307 histoires érotiques et porno fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- See You - 1113 Vues

La rencontre

Correspondance érotique épisode 2

La rencontre

La correspondance érotique continue avec mon inconnue (voir l’épisode 1), nous avons écrit cette nouvelle histoire, nos échanges deviennent très porno. Nous les appellerons Lui et Elle pour la compréhension de l’histoire :

Elle
Je faisais tranquillement les boutiques quand nos regards se sont croisés.
J’ai reçu une décharge électrique face à vos yeux bleus et votre sourire charmeur. Je n’ai pu m’empêcher de vous suivre des yeux. Je ne pouvais pas vous laisser partir ainsi. Cette délicieuse sensation devait être suivie d’une rencontre.
Vous vous êtes assis à la terrasse d’un café. Je n’ai pas hésité une seconde, je me suis assise à une autre table face à vous.
Avec vos lunettes de soleil, impossible de savoir si vous m’aviez remarquée.
Je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai commencé à m’agiter sur mon siège, croisant et décroisant mes jambes gainées de bas noirs. Sans en avoir l’air j’ai remonté ma jupe, espérant attirer votre attention. J’écartais les cuisses afin de vous laisser imaginer ce que ma petite culotte pouvait cacher.
Comme je l’espérais mon petit manège à attiré votre attention. Vous avez retiré vos lunettes , et vous m’avez regardé sans aucune gêne.
La situation m’excitait terriblement et je commençais à me sentir humide.
A ce moment là, avec un sourire ravageur, vous m’avez dit :  » c’est dommage, vous devriez l’enlever… ».
Je me suis levée et suis allée aux toilettes. J’ai retiré ma culotte, déjà trempée. J’ai ai profité pour me caresser, le clitoris déjà gonflé d’excitation.
Je suis revenu m’assoir à ma table, bien décidée à vous offrir le spectacle de mon intimité.
Quelle déception! A votre table, une femme avait pris place…

Lui
Vous revenez à votre table, mais je vois bien que cela vous contrarie que je sois avec une femme.
Vous vous rasseyez et je vous fait comprendre avec mon regard insistant que j’aimerai vérifier si vous avez fait ce que je vous avait demandé.
Cela à l’air de vous rassurer et vous reprenez votre manège, jupe remonté vous écartez vos jambes pour me montrer votre intimité.
je vous souri et je demande à la femme qui m’accompagne si le spectacle lui plaît autant qu’à moi.
Elle le trouve ravissant et vous invite à nous rejoindre à notre table.
Vous vous installez entre nous deux, nous nous présentons, je vous explique que c’est une amie qui m’accompagne, nous commandons quelques boissons.
Je glisse ma main sous votre jupe et remonte délicatement le long de votre cuisse, vous vous laissez faire, j’arrive à votre intimité vous écartez vos jambes, et mes doigts caressent votre fente toute humide, je vous dit : « je crois que je vous fais de l’effet ».
Mon amie à son tour veux vérifier et sa main rejoint la mienne, vous avez un sursaut, mais vous laissez faire.
Elle dit oui tu as raison, c’est bien accueillant, vous savez je suis bi, cela m’excite de vous toucher.
A votre tour venez passez votre main pour voir si je porte une culotte.

Elle
Je réalise à ce moment là la situation. Je ne me suis jamais conduite comme cela et je ne suis absolument pas bi.
Pourtant, cette main de femme sur ma chatte me trouble terriblement. Et la votre m’excite encore plus. Sans vraiment réfléchir, je tends une main vers les cuisses de votre amie. Je sens sa peau douce sous mes doigts, je remonte pour découvrir son sexe nu. Mon cœur s’affole et mon corps devient chaud. Je ne peux me résoudre à retirer ma main. Mes doigts, timidement découvre une intimité féminine pour la première fois.
Une main entre mes cuisses, vous ne perdez pas une miette du spectacle.
Mais vous n’êtes pas le seul , à quelques tables de nous, un homme s’est rendu compte de ce qu’il se passait et ne nous quitte pas des yeux.
J ai bien fait de m’asseoir entre vous. De ma main libre, je caresse votre entrejambe, la bosse que je caresse me laisse rêveuse. J’ai très envie de glisser ma main dans votre pantalon. Mais ma raison me rappelle à l’ordre. Pas ici, pas devant cet homme.
Pourtant je n’arrive pas à me détacher de vos sexes…
Le mien est en feu, je suis trempée d’excitation. Je contracte régulièrement mon vagin signe d’une grande excitation. Votre main se fait plus précise sous ma jupe et vous caressez mon clitoris gonflé de désir.
De nouveau ma raison s’impose.
D une voix rauque, je vous dis que je ne suis pas bi mais que je suis prête à vous suivre vous et votre amie…

