307 histoires érotiques et porno fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- Anonyme - 986 Vues

Epouse volage (partie 1 à suivre)

Cadre commercial dans une entreprise, j’étais amené à me déplacer dans la région sur mes journées de travail. Parfois, un rendez-vous impromptu m’obligeait à changer mon planning et notamment à rentrer plus tard que prévu. J’en informais alors mon épouse, afin qu’elle ne m’attende pas en vain.

Là, c’était la tuile : je devais absolument être à dix-huit heures à une centaine de kilomètres de mon domicile et je ne serai pas rentré avant 21h30. Comme d’habitude je pris le portable, sagement garé sur le bas-côté de la route et je composai mon numéro de domicile.
Après une bonne dizaine de sonneries, mon épouse décrocha :
 » Allo ?  »
 » Allo, c’est moi, je ne vais pas…  »
J’entendis alors une voix masculine, lointaine, mais parfaitement audible dire :  » J’adore ta chatte…  » puis rien pendant deux secondes.
 » Allo, chérie ? »
D’un ton dégagé, elle me dit  » Excuse-moi, chéri, mais j’ai fait tomber le téléphone  » Le radio-réveil était allumé et on entendait une émission de radio, la même que celle que j’écoutais sur mon autoradio !
 » Tu n’es pas seule ?  »
 » Si, si, c’est la radio.  »
Elle me prenait pour un con, visiblement, car l’émission de radio ne parlait ni d’érotisme, ni d’animaux. J’étais assommé, mais je décidai de temporiser pour réfléchir.
 » Ecoute, j’ai un rendez-vous à six heures et demi et je ne serai pas rentré avant neuf heures, voire dix heures.  »
 » D’accord, gros bisous et à ce soir.  »
 » Bisous.  »
Je raccrochai.
J’étais à la fois abattu et excité. Abattu d’imaginer qu’un autre que moi pouvait admirer les charmes les plus intimes de mon épouse. C’est une belle brune pas très grande, avec des seins magnifiques et assez opulents. Elle n’est pas grosse mais a des formes généreuses très excitantes !
Excité d’imaginer prendre des positions pour un autre que moi : une érection commença à poindre.

Je pris alors rapidement une décision : un coup de téléphone pour repousser d’une semaine mon rendez-vous suivant et retour au domicile à toute vapeur pour casser la figure de l’intrus. Mais durant les 50 km qui me séparaient de mon domicile, je me calmai et imaginai un tout autre plan, qui me permettait de garder mon épouse durablement, de profiter du côté excitant de la situation et de prendre ma revanche.

A peine 40 minutes plus tard, j’empruntai le chemin qui menait à ma maison, en rase campagne. Sur le côté, à mi-chemin dans le petit bois, un 4×4 Rover garé. Cela faisait plusieurs semaines qu’en partant le matin, je le voyais régulièrement garé là : je l’avais pris pour le véhicule d’un garde-chasse ou d’un exploitant forestier, mais c’était visiblement un exploitant d’un autre type. Ce salaud attendait mon passage avant d’aller lutiner mon épouse. Je me garai juste à côté du 4×4, notai le numéro d’immatriculation. Un petit coup de fil à mon pote de la préfecture et j’eus son nom et son adresse. J’appris même qu’il était secrétaire de mairie d’un village voisin d’une vingtaine de kilomètres
Je quittai mon véhicule et continuai à pied jusque dans la ferme que j’avais retapée. Au lieu d’entrer par la porte principale, j’entrai par la porte du jardin.

A pas feutrés je m’avançai jusqu’à la porte de la chambre que j’ouvris brusquement : je trouvai mon épouse et son amant nus côte à côte, visiblement épuisés après une partie de jambe en l’air intense.
Ils sursautèrent : leur réaction fut ensuite fort différente. Mon épouse se glissa dans les draps et se mit à sangloter. Le gars, honnêtement ni plus beau garçon que moi, ni mieux membré, devint tout blanc puis se mit à transpirer, visiblement conscient de ma fureur. Il fit mine de se lever en disant  » Je suis …euh … désolé… je vais vous laisser discuter… Anne, je te rappellerai …  »
Je me mis à hurler :  » Toi, tu ne bouges pas ou j’appelle tout de suite la mairie d’E. et je leur explique comment tu envisages tes fonctions de secrétaire de Mairie.  »
Je décidai alors de demander des explications à mon épouse :  » Maintenant, à toi de m’expliquer, Anne !  »
Elle sortit doucement de ses draps, visiblement émue, honteuse, les yeux mouillés. En sanglotant, elle commença à se justifier :  » Ecoute … tu sais, tu es un bon amant, doux, attentionné… mais j’ai besoin d’un homme qui est un peu plus brutal, direct… qui me dit des choses crues… qui me fait me sentir… un peu chienne, tu comprends ?  »
– Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé ?
– Tu sais bien que tu n’oses jamais parler de ces choses-là. Même pour une levrette, c’est moi qui prends l’initiative !
– Tu veux divorcer ?
– Non, je t’aime, mais je recherchais du sexe différemment.
Je compris qu’effectivement, je ne devais pas être l’amant idéal, pour elle : mais j’allai changer çà !

 » Bon, écoutez, tous les deux, on va sortir de cette situation embarrassante pour tout le monde à ma façon, sinon, ça va faire très mal pour tout le monde. Vous allez faire ce que je vous dis et on en restera là. Je reviens tout de suite. »
Dans le meuble du séjour, je pris l’appareil photo un tube vaseline et des gants de latex dans la salle de bain. Tout cela trouva sa place dans mon veston. De retour dans la chambre, je retrouvai les deux amants inquiets.

 » Tu veux des choses crues, Anne ! Tu vas en avoir. Mets-toi à quatre pattