332 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 38701 Vues

Enculé par l’amant de ma femme

Il ne faut jamais rentrer à l’improviste chez soi, on ne sait jamais sur quoi on va tomber ! Je voulais faire une surprise à Céline (ma jeune femme de vingt ans, nous sommes mariés depuis moins d’un an) pour sa fête et c’est moi qui ai eu la surprise. Quant à la fête, on la lui a faite et à moi aussi d’ailleurs !
J’arrive en avance et sans faire de bruit à l’appartement avec dans les mains le cadeau que je veux lui faire, une robe dont elle avait envie. J’avance tout doucement dans l’entrée et j’entends du bruit, des voix ou plutôt des gémissements, des grincements. J’avance encore, ça vient de la chambre, puis j’entends très distinctement une voix d’homme qui grogne comme :
–  » Salope ! Putain. oh la salope !. je vais te foutre bordel. Je vais te défoncer le cul.  » Et Céline qui râle :
–  » Ouiiii ! ! ! Encoôôre ! ! ! Vas-yyyy ! ! ! Mets-moi tout dedans, je jouiiiis ! ! ! Ooooh ! ! !. Oh que c’est bon. Je jouis. Vas-y plus fort !. »
La porte de notre chambre est entrebâillée et j’aperçois ma femme allongée sur notre lit, les jambes en l’air avec son cousin Julien qui se la tape allégrement ! Et ils y vont les salauds, je suis juste bien placé pour bien voir ce qu’il lui fait : il lui fourre son énorme mandrin un coup dans le con, un coup dans le cul ! Et elle monte au rideau, la pute ! Et je te la chevauche, et je te la baise, et je te l’encule ! Mais il va la défoncer, le pourri !
Je suis vert de rage mais je regarde et ça me fait drôle. Je la vois, avec son visage innocent de petite fille boudeuse, grimacer à chaque coup de boutoir de son cousin mais je vois aussi son bassin aller au devant de sa bite et je l’entends. Je l’entends jouir, je l’entends lui hurler d’y aller à fond. Je la vois et ça me fait bander, j’ai envie qu’il continue à la baiser devant moi. Il ne se gêne pas d’ailleurs, je me dis que je suis déjà cocu et ça me procure une étrange sensation pas déplaisante, plutôt de l’excitation.
J’ai sorti ma queue et je me branle en le regardant aller et venir dans l’un ou l’autre de ses orifices C’est un monstre, le cousin Julien. Il mesure au moins deux mètres pour une centaine de kilos tout en muscles, une brute, il me prend pour une tapette et m’appelle  » ma chochotte  » (ce qui me déplaît, quoique). Il a vingt ans lui aussi et ils se connaissent depuis l’enfance. J’ai d’ailleurs pensé que c’était lui qui avait dépucelé ma femme mais non, d’après elle. C’est lui qui s’aperçut de ma présence le premier, il me fit signe d’approcher et Céline me vit à son tour.
Elle eut un mouvement de panique mais elle était tellement au bord de l’orgasme qu’elle se laissa aller à sa jouissance devant moi pendant que Julien éjaculait au fond de son con. Julien s’écarta sans un mot mais je bandais trop et j’avais envie et je l’ai pénétrée en m’enfonçant dans son vagin plein de foutre, puis j’ai changé de trou et j’ai plongé ma verge dans son cul dilaté et j’ai déchargé.

Un peu plus tard, allongé à plat ventre sur le lit à coté de ma femme, Julien me chuchota à l’oreille qu’il avait envie de moi, qu’il aimerait bien m’enculer et il commença par promener sa main sur mes cuisses en remontant vers le haut, je le laissais faire. Il m’écarta les fesses puis il me lubrifia l’anus et le rectum avec son sperme qui dégoulinait du con de Céline. Je tremblais sous la délicieuse caresse, je me tortillais impatient puis j’ai murmuré :
–  » Oui, baise-moi, encule-moi, j’en ai envie. Fous-moi ta grosse bite, défonce-moi le cul. « .
J’ai tendu mon derrière en cambrant les reins pour mieux m’offrir, puis je me suis moi-même écarté les fesses et j’ai senti la pression de son gros nœud gluant pointé sur mon anus qui commençait à céder sous la pression, je le sentais s’ouvrir. Il accentua la poussée et son énorme gland entra, mon sphincter s’écartait, il me pénétrait, il s’enfonçait, s’enfonçait encore en moi de plus en plus profondément, je sentais sa grosse bite progresser à l’intérieur de mon rectum en me provoquant des sensations extrêmement jouissives qui me rappelèrent cette autre fois où je m’étais fait enculé dans les toilettes d’un cinéma porno. Puis il s’engouffra jusqu’aux couilles d’un coup de rein brutal.
Enculé, pour la deuxième fois de ma vie, je me faisais enculer par l’amant de ma femme ! Il me sodomisait à fond et profond, ça y était, empalé sur son pieu, j’étais plein de son sexe en moi qui me ramonait le cul, puis il sortit de mon postérieur pour me retourner sur le dos. J’étais maintenant face à lui, il me prit les jambes et me les plaça sur ses épaules et il me réintroduisit sa queue dans le cratère de mon anus pour me baiser comme une femme, je le voyais et je le sentais aller et venir dans mes profondeurs intimes, je désirais qu’il jouisse en moi, qu’il m’inonde les intestins de son foutre.
Je me branlais à toute vitesse et je l’ai senti éjaculer en jets puissants alors qu’il me traitait de sale petite pédale d’enculé pendant que je jouissais délicieusement du cul et dans mes doigts en même temps. Céline me dit en souriant et en me regardant jouir :
–  » Eh bien, qu’est-ce qu’il te met ! Je n’avais jamais vu un mec se faire enfiler par un autre mec ! Je ne savais pas que tu étais pédé ? Tu caches bien ton jeu ! Ça t’arrive souvent de te faire tringler ? Tu as l’air d’aimer ça.  » puis
–  » Elle est grosse la queue de Julien, hein ? Plus grosse que la tienne en tout cas, c’est pour ça que j’aime qu’il me baise et comme il m’encule aussi, tu sais maintenant ce que ça me fait. Tu n’es pas jaloux ?  » Et elle se mit à rire
–  » Maintenant tu sauras ce que ça me fait ! C’est bon, hein ? Je suis sa maîtresse mais toi, tu es quoi ? Sa maîtresse  »homme » ? Oh j’aurai tout vu ! Et toi, Julien, je ne te savais pas pédé non plus ? Tu te farcis mon mari après m’avoir baisée ! Décidément !. « 
J’avais toujours sa bite plantée dans le cul et il me limait doucement, ma femme me branlait distraitement. Julien répondit :
–  » Reconnais qu’elle est mignonne ton petit mari, c’est pas pour ça que tu t’es mariée avec lui ? Mais pas très viril, d’ailleurs on dirait une fille, une jolie fille, même. Il m’excite avec son petit cul et je te jure qu’il vaut le tien ! Je savais que c’était une petite pédale, je te l’avais dit. On va s’amuser tous les trois. « 