Lui
Mon amie propose que nous allions chez elle, vous acceptez en me regardant comme une petite fille devant un magasin de confiseries.
Nous arrivons chez mon amie qui n’a pas froid aux yeux, elle se déshabille en nous proposant de faire de même.
Je m’exécute, vous vous hésitez, mais en me voyant nu vous faites de même tout en lorgnant ma queue avec gourmandise.
Vous avez une paire de seins imposante que je m’empresse de tâter et d’embrasser, vous vous baissez pour attraper mon membre avec votre bouche, je m’allonge pour que cela soit plus confortable, vous vous mettez à quatre pattes pour vous occuper de mon membre tendu vers vous.
Occupée comme vous l’êtes vous ne vous apercevez pas que vous offrez votre croupe, une vue magnifique à laquelle mon amie ne peut pas résister, elle se précipite sous vous pour vous lécher le minou, vous sursautez…

Elle
Absorbée à sucer votre belle queue, je ne peux retenir un sursaut quand je sens votre amie entre mes cuisses.
C’est une grande première pour moi et cela me plaît beaucoup.
J’ai du mal à continuer à m’occuper de votre membre dur, tant la langue experte de votre amie me donne du plaisir. Elle n’hésite pas à enfoncer sa langue dans mon vagin, puis à me lécher le clitoris avec application. Ses mains s’agrippent sur mes fesses qu(elle caresse. Sa langue s’aventure parfois entre mes fesses et titille délicieusement mon œillet timide.
Je bouge mon bassin et gémit de plaisir.
Il me semble que votre sexe grossit et durcit en même temps que monte mon plaisir.
Ses doigts se font curieux et s’enfoncent dans ma grotte que j’imagine luisante et dégoulinante de ma cyprine.
Votre amie, décidément très douée, commence un mouvement de va et vient dans mon vagin, tout en continuant à me sucer mon clitoris que je sens énorme.
C’est alors qu’elle vient vous embrasser à pleine bouche pour vous faire goûter mon jus…

Lui
Je suis surpris par la manœuvre de mon amie, mais finalement elle sait si bien jouer de sa bouche et de sa langue que j’y prend goût.
Vous aussi jouez très bien de votre bouche et de votre langue sur mon membre que je sens se tendre au maximum, vos actions combinées m’amène au bord de l’éjaculation.
Je décide de faire une pause, pour laisser redescendre un peu mon excitation.
Je vous demande de vous allonger en écartant vos cuisse, vous vous exécutez m’offrant à la vue votre sexe sublime trempé, votre clitoris gonflé et tendu, offerte, je ne peu résister à venir le déguster.
Pendant que ma bouche et ma langue se promène sur votre vulve, mon amie vient s’accroupir sur votre bouche et vous vous mettez à déguster son minou également.
Je prends délicatement votre clitoris dans mes lèvres, je l’aspire dans un va et viens vous rendant se que vous m’avez procurez au par avant, je vous entends gémir toutes les deux, mes mains se promènent sur vos gros seins et vos tétons tous en continuant avec ma bouche.
Vous m’inondez de votre cyprine, je continue mes occupations, vous ondulez de plus en plus, je sens votre clitoris devenir de plus en plus dur, votre vagin se contracte en vagues de plus en plus rapprochées, vos gémissements et ceux de mon amie sont de plus en plus intense.
D’un coup je sens votre corps se contracter violemment, et dans un râle vous jouissez simultanément avec mon amie en m’envoyant une giclée en pleine figure, hummm que cela est bon.

Elle
Je suis étonnée… C’est la première fois de ma vie que je suce une femme et elle a joui sous ma langue et mes doigts.
Et je me sens tellement bien d’avoir joui grâce à vous.
Sans nous concerter, votre amie et moi décidons de reprendre les choses en main et avons la même idée : sucer votre membre qui n’attend que ça.
Nous nous penchons vers lui, et du bout de nos langues nous titillons votre gland. Je me délecte de vos gouttelettes et gourmande, je m’applique. De son côté votre amie, passe sa langue sur votre queue et descend jusqu’à vos couilles. Vous gémissez et je me demande si vous avez déjà eu droit à un tel traitement.
Votre amie, cherche parfois ma langue et nous nous embrassons, nos bouches se succèdent dans un mouvement de va et vient sur votre bite prête à exploser.
De mon côté, je suis tellement excitée que ma cyprine coule le long de mes cuisses. Je ne peux m’empêcher de me caresser…
Votre amie, décidément très experte, me demande de venir m’empaler sur votre bite.
Je m’exécute et m’assois sur vous en tournant le dos. Votre amie, à genoux devant nous, commence alors à sucer nos deux sexes…

Lui
J’ai la vue sur votre croupe qui s’agite sur mon sexe, je voie mon membre qui coulisse dans votre vagin, un spectacle vraiment splendide, fascinant et très excitant.
J’en ai mal tellement je bande, je sens la langue de mon amie qui joue sur nos deux sexes, je voie votre cyprine qui coule sur mon sexe et se répand sur mes couilles.
Vous accélérez le mouvement, votre vagin se contracte en série de vague de plus en plus forte et rapide dans un bruit de succion, j’ai beaucoup de mal à résister, j’essaye de retenir ma jouissance, je voudrai jouir en même temps que vous, heureusement pour moi vous atteignez l’orgasme libérateur, et à mon tour je joui en vous envoyant de grands jets de sperme au fond de votre vagin.
Dans un souffle vous me dites quelle puissance, c’est la première fois que je ressent une éjaculation avec autant de force.
Vous vous soulevez pour libérer mon membre, mais mon amie vous arête au moment ou vous libérez mon gland dans une avalanche de sperme mélangé à votre cyprine.
Celle ci se jette goulûment sur mon gland pour le sucer à tour de rôle avec votre sexe jusqu’à ce que mon membre soit à peut près propre.
Elle me dit zut il s’est ramolli, j’en ai pas profité c’est pas grave j’ai une idée.
Elle se lève, va fouiller dans un tiroir et revient avec un gode long bizarre à deux bouts en forme de bite.
Elle vous fait assoir en face d’elle légèrement penchée en arrière et vous enfile un bout dans votre vagin, il rentre sans forcer après ce qu’il vient de subir, elle s’enfile l’autre bout dans son sexe et viens en butée contre le votre…..

Elle
Je n’ai jamais ressenti cela, je me sens comblée, je me suis sentie « entière » avec votre queue en moi.
J ai honte de me l’avouer mais je suis contente que votre amie n’y ait pas eu droit. Je me sens privilégiée.
Maintenant, face à elle, son double gode en nous, nous essayons de retrouver le même plaisir. Ses seins magnifiques captivent mon regard, mais mon esprit est resté sur votre bite et ce qu’elle m’a donné.
Votre amie ondule son bassin, et gémit. .. L’entendre réveille mon excitation, je vous demande d’approcher, j’ai trop envie de vous branler. Pourtant vous refusez, et de votre main vous commencez à vous caresser en me regardant droit dans les yeux…
Vous me rendez dingue et vous le savez. Vous approchez de mon visage, je veux vous sucer mais vous vous dérobez. Ce petit jeu m’exaspère et m’excite à la fois. De votre main libre, vous me caressez le clitoris. Votre amie s’agite de plus en plus, je comprends qu’elle va jouir avant moi et je réalise que je n’ai pas envie de voir votre queue la prendre. Je ne vous veux qu’à moi, égoïstement. Vos doigts titillent mon clitoris gonflé, nous n’arrivons pas à nous quitter des yeux.
Dans un cri votre amie atteint la jouissance…

Lui
J’adore regarder vos yeux qui m’implorent, ils réclament ma bite, mais je ne veux pas vous la donner tout de suite, j’ai d’autres projets pour vous.
Mon amie atteint la jouissance mais pas vous, je continue à vous caresser le clitoris mais vous avez trop envie de mon membre.
Je dis à mon amie, je crois qu’elle a besoin de quelle que chose de plus fort.
Je pense qu’une double pénétration lui ferrait le plus grand bien, vous me regardez avec un air bizarre.
Je m’allonge sur le dos, vous venez à califourchon sur ma bite, je vous serre contre moi, vos seins contre ma poitrine.
A ce moment précis je dis à mon amie vas y maintenant, et elle vous enfonce dans le vagin le bout de son gode, vous voila avec mon membre plus le gode en vous, la surprise passée je vois dans vos yeux votre plaisir augmenter, et je sens votre vagin qui s’active sous le double effet du gode et de ma bite.
La pression qu’exerce le gode contre mon membre m’excite terriblement et je rebande très dur, vous le sentez et activez le mouvement en gémissant, vos seins battent contre mon torse, je relâche mes bras qui vous tenaient prisonnière, vous vous redressez légèrement et vous partez dans une chevauchée endiablée, je ne peux plus rien contrôler, vous criez votre plaisir, vous jouissez à n’en plus finir, puis soudain vous vous effondrez épuisée.
Zut j’ai pas jouis, je demande à mon ami, tu as toujours ton gode ceinture?
Elle me répond que oui et vas le chercher, elle revient, enfile cet instrument, et demande, c’est pour qui?
Pour moi dis-je, j’ai pas jouis et j’ai besoin de quelle que chose de plus fort, mais vous allez participer toutes les deux.
Je vous demande de vous pliez en deux le plus possible, et j’approche ma bite de votre anus, vous êtes tellement trempée qu’elle n’a aucun mal à vous pénétrer.
Je vous demande de ne pas bouger, et à son tour mon amie me sodomise, moi aussi je suis trempé de vos jus et elle me pénètre facilement.
A chaque fois que je m’éloigne de vous je m’empale profondément sur le gode, puis je m’enfonce en vous à nouveau, j’apprécie ce vas et vient, il me procure un plaisir fou, cette sensation du gode sur mon anus m’excite terriblement, ma verge est devenu très dure, elle est tendu au maximum.
Vous vous avez l’air de beaucoup moins apprécier la chose, vous ne dites rien mais je le ressent.
Je demande à mon amie d’arrêter, et je vous libère de mon étreinte.
A ce moment la mon amie dit :« je suis en manque, personne m’a pénétrée, mes trous aimeraient bien être visités ».
Vous enfilez le gode ceinture, celui ci a un petit gode qui entre dans votre vagin et un dispositif qui appuie sur votre clitoris.

Elle
J ai d’abord pensé à m’occuper de votre amie. Puis je me suis dit que j’étais bien égoïste.
Je lui ai donc demandé de se mettre dans la même position que moi tout à l’heure et je vous ai demandé de la pénétrer comme vous l’aviez fait pour moi.
Vous me regardez d’un air interrogateur mais vous ne vous faites pas prier…
Vous n’hésitez pas et enfoncez votre bite énorme dans le superbe cul de votre amie. A l’évidence ce n’est pas une première pour vous.
Juste derrière vous, je remplace votre amie et malgré mon manque d expérience,  je vous enfile le gode dans votre anus déjà dilaté.  Vous gémissez de plaisir. Le gode titille mon clitoris tout en fouillant mon vagin.
A partir de là, complètement excitée par la situation je commence de longs va et vient.  J’admire votre cul et vous adaptez vos mouvements aux miens.
Votre amie s’agite de plus en plus et je sens que ses gémissements vont s’amplifier.
Pour vous c’est la même chose, vous dites que : « jamais vous ne vous êtes fait enculer de la sorte et que vous aimez ça ».
J’accélère mes mouvements et suis étonnée de voir le gode entrer si facilement et si profondément.
Quant à moi, entre le plaisir de vous enculer et les sensations du gode en moi, je sens que la jouissance n’est pas loin.
Mais ce que je voudrais c’est que nous atteignons l’orgasme en même temps..
Nous ne parlons plus. Seuls nos respirations , nos gémissements  et les bruits de nos sexes se font entendre…

Lui
Nous accélérons le mouvement, nous haletons tous de plus en plus fort, ce gode qui me ramone le cul me rend dingue, mon amie aussi apprécie ma verge hyper tendue qui lui défonce le fion, je sens son plaisir et le mien monter ainsi que le votre.
Nous sommes tous tellement excités et lubrifiés, que nos parties intimes jouent une symphonie de bruits de succion qui passe par dessus nos gémissements,
Soudain nous atteignons l’orgasme pratiquement simultanément, le plaisir de l’un provoquant immédiatement le plaisir de l’autre, nous jouissons dans un mélange de râles profonds et de cris de femmes hystériques.
Vous continuez dans votre élan à me défoncer et cela entretien mon érection.
Mon amie se rend compte de l’état de mon sexe et me dit en se dégageant de mon étreinte : « Mon vagin n’a toujours pas été visité ».
Elle m’attrape et me couche sur le dos tout en s’empalant précipitamment sur mon phallus tendu.
Elle me chevauche tout en vous demandant de la sodomiser à votre tour.

Elle
Je suis épuisée par les explosions de jouissances.  Mon clitoris est presque douloureux et mon vagin dégouline de cyprine. Pourtant j’obéis à votre amie et la pénètre sans difficulté.  Son petit trou est tellement dilaté et dégoulinant de votre sperme que le gode s enfonce jusqu’à la garde.
A ce moment là,  j’aimerais être un homme pour pouvoir sentir  votre bite dans son vagin.  Elle est tellement penchée sur vous que ses seins sont offerts à votre bouche. Derrière elle, je décide de la pilonner sans ménagement.  Décidément,  je prends goût à ce jeu là.  A chaque coup de rein, le gode titille mon clito et stimule mon vagin. Je sens que je ne tiendrais pas longtemps.  Je sens une vague d’orgasme déferler dans tout mon corps. Je ne peux rien faire pour la retenir. Je ne peux que vivre ce moment intensément.  Secouée par cet orgasme dévastateur,  je m’entends crier de plaisir. Un orgasme qui ne s arrête pas et  m’enlève mes dernières forces.
Épuisée je me retire. J’enlève le gode ceinture et m’allonge complètement lasse et comblée.
Vous et votre amie continuez votre partie infernale, votre amie se déchaînent sur votre  bite énorme

Lui
Ma verge est congestionnée, j’ai rarement bandé aussi fort que cela, mon amie me chevauche au galop, ma bite la rend complètement dingue, son vagin m’enserre fortement malgré toute la cyprine qui coule abondamment, j’ai l’impression de participer à un marathon du sexe, tout mon corps est au bord de la rupture.
Je sens monter sa jouissance et la mienne aussi, soudain je ne peux retenir mon éjaculation, un cri libérateur s’échappe de ma bouche, il devient un hurlement commun avec celui de mon amie, qui jouit à n’en plus finir, tout son être est tremblements et soubresauts.
Elle finit par s’écrouler sur moi haletante, j’ai moi-même du mal à reprendre mon souffle, nous sommes tous les trois épuisés mais heureux, un bien être merveilleux m’envahit, et je vois la même sensation dans les yeux des deux femmes.
Après un moment de repos nous allons prendre une douche tous les trois, une douche sage car nous sommes trop épuisés pour recommencer de nouveaux exploits.
Cela semble donner de nouvelles idées aux filles qui se chuchotes à l’oreille en rougissant et en rigolant, elles décident de prendre un nouveau rendez vous pour de nouvelles aventures à trois.
Qu’ont elles décidées de me réserver…..

Voir l’épisode 1: Un début prometteur

Voir toutes les histoires de See You

 

Vous qui avez lu La rencontre vous êtes:

View Results

Loading ... Loading ...

Vous aimez cette histoire laissez un commentaire pour ses auteurs ci-dessous, merci.

.......

A propos de l'auteur :

Je suis un homme marié la cinquantaine qui aime écrire des histoires érotiques. Mesdames, mesdemoiselles, si vous avez des idées à me soumettre contactez moi, merci.

Bi sexuels / Exhibition / Fantasmes / Hétéro / Lesbiennes / Masturbation / Soumission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.