342 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 12988 Vues

Elisa ma belle soeur

J’avais 28 ans à l’époque, je devais, pour des raisons professionnelles, faire un stage d’un mois sur Paris. Tout de suite, ma belle-sœur Elisa m’a proposé de m’héberger chez elle en banlieue. J’ai accepté du bout des lèvres car j’avais du mal à la supporter. D’un physique plutôt moyen : 1m60 de taille, cheveux châtains ondulés, yeux verts, Elisa ne m’attirait pas du tout avec son air hautain et ses idées préconçues. A 26 ans, elle était toujours célibataire et cela n’avait rien d’étonnant. Mais bon…Après tout, cela me ferait une occasion de la connaître un peu mieux. Je n’allais pas être déçu…

On est partis le dimanche en début d’après midi avec sa voiture perso. Elle m’a pris la tête pendant les 4 heures qu’ont duré le voyage. Cette nana était vraiment sectaire, vieille avant l’âge. On est arrivé à son appartement vers 19 heures. Je dormais dans le vieux canapé du salon. C’est le lendemain que j’ai commencé à changer d’avis pour elle. Elisa avait mis un ensemble qui m’a, curieusement, excité. Une petite robe noire à bretelles moulante et un petit pull cachemire grenat. Pendant le petit déjeuner je ne pouvais m’empêcher de l’observer à la dérobée. Toute la journée, je me suis surpris à penser à Elisa.

  Çaa duré trois jours jusqu’à ce soir sublime. Après le dîner, nous sommes allés dans sa chambre pour faire un jeu sur son pc. J’avais beaucoup de mal à me concentrer sur le jeu car Elisa était debout à coté de moi. Elle portait un vieux jogging gris et son petit pull grenat. J’ai toujours été très troublé par les filles qui mettaient des pulls. C’est, sans doute, une forme de fétichisme…

J’ai craqué et j’ai envoyé ma main caresser son petit cul à travers son jogging. A ma grande surprise, Elisa n’a pas bronché. J’ai continué à lui caresser les fesses. C’est elle qui est venue s’asseoir sur mes genoux, écrasant de ses fesses mon sexe déjà comprimé dans mon jean. Elle s’est mise à frotter son cul sur la bosse de mon sexe. Je me suis mis à lui caresser les seins à travers son pull. C’était très excitant…

J’ai envoyé une main dans son jogging et son slip pour lui triturer la fente. Elisa s’est mise à gémir en frottant encore plus son cul contre ma queue. Elle a envoyé une main en arrière et a réussit à dégrafer les boutons de mon jean. Mon sexe a jailli de mon pantalon et elle s’est frottée dessus. Ça lui rentrait le jogging dans la raie. J’étais fou de désir, j’aurais voulu que le tissu se déchire pour pouvoir lui remplir la cramouille de mon sexe.

Elisa s’est levée, ma queue avait laissé des traces humides sur ses fesses. Elle a baissé son jogging et son slip jusqu’à ses genoux et a fouillé dans un des tiroirs du bureau pour en sortir un tube de vaseline bien entamé qu’elle m’a tendu. Devant ma surprise, elle a dit « Mon pucelage, il sera pour mon mari, si j’en trouve un. En attendant, c’est mon cul… »

Je n’en revenait pas. Elisa s’est appuyée contre le bureau et s’est écarté les fesses. Je me suis mis de la vaseline sur l’index et je lui ai graissé l’anus.

Elle est venue se rasseoir au dessus de moi. J’ai pointé ma queue contre son petit trou et c’est elle qui s’est empalée. Doucement, millimètre par millimètre. Mon gland a passé l’anneau étroit et ça a été un pur délice. Elisa s’est enculée d’une pression sur toute la longueur de ma queue en poussant une sorte de feulement. Hooo, le pied que d’avoir le sexe comprimé dans les fesses de ma belle-sœur. Ce n’était apparemment pas la première fois qu’Elisa utilisait cet orifice pour faire jouir un mec. J’apprendrais par la suite qu’elle avait découvert ce plaisir avec un collègue de bureau qui l’enculait tous les jours à la pause déjeuner, enfermés dans les wc de l’entreprise. Pour l’instant, Elisa ondulait du croupion en se triturant le clitoris. J’étais aux anges, la queue massée sur toute sa longueur. Elisa remuait de plus en plus vite et lâchait des paroles étonnantes pour une fille ‘coincée’ :

« Hummm…tu m’encules…ta grosse bite m’éclate le fion…ton foutre va me coller aux tripes… »

Elle montait et descendait maintenant à un rythme de plus en plus rapide. Ses jambes tremblaient. D’un coup, je lui ai balancé une grosse cargaison de sperme dans le ventre en gueulant. Je crois qu’elle attendait ça pour partir au septième ciel en couinant.

J’ai sodomisé Elisa toute la nuit. C’est la première fois que je voyait une nana exiger qu’on la prenne uniquement par derrière. Au petit matin, elle avait l’anus tout ouvert, baveux de foutre. Je vous passe les détails sur l’état des draps. On a fini par s’endormir vers 5 heures pour se réveiller a 7 heures. On était un peu à la bourre pour prendre le RER. En descendant à sa station elle m’a glissé à l’oreille « Il va falloir que j’achète de la vaseline… ».

Tout un programme. j’ai passé un mois incroyable. Cela date d’il y a 5 ans. Elisa n’est toujours pas mariée, je crois que ça l’arrange… De temps en temps, on trouve un moment pour se faire jouir grâce à ses fesses. Pourvu que ça dure…

.......

A propos de l'auteur :

En famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.