucement, puis j’avance dans le couloir. Personne ne peut encore me voir, et je ne vois pas non plus qui il y a, à qui appartient cette voiture?
    Mon cœur bat à cent à l’heure, les secondes passent, et me présenter nue devant une ou des personnes, sans savoir qui ça peut être me terrifie, mes amis s’impatientent :
    – Fais pas ta timide salope, viens donc montrer ta salle chatte poilue, et pour ceux qui ont une bonne, très bonne vue tes petits nichons !
    J’avance timidement en me présentant nue sans même me cacher dans le salon. Un coup d’œil puis un deuxième plus attentif, soulagement, que des visages connus dont celui de Jean qui se lève immédiatement pour venir me saisir mon sexe a pleine main :
    – Tu mouilles pas salope, tu avais peur de te montrer ?
    – C’est ma deuxième voiture, Haha !
    Célia :
    – Mick ne pourras pas venir ce soir.
    Arnaud en s’adressant à moi :
    – Tu as bouffer un peu de bitte aujourd’hui ?
    Je répond pas, mais fais non d’un signe de tête, quand Cindy et Sulli se garent, ils rentrent dans le salon et Cindy rigole en me voyant :
    – La petite salope, toujours à poil !
    Moi :
    – Toi aussi hier, tu as montré ta chatte !
    Sulli surpris :
    – Hein ?
    Cindy :
    – Oui c’est bon, c’était juste pour lui faire bouffer mon string à cette pute, toi tu lui as bien bouffer sa chatte !
    Jean :
    – Elle aussi, elle t’as bouffer ta chatte Cindy !
    Éclats de rire général , alors que Cindy fouille dans son sac et me tend une enveloppe avec écrit dessus salope ……..

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • Ceci est une histoire vraie, je suis Julie j’ai presque 19 ans et lors d’une soirée beaucoup trop arrosée, mes amis vont faire de moi une salope, à travers divers jeux de plus en plus coquins et obscènes, voici la suite du premier jour.

    Je me réveille, je suis toujours nue sur le lit de la chambre de Célia et Julien, j’ai mal à la tête et je me lève difficilement. Je me souviens de tout, j’appréhende un peu de me lever, je repense à tout ce que j’avais fait la veille. J’allais plus jamais être la même à leur yeux, j’allais être leur jouet, leur traînée, mais bizarrement j’adorais cette idée.

    Après un rapide coup d’œil, et une recherche un peu plus approfondie dans la chambre, mes vêtements ont disparus. Je m’enroule dans le drap et sort de la chambre, la maison est vide, il est 13h30 sur l’horloge du micro-onde, j’entends mes amis parler et rire dehors, je m’approche de l’entrée, je les aperçois sur le salon de jardin à enfiler des bières en mangeant quelques merguez cuite au barbecue. Je les interpelles en demandant ou sont mes fringues, Célia réagi :

    – Quoi ?

    – Tu ne dis pas bonjour ?

    Moi pas très fraîche :

    – J’ai mal au crâne….

    – Ou sont mes vêtements ?

    Jean dit en me regardant avec un sourire en coin :

    – Tu n’as pas a t’inquiéter pour ça pour l’instant, viens t’asseoir !

    Je m’approche de la table enroulée dans mon drap, Jean me tend une chaise. Assise, je suis l’objet de tous les regards, un verre d’eau m’est tendu avec un Doliprane, puis une bière avec un petit bout de papier tendu par Célia qui me dit :

    – Tiens Pamela, tu n’avais pas oubliée que tu nous doit à tous un gage a réaliser avant le week-end prochain, voici le mien !

    Je bois mon verre d’eau en avalant le cachet, prends ce petit bout de papier, je l’ouvre , je le lis sans rien dire, puis le referme. Le silence règne, tous me dévisagent, avec un léger sourire aux lèvres pour la plupart. Je saisi ma bière, la rapproche de ma bouche, mon regard croise un part un les paires d’yeux brillants braqués sur moi, d’un petit signe de tête par lequel je voulais sûrement exprimer par un « à la votre » car aucun mots n’est sorti, je bois une première gorgée difficilement , je vais pour la reposer avant de croisé le regard de Jean qui prends la parole :

    – Tu as était parfaite hier ma Juju, continue, finis ta bière !

