👀
319 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- First79 - 2130 Vues

Des bulles le long de mes lèvres

Je rentre de deux jours de déplacement dans le Var. Depuis deux jours, j’enchaine les rendez vous commerciaux, les nuits bruyantes à l’hôtel, les restaurants seule et les longs trajets en voiture.
Il est 22 heures, j’arrive enfin à la maison après 4 longues heures de voiture, la nuit tombante, qui demande énormément d’attention quand on conduit a fini de m’épuiser.
L’appétit n’est pas vraiment là, je me débarrasse de mon sac à main, de mon manteau dans l’entrée, je laisse ma petite valise, mes escarpins et mon sac d’ordinateur dans le couloir en vrac, les mails attendront bien demain matin.

Au bout du jardin, en plein air, le jacuzzi m’attend! Depuis que je l’ai fait installer, c’est un vrai bonheur. Rien de tel pour se détendre lorsque je rentre fourbue d’un déplacement ou d’un long trajet. J’habite en pleine campagne, je me déshabille à côté du jacuzzi, faisant tomber ma veste de tailleur, déboutonne le chemisier léger que je portais, enlève rapidement mon pantalon et chaussette.
Je libère ma poitrine, prisonnière de son soutien gorge, quel sentiment de bien être! Je suis persuadée qu’on contraint trop nos seins dans ces cages de tissus à longueur de journée… Mais le poids de la tradition et ces petits tétons qui ne restent jamais sages au cours d’une journée nous font encore porter des soutiens gorge. Ne reste plus que mon tanga léger que je quitte rapidement pour l’abandonner sur la pile de vêtement froissés posés sur le banc en bois à côté du jacuzzi.

L’air frais de ce mois d’Octobre est frais et piquant, je glisse mon corps nu et las dans l’eau à 35 degrés du jacuzzi. Quel bonheur.
Je ne regrette pas les 11 000€ que m’ont couté cette petite merveille. J’y vais souvent nue, quel intérêt d’un maillot de bain au fond de son jardin?! Et quel bonheur de pourvoir faire des choses à poil! J’aimerai faire plus de choses nudiste, mais je n’ai jamais franchi le pas! Je pense souvent au bonheur que cela doit être, à la liberté, mais quelques restes de pudeur et de peur de montrer un corps que l’on n’assume pas toujours, pour des raisons pas toujours valables également, me retiens encore.

Je choisi le programme lumineux. Rouge, trop sombre, un peu glauque. Bleu, trop électrique. Blanc, trop banal. Vert, ça ne me plait pas. Ah ce joli violet pâle me parle. Je vois mon corps se découper dans la lumière sous l’eau. On ne devine que les contours et la forme du maillot que j’ai fait fraichement épiler.
Je lance le programme du jacuzzi et m’enfonce dans l’eau brulante. Dans la nuit, les étoiles brillent, la voie lactée est là, majestueuse et silencieuse. Je peux voir s’échapper du jacuzzi des micro-éclaboussures ainsi que des voluptés de vapeur d’eau. Je commence à me détendre, mes muscles se relâchent, mon esprit arrête de penser aux tracas quotidiens d’un boulot prenant.

Les bulles glissent sur mon corps en me chatouillant. Les remous de l’eau font leur travail et me délassent. A un moment, je ressens quelque chose de nouveau, jamais le jacuzzi ne m’avait fait cet effet. Je suis allongée et une source de petite bulle est placée juste en dessous de mon sexe. Les petites bulles perverses glissent le long de ma rosette,, de mon sexe, coulent le long de mes lèvres, me chatouillent. Mon corps ne reste pas insensible à cette stimulation douce et chaude. Je ne peux m’empêcher d’écarter légèrement les cuisses. Les bulles et les mouvements d’eau rencontrent alors plus de facilité pour se faufiler, caresser, effleurer mon sexe de la naissance de me fesses jusqu’à mon clitoris. La sensation est nouvelle, douce calme et agréable. L’excitation nait, doucement mais surement.
De façon intuitive, mon corps se libère et j’ai l’impression qu’il est guidé par cette envie, ma tête n’est plus consultée. Je bouge de façon a placer mon sexe proche d’un jet d’eau plus bouillonnant que les fines bulles. Le massage est alors plus appuyé, mes cuisses s’ouvrent pour libérer les mouvements d’eau autour de mon bas ventre.
Ces mouvements font sortir de l’eau mes deux seins, comme deux globes, ils paraissent flotter à la surface de l’eau. La différence de température entre l’eau et l’air extérieur durcit mes tétons. Je souffle dessus un air léger et coquin qui finit de les faire pointer. J’apprécie le spectacle qui s’offre à moi et ne peut m’empêcher et caresser ses petits seins fermes qui pointent à l’air libre de la nuit.

Pendant ce temps, les tumultes de l’eau font toujours leur oeuvre sur mon sexe que je sens se lubrifier malgré le milieu aqueux. Mon bassin bouge pour que le jet cajole au mieux mes lèvres que je sent désormais gonflée et envieuses. Le reste de mon corps est manipulé par les tourbillons de bulles et de courant.