Je sentais sa queue en moi qui se durcissait à nouveau et je trouvais tout ça de plus en plus agréable, Céline se pencha vers moi et me goba la pine. Puis elle m’enjamba, s’allongea sur moi en me disant :
–  » Baise-moi, baise ta femme, j’ai envie que tu me baises espèce d’enculé.  » et elle s’enconna sur ma bite.
Julien avait le derrière de Céline sous les yeux et il me bourrait énergiquement le cul. A chaque coup de bite, il me donnait une impulsion que je transmettais à ma femme, puis, frustré, je le sentis se retirer de moi. Céline eut un frisson qui la fit tressaillir, elle se crispa en râlant et j’ai compris qu’il allait changer de trou et qu’il voulait enculer ma femme pendant que je la baisais. Céline me dit dans un murmure :
–  » il m’encule, j’ai jamais été prise en sandwich comme ça. je jouis. oh, c’est bon.  » pendant que je sentais la progression de sa bite dans le cul qui prenait de plus en plus de place à coté de la mienne. Il la pistonna un moment en me masturbant par simple proximité, puis il replongea dans mon anus. Il recommença ce jeu, enculant ma femme, puis moi, plusieurs fois, en faisant jouir Céline et en m’amenant au bord de l’orgasme jusqu’à ce que je sente qu’il plaçait sa queue juste à coté de la mienne pour me rejoindre dans le vagin de ma femme et il est rentré en forçant. Céline a eu un spasme et a crié mais il l’avait entièrement pénétrée, nous la baisions tous les deux en même temps, bite contre bite, enfoncés ensemble dans le con distendu de Céline qui s’est mise à hurler. Nous nous sommes déchaînés en elle en la défonçant en même temps tous les deux, nous nous frottions nos verges mutuellement dans son vagin à toute vitesse accompagnés par les hurlements des orgasmes de Céline. Enconnée par deux bites, ma femme se faisait ramoner la chatte par deux queues et nous allions lui gicler tout notre foutre dedans.
C’est le cousin qui déchargea le premier, j’ai senti la chaleur de son sperme envahir le con de ma femme et j’ai giclé tout à mon tour. Nous nous retrouvons très souvent, ma femme lui et moi. Ils adorent que je me déguise en femme, Céline me maquille et me coiffe, je porte alors une de ses minijupes avec en dessous une de ses petites culottes, il aime beaucoup et il m’encule ou alors nous baisons tous les deux ma femme. Il nous a même fait sortir ensemble, Céline et moi habillé en femme et il nous a fait dragué par des types. J’ai eu peur quand les types qui voulaient me sauter se sont aperçu que j’étais un garçon mais ils m’ont finalement tous enculés et ils ont aussi baiser ma femme dans la même soirée.

Vous aimez cette histoire laissez un commentaire pour son auteur ci-dessous, merci.

.......

A propos de l'auteur :

Bi sexuels / Hétéro

Comments

  • Rokko05 dit :

    super récit très bandant

    • Marie rose dit :

      Oui c’est vraiment très jouissif.

      • lucien dit :

        Je suis bi âgé de 26 ans marié à Maryse 36 ans libertine qui a parfait mon éducation sexuelle. Comme je suis un blondinet plutôt mignon et efféminé autant dans ma démarche que dans mes gestes, elle aime m’habiller en fille et me maquille outrageusement pour m’offrir à ses amants où quand on sort en boite que les jeunes de mon age n’hésitent pas à tenter de me traîner vers les toilettes des hommes pour me faire mon affaire. S’ils arrivent à m’y entraîner ça ne finira jamais pour moi car les garçons qui m’ont vu y entrer vont se passer le mot et c’est tout un défilé de va et vient qui me rendra difficile la tache de revenir à la salle de danse. Ils m’obligent à sucer leurs bites souvent avaler leurs spermes m’enculer à tour de rôle et dans la foulée me faire des double pénétration et j’en passe. Ma femme ne s’aperçoit de mon « kidnapping » que lorsque mon cul dégouline et que mes vêtements soient mouillés de leurs semences, sans compter la quantité qu’ils m’ont obligé à avaler. Tout mon maquillage fout le camp et ma coiffure aussi ainsi que ma culotte qui disparait et me voilà comme si j’étais sorti d’une tempête
        luc.derenal@outlookcom

        Laisser un commentaire

        Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

        Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.