    Encore une fois je suis bloquée, je m’exécute, et d’un trait, tant bien que mal je finis ma bière, je la repose d’un coup sec sur la table, je me lève, puis laisse tomber délicatement le draps en offrant une nouvelles fois la vue de mon corps nu. Mick et Arnaud crient en cœur :

    – Bravo Julie !…………..

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 7734 Vues

    Grosse surprise dans l’ascenseur

    Je suis mademoiselle Y, 23 ans, blonde avec de longs cheveux bouclés qui m’arrivent dans le bas du dos, assez petite 1,63m, et toute menu 43kg, avec une joli poitrine, un bon 90C qui fait se retourner les hommes, j’ai aussi un cul bien rebondi, qui fait lui aussi son effet. Aujourd’hui c’est une belle et chaude journée d’été, je suis habillé très sexy, une mini jupe avec un chemisier léger bien échancré, qui met en valeur mon décolleté, et laisse entre apercevoir la rondeur de mes seins.
    C’est le mois d’août, et les rues sont pratiquement désertes, comme mon immeuble en ce moment, c’est super calme, pratiquement tous mes voisins sont partis en vacances. En approchant de chez moi je suis loin de me douter de ce que je vais vivre.
    J’entre dans le hall de mon immeuble, il y a un homme brun, la trentaine, très grand, au moins 1,90m, avec une carrure extrêmement impressionnante, digne d’un rugbyman. Je le connais de vue, c’est monsieur Y, un de mes voisins qui habitent l’immeuble d’en face, je le vois depuis chez moi parfois, je me demande bien ce qu’il fait ici. Je me dirige vers l’ascenseur, j’appuie sur le bouton d’appel de celui ci, les portes s’ouvrent, j’entre suivi par cet homme. Je lui demande à quel étage il se rend, il me répond au quatrième. Tien bizarre, comme moi, pourtant je ne l’ai jamais rencontré ni dans mon immeuble, ni sur mon palier, et en ce moment il y a personne à mon étage. J’appuie sur le bouton numéro 4, les portes se ferment, et l’ascenseur démarre.
    A peine avons nous dépassé le deuxième étage, qu’il appuie sur le bouton qui stoppe l’appareil.
    – Qu’est ce que vous faite, ça va pas ?
    – Ça va très bien, tu vas faire tout ce que je vais te dire sans broncher et sans crier, sinon je vais être obliger de te massacrer, tu as bien compris petite salope ?
    Putain, ça va être ma fête, ce type à pas l’air de plaisanter, et vu comment il est bâti, je fais pas le poids, je crois que j’ai intérêt à lui obéir, je sais même pas ce qu’il veut……