La tête en arrière sur le petit coussin, mon esprit s’assoupit quelques temps. Laissant place aux fantasmes qui sommeillent en moi, souvent bridés par la bienséance. J’imagine une magnifique femme aux seins rebondis me lécher les lèvres et le clitoris avec un regard coquin et les seins bandés, ou bien un brun ténébreux qui se régalerait de ma féminité, ou encore, 4 femmes rentrerai dans le jacuzzi pour s’embrasser à pleine bouche, deux me lécherait les seins, pendant que ma langue en fouillerai une troisième, à moins que ça soit plusieurs homme aux sexes dressés que je pourrais sucer de tout mon saoul et être recouverte de leur sperme, et pourquoi pas des hommes et des femmes pour une débauche collective, ou bien un (ou plusieurs?!) petit(s) curieux qui m’observe(nt) du bord de la terrasse et qui trouvant le spectacle d’une jeune femme en train de se donner du plaisir dans son jacuzzi appétissant ai(ent) sorti son(leurs) sexe(s) pour se toucher lui(eux) aussi…

Tous ces fantasmes que je vis à moitié endormie m’envoient des picotements que je connait bien dans le bas du ventre. Mes lèvres tellement gonflée par l’excitation se sont entrouvertes pour laisser passer pétillements et tourbillons d’eau, mes seins toujours piqués par l’air frais sont plus excités et raides que jamais. Je sens des filets de mouille s’échapper de mon minou, glisser le long de mes lèvres, quelle sensation divine…

Ma main trouve alors naturellement le chemin de ma chatte trempée de cyprine au milieu de l’eau qui tourbillonne. Mon doigt écarte les grandes lèvres à partir du bas pour remonter le long de mon fente et trouver le bouton de rose de mon plaisir. J’évalue alors la quantité de mouille encore retenu par mes lèvres entrouvertes. Mes yeux sont clos, ma tête en arrière la bouche entrouverte et désormais, mes jambes sont grandes ouvertes, mon sexe ainsi offert à mes doigts indiscrets comme aux tourments de ces flots qui m’entoure. Mes seins toujours érigés offrent un spectacle électrisant. Mes doigts malaxent ces mamelons qui pointent. Mes tétons durcis et excités roulent entre mes doigts, je sens que je mouille de plus en plus, que cette mouille coule avec abondance hors de mon sexe en feu.
Mes doigts se font caresse et vont toujours de bas en haut, le long de cette fente trempée d’ivresse de plaisir. Mon clitoris est stimulé de façon aléatoire, j’en veux plus. J’écarte alors les lèvres pour récupérer plus de cette mouille, mes deux doigts encadrent mon clitoris et commencent à tourner lentement. J’ai envie de gémir, je gémis, en me malaxant un sein. Ma poitrine est tellement tendue qu’elle pourrait exploser, mes tétons bandent tellement que ça en ferait presque mal, fouettés par la brise vive ils continuent de prendre vie. Que c’est bon.
Mes doigts se resserrent atour de ce clitoris jusqu’à ce qu’il y en ai un qui prenne le pas sur l’autre pour se poser sur le centre de ma jouissance. J’appuie dessus tout en tournant, le maltraitant, le pinçant. Que c’est bon de sentir ce plaisir monter, je gémis, je ronronne de plaisir seule dans mon jacuzzi, entourée de tourbillons d’eau et d’étoile.

Les fantasmes de mes rêves prennent alors tous vie en même temps, toutes ces images érotiques, pornographiques se bousculent dans ma tête. Toujours accrochée à mon sein et à mon téton, j’alterne les sollicitations de mon clitoris. Quelques doigts trouvent le chemin de mon vagin détrempé, empli de désir, mais rapidement, l’appel brulant de mon clitoris les rappelle à l’ordre.
Je branle avec violence ce clitroris autoritaire et gonflé de plaisir, ma respiration est de plus en plus rapide, je sens la jouissance monter en moi, j’aimerai faire durer ce plaisir, mais je ne peux plus m’arrêter, ma main se crispe sur mon sein, ma machoire se contracte, mes dents se serrent. Mes doigts alternent leur caresses sur mon clitoris et le long de cette fente ruisselante. Je n’en peux plus, j’attise violemment mon bouton orgasmique, mon corps se cambre, et la jouissance explose, des râles bestiaux s’échappent de ma gorge, puis des véritables cris de jouissance, plus rien n’existe autour de moi, si ce n’est, cette main sur mon sexe et mes doigts qui malaxent mes mamelons. Cette jouissance et puissante, furieuse, brulante, et je jouis, je jouis, je jouis. Plus je jouis, plus je sens cette mouille qui s’échappe de ma fente ardente.

Après cette folle jouissance, s’installe un sentiment de bien être exceptionnel. Un vide bienfaisant. Rarement une masturbation ne m’avait emmené si loin. Une main posée sur mon sexe, une autre reposant sur mon sein, j’attend désormais la fin du cycle du jacuzzi, grisé de plaisir, comme saoule…
J’ai hâte de partager ce jacuzzi…

Vous avez aimé cette histoire laissez un commentaire pour son auteur.

Contacter son auteur par mail en cliquant sur ce lien.

.......

A propos de l'auteur :

Masturbation / Voyeurisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.