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 1828 Vues

    Le trio pervers devient un quatuor

    Jeudi 19 Août

    Une idée m’est venue le soir, après avoir quitté les filles, j’ai aussitôt appelé Kate pour lui en parler. Elle m’a d’abord dit qu’elle avait aimé cette journée, bien qu’elle est pas trop apprécié qu’il y est eu ce couple, elle préférerait que cela se passe entre nous, sans des personnes étrangères dans l’appartement. Je lui répond que c’était un fantasme de Roxane, qui voulait être exhiber et soumise devant un couple d’âge mûr, c’est pour cela que je l’ai organiser avec ce couple, mais que maintenant ils ne participeront plus, puisque cela ne lui plaît pas.
    Je lui rappelle qu’elle m’avait parlé avec Roxane d’une copine à elle exclusivement lesbienne, je lui demande si elle pourrait participer avec nous, bien sur que si elles sont toutes d’accord, je ne la toucherai pas. Elle me répond que cette copine sera partante dans ces conditions, et qu’elle préfère cette copine qui s’appelle Mandy, à ce couple, elles ont l’habitude de faire des coquineries toutes les trois ensemble, Mandy servant souvent de photographe.
    Je lui explique mon idée pour le lendemain, elles devront se rendre toutes les trois au parc ou nous avons nos habitudes, et m’attendre à l’endroit ou l’on a rencontré le couple. Elle devront porter une tenue sexy qui devra ressembler le plus possible aux tenues des écolières japonaises, ou du moins dans le même esprit. Je lui demande aussi si elle a chez elle, quelques accessoires dont je vais avoir besoin, j’apporterai le reste, finalement elle a presque tout ce qu’il faut, bien sur pour ces accessoires, elle ne devra pas en parler aux deux autres filles. Quelques temps plus tard je reçois un SMS de Kate me confirmant que Mandy est partante pour cette aventures.
    Donc le lendemain à l’heure convenu je me rend au parc, les filles m’attendent sur un banc comme prévu. Elles portes toutes des chaussures noires plates, avec des soquettes noires, une mini jupe noire, plus ou moins plissée suivant les filles, et un chemisier blanc qui laisse apercevoir leur tétons, car elles ne portent pas de soutien gorge, les petites coquines. Je ne leur avais pas demandé de ne pas mettre de soutien gorge, elles ont du décider cela entre elles. Je m’approche, Kate fait les présentations pour Mandy, c’est une fille ravissante, qui ressemble beaucoup au deux autres, blonde, menu, dix neuf ans d’après ce qu’elles m’avaient dit, mais qui fait très jeune, vraiment gamine, avec des yeux marrons clair très coquins, mais elle aime que les femmes, et si elle participe parfois aux coquineries des deux autres filles avec le mec de Kate, elle ne se laisse pas toucher par lui.
    Je leurs explique qu’aujourd’hui je serai leur professeur, et elles mes élèves, d’où leur tenue du jour, cela va être l’école des petites salopes, avec des travaux pratiques, bien sur pour Mandy se sera exclusivement lesbien, pour les deux autres se sera bi. Je vais aussi les filmer et les photographier quand se sera exclusivement entre lesbiennes, quand je participerai aux jeux bi, ce sera Mandy qui nous photographiera ou filmera…………….

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 1890 Vues

    Le trio pervers fait la connaissance d’un couple libertin

    Jeudi 18 Août

    Le lendemain matin les filles me contactent, elles ont envie de passer l’après midi avec moi, je leur donne rendez vous dans un parc public de la ville. Je précise que Roxane devra être habillé très sexy comme la veille, avec une jupe super courte. A l’heure convenue je me rend dans ce parc, j’ai avec moi un sac dans lequel j’ai mis quelques accessoires pour faire une surprise à Roxane. Comme la veille il fait très beau et chaud, il y a un peu de monde dans le parc, surtout des couples sans enfants, et quelques bandes de copains et copines, c’est parfait pour ce que j’ai en tête, les filles m’attendent à l’endroit convenu. Roxane se jette à mon cou, et veux m’embrasser sur la bouche, j’ai du mal à calmer son ardeur :

    – Chut pas sur la bouche en public !

    Je lui donne un bisous sage sur la joue, ainsi qu’à Kate.

    – Roxane tu m’as l’air bien excité déjà !

    – Oh oui Monsieur, j’ai hâte de m’amuser avec vous, il y a quoi dans votre sac ?

    – Tu le verras tout à l’heure quand on sera à l’appartement, des petites surprises pour toi, pour bien s’amuser tous les trois !

    – Je vois que tu as suivi mes consignes, et que tu porte une jupe encore plus courte qu’hier, c’est très bien, plus court c’est pas possible, elle est parfaite, tout comme toi ma délicieuse petite salope !

    Roxane à ces mots ne se tien plus, elle frétille littéralement, vraiment elle est déjà très excitée, cela promet. Je les conduis dans un coin du parc ou il n’y a pas d’enfant, et pas trop de monde, il y a des bancs de libre, dont plusieurs qui se font face, je dis à Roxane de s’installer sur un banc, moi et Kate on s’installe sur un autre en face, légèrement décalé, on laisse le banc en face d’elle libre. Je prends mon téléphone et j’envoie un texto à Roxane :

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - pepere-perver - 3189 Vues

    Pepere Perver et sa jeune femme

    Je travaillais avant ma retraite, pour un grand groupe international et à ce titre j’ai voyagé et travaillé partout sur la planète mais surtout le continent Africain et l’Asie. Il y a presque 25 ans, j’étais installé au Togo avec ma femme de l’époque. Notre couple n’allait pas bien fort pour diverses raisons dont nos incessants déménagements en moyenne tous les 2 ou 3 ans. Liliane ma moitié était intenable et elle finit par rentrer à Paris à la fin de la première année. On s’étaient mariés une quinzaine d’année avant cette période. A force de se promener dans le monde, on finit par perdre de vue le couple. Libres et libertins nous avions pourtant passé des moments magnifiques mais faire et défaire les valises était désormais au dessus de ses f***es, et moi je n’ai pas compris que c’était le boulot qui nous bouffait la vie. Elle me laissa […]

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - Mister Alex - 3495 Vues

    Histoire vraie – 13/07/2011

    je m’étais tapé une bonne branlette dans l’après-midi afin de ne pas être tenté de la baiser ce soir… trop de sexe ces temps-ci, avec une envie de ralentir (un peu) notre boulimie copulatoire. Je suis donc arrivé dans la chambre le soir les couilles vidées après avoir maté une vidéo cochonne bien salace où une superbe fille se faisait défoncer les trous par plusieurs hommes particulièrement bien montés. Elle lisait un livre allongée sur le côté, avec pour seul habit une petite nuisette translucide au motif léopard qui avait bien du mal à cacher sa chatte et la raie de son cul. Je me retrouvais donc face à sa moule et à son trou du cul offerts. Ses lèvres intimes luisaient légèrement, trahissant son excitation. A ce spectacle magnifique, ma bite s’est instantanément mise au garde à vous, et j’ai commencé à lui lécher sa belle chatte baveuse, à […]

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 10064 Vues

    En covoiturage avec le père de ma meilleure amie

    J’ai entretenu une correspondance érotique, et je dirais même extrêmement cochonne, avec une jeune femme, pendant quelque temps, elle m’a inspiré une histoire, et à notre grand regret à tous les deux, elle a mis fin à cette correspondance à cause de son copain, qui la voyait plutôt d’un mauvais œil.
    Nous ne faisions rien de mal, pourtant, nous nous excitions mutuellement, et nous fantasmions ensemble, il y a pas de mal à se faire du bien, et à en faire aux autres, tout ceci était purement virtuel…
    Après quelques mois sans nouvelles d’elle, j’ai reçu ce mail, que je vous fais partager, j’ai juste rectifié l’orthographe, très peu, cette fille écrit très bien, et aussi la tournure de quelques phrases, et l’ajout de quelques précisions.
    Le voici, je vous laisse déguster sa prose, j’ignore si son récit est véridique, ou fantasmé….
    Mais connaissant la personne, je crois vraiment que c’est une histoire vrai.

    Mon cher See You, que le goût de votre bite me manque!
    Ainsi que votre poigne si ferme sur ma tête, pendant que je vous pompais profondément, mes lèvres et mon nez pressés contre vos poils, votre peau… cette odeur qui m’enivrait.
    Déjà que je pense à vous quotidiennement, que chaque homme mûr que je croise fait palpiter ma chatte, et me donne envie d’écarter mes cuisses immédiatement, mais depuis que vous avez écrit votre histoire, que je vous ai inspiré, celle de la nièce obsédée du sexe et de son vieux tonton, c’est encore pire !
    Je dois bien reconnaître que de tous vos écrits, c’est celui ci qui est mon préféré, cette nièce me correspond tellement, et j’ai tellement envie de vous!
    Il m’a tellement excitée, que j’ai commis une folie ce week-end.

    Ma plus ancienne amie, une copine depuis la maternelle, fêtait son anniversaire en petit comité. Juste la famille et les amis les plus proches. Comme son père n’habite pas loin de chez moi, nous avions décidé de faire la route ensemble, histoire de partager le volant, à défaut des frais, qu’il tenait à prendre en charge intégralement.
    Il n’avait pas non plus voulu mettre d’annonce de covoiturage, prétextant qu’il ne voulait pas s’imposer un horaire d’arrivée. Quand je lui ai dit qu’il aurait pu compter large, j’ai bien vu que ce n’était qu’un simple prétexte, mais je me suis dit qu’il avait juste envie d’être tranquille……….

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - Mister Alex - 2475 Vues

    Le chocolat

    Nue, elle s’allongea sur le dos en écartant largement ses douces cuisses.
    La pointe de ses seins lourds étaient durs et tendus. Des reflets humides apparaissaient sur ses lèvres intimes excitées par les caresses profondes de son homme. Il s’approcha, un carré de chocolat à la main, et posa tout d’abord quelques baisers tendres et léger, quelques caresses effleurées sur le sexe enflé de désir de la femme. Elle gémit de plaisir et fit doucement aller et venir son cul pour l’encourager à plus d’ardeur. Elle était folle de désir, folle d’envie de sentir son homme au plus profond d’elle, dans un mélange des corps et des âmes qui les rendait « uns » le temps de leurs ébats. Sans se presser, l’homme écarta d’un geste lent et précis les grandes lèvres un peu collées par des sécrétions pour introduire la moitié du carré de chocolat. Au contact du sexe brûlant, elle poussa […]

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 15997 Vues

    Comment mes amis on fait de moi Julie une salope

    Ceci est une histoire vraie, tout ce que je m’apprête à vous raconter m’est réellement arrivé.
    Je me présente, je m’appelle Julie j’ai 28 ans, je suis blonde avec des reflets châtains, je mesure un mètre soixante dix, je suis très mince et j’ai une toute petite poitrine de jeune fille, un tout petit 85b, et avec pour autre particularité d’avoir une foufoune très poilue.
    A l’époque des faits que je m’apprête à partager avec vous, j’allais sur mes 19 ans et je pesais à peine cinquante kilos, et ma foufoune était encore plus poilue qu’aujourd’hui, je n’étais pas le genre de fille à s’épiler ou se raser à cet endroit là, je trouvais ça moche.
    C’était des années remplies de joie, j’étais dans un lycée professionnel de la Nièvre ou j’étais en alternance, entre les cours et le travail, dans un magasin de meubles et d’électroménager. J’étais célibataire, j’avais bien connu quelques petits amours de quelques mois, mais rien de sérieux. Même si comme toutes les filles de mon âge j’avais déjà eu plusieurs rapports, je n’étais pas spécialement friande de sexe. Je prenais rarement mon pied avec mes petits copains, quelques orgasmes rapides, mais rien qui aurait pu me faire aimer autant le sexe, que je l’aime aujourd’hui.
    Je vivais dans un petit studio depuis quelques mois, c’était pas le grand luxe, mais j’aimais beaucoup mon petit chez moi, en plein centre ville, au dernière étage d’un vieil immeuble, et j’étais fière d’avoir mon indépendance. Seul point négatif un voisin légèrement casse pied à l’étage inférieur qui ne supportait pas le moindre bruit, pas toujours facile à gérer quand on est jeune et que l’on reçoit des amis.
    Heureusement j’avais ma meilleure amie, Célia, qui vivait en couple dans une maison à la campagne avec un joli terrain. Célia a 21 ans, elle mesure un mètre soixante pas plus, et pèse environ 80kg, le genre de nana très grande gueule, mais très grand cœur, la fille que rien n’arrête, sûrement pas l’alcool ou un petit joint, toujours entrain de faire la fête.
    Les soirées barbecue ce multipliaient chez elle, au fur et à mesure que l’été se rapprochait. J’avais quelques copines aussi au lycée, et aussi des copains, mais la plupart de mes soirées se passait chez Célia et Julien, et leur cercle d’amis.

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 6265 Vues

    Aurélie est prête à tout pour obtenir un CDI

    Aurélie après s’être fait dépuceler, et obtenue son CAP, recherche un premier emploi, elle est prête à tout pour obtenir un CDI, un patron salop, va en profiter.

    Je vous rappelle, que comme pour ma précédente histoire, celle de mon dépucelage, ce sont des histoires vraies, tout ce que je vous raconte, m’est réellement arrivé, certains lecteurs en doutant, je tenais à faire cette petite mise au point.

    Mon CAP en poche, je n’ai pas pu rester chez Marie et Pierre, chez qui j’ai fait mon stage pour mon CAP, et avec qui, j’étais si bien, à tel point que c’est eux deux qui mon dépucelée, voir le récit dans ma précédente histoire. Ils avaient pas besoin d’une employé, sinon ils m’auraient gardé, c’était dommage parce que le boulot chez eux me plaisait bien, et que j’adorai baiser avec eux.

    Je suis resté trois mois au chômage avant de trouver un travail, pendant cette période je me masturbais tout les jours, deux fois par jour, vu que j’étais en manque de sexe. Le matin au réveil, je prenais le vibromasseur que m’a offert Marie en cadeau quand je suis parti de chez eux, et je me masturbais le clitoris avec, à toute vitesse en le mettant au maximum, je me faisais jouir en cinq minutes. Et je remettais ça le soir, mais là en prenant mon temps, le vibromasseur au mini, je commençai par me branler le minou en le faisant glisser doucement dedans, et en me caressant la poitrine, et après quand je commençai à me sentir bien chaude, je me touchai le clito en gardant le vibro dans mon minou, ou bien en me le fourrant dans le cul, il faut dire que j’étais devenu une sacré cochonne, Marie et Pierre avaient su me rendre très salope. Ma mère comprenait pas pourquoi j’avais souvent besoin de piles, je lui disais que c’était pour mon lecteur CD.

    Au bout de trois mois j’ai fini par trouver du travail dans un magasin de chaussures. Dès le début de ma période d’essai, mon patron a exigé que je soit en jupe ou en robe, je ne devais jamais mettre de pantalon ou de legging. Un jour j’avais mi une robe un peu longue, juste au dessous du genou, il m’a dit que ça allait pas, et qu’il fallait qu’on voit mes genoux. Après deux ou trois semaines, il a commencé à me toucher les fesses. La première fois, je l’ai repoussé, mais il a recommencé. En fait ça m’excitait qu’il me pelote…….

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 6316 Vues

    Aurélie perd son pucelage avec ses patrons

    Je m’appelle Aurélie, je vais vous raconter comment j’ai perdu mon pucelage avec un couple de patrons, pendant mon stage chez eux.
    J’ai aujourd’hui trente ans, je suis plutôt du genre discrète, j’ai pas envie de passer pour une salope, alors que dans l’intimité je me lâche totalement, je deviens une vrai coquine très cochonne. Je suis bisexuelle, même si je préfère quand même les hommes, c’est avec eux que j’ai le plus d’envies de sexe.
    J’ai souhaité vous raconter comment j’ai perdu mon pucelage, avec le couple de patrons que j’avais à l’époque, et qui sont à l’origine de se que je suis devenu depuis.
    J’étais une jeune blondinette de dix-sept ans et demi, assez jolie. Je préparai un CAP de vendeuse sur deux ans. La première année se passait seulement au Lycée. Pour la deuxième année, on devait faire six mois de stage, avec une semaine par mois au lycée, et trois semaine chez des patrons. Ce stage commençait début janvier, pour se terminer fin juin, le mois de mon anniversaire, de mes 18 ans, et du passage de l’examen de mon CAP.
    J’ai fini par trouver une boutique de vêtements et lingerie tenue par un couple extrêmement sympa, Pierre et Marie, qui devait avoir entre trente cinq et quarante ans, et qui ont accepter de me prendre avec eux pour me former au métier de vendeuse…..

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - See You - 8505 Vues

    Emy soumise à son vieux PDG fait de nouvelles découvertes

    Dans la première partie de l’histoire Emy est contrainte de devenir la soumise et l’objet sexuel de son vieux PDG. Dans cette suite elle va découvrir sa vrai nature, la femme extrêmement coquine, voir très salope cachée en elle, et aussi peut être l’amour.
    Le mardi matin je me réveille en même temps que mon copain.
    J’ai mal dormi, le soir mon copain à voulu me faire l’amour, ça ne c’est pas bien passé du tout.
    J’ai trouvé qu’il s’y prenait très mal avec moi, je n’ai pas réussi à jouir, je lui en ai parlé, il l’a très mal pris, il m’a même accusé d’avoir un amant, ce qui ai pas vraiment faut, vu que mon vieux PDG s’occupe de mon corps, et il s’en occupe même très bien.
    Bien sur je n’ai rien dit à mon copain à son sujet, mais je crois qu’il se doute de quelque chose.
    Heureusement il part au travail bien avant moi, ce qui me laisse le temps de me préparer.
    Je commence par me vider le cul aux wc, il faut que je fasse de la place pour le nouveau jouet imposé par ce vieux vicieux, et aussi pour sa queue qui je n’en doute pas viendra me pénétrer, j’en ai des frissons rien que d’y penser.
    Je sors le Rosebud de mon sac, et me dirige vers la salle de bain, je fais ma toilette, je prends soins de bien mettre du gel lubrifiant sur le bout du Rosebud, je m’accroupis, frotte le gros bout rond sur mon anus, et je force pour le faire entrer, j’ai beaucoup de mal à le faire passer, je me souviens de se que m’a dit le vieux PDG, il faut que je me détende, je respire calmement, je pense à ce que ce vieux croûton m’a fait hier, et miracle il entre.
    Je sens même ma petite chatte serrée devenir humide, je m’amuse à le faire bouger un peu dans mon petit trou, je trouve que la sensation est bonne, j’aime bien.
    Je m’habille sexy et avec un string, comme le vieux me la demandé, et je part pour mon bureau.

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - Patrick - 3305 Vues

    Le photographe sa femme et moi

    LE PHOTOGRAPHE ET SA FEMME

    Ce texte est le résumé des conversations que j’ai eu avec Adam, ainsi que notre rencontre un peu plus tard. Je corresponds avec plaisir actuellement avec plusieurs de mes lecteurs et lectrices. C’est enrichissant et plaisant. Je suis ouvert à leurs avis et remontrances ou plus certaines fois.

    Bonjour, je vais vous conter une histoire.
    Je me présente, Adam, photographe de métier, et j’adore prendre ma femme en photo.
    Je suis marié à Ève (prénoms d’empreints).
    Nous sommes naturistes et adorons vivre nus dès que cela est possible.
    Nous pouvons y voir de belles femmes et des hommes parfois très, très bien membrés ! Ils ont l’air d’être très heureux avec ces grosses et longues queues qui pendent bien entre leurs jambes.

    J’aime bien aussi regarder des vidéos sur Rabbit Finder et je suis tombé sur un spécimen super. J’adore les vidéos de Patrick mais je ne sais pas si c’est son […]

    Lire voir la suite de l'histoire porno
  • - cplfemmeofferte - 35009 Vues

    Histoire vraie – Ma femme offerte à la chaine dans un club

    Ma femme et moi formons depuis 7 ans un couple dont les règles de fonctionnement ont été expliquées avant même notre première rencontre sur internet. (Voir le récit). Elle est régulièrement partagée et offerte selon ma volonté. Son statut de soumise lui interdit de refuser ceux et celles que je lui destine. Je partage avec vous des moments de notre vie.

    ——————

    A cette époque, environ 2 ans après notre rencontre, j’avais déjà partagé ma femme avec une trentaine d’hommes différents, mais toujours en trio HHF. Je recherchais depuis quelques temps un petit groupe d’hommes sur internet pour l’offrir à un plus grand nombre à la fois. L’idée de la voir prise par tous les orifices en même temps me séduisait beaucoup. Je l’imaginais assaillie, au service de plusieurs membres, source de jouissance, recouverte de sperme comme un simple objet de plaisir. Vulgairement je voulais qu’elle ne soit qu’un simple vide-couilles !

    Mais il n’est […]

    Lire voir la suite de l'histoire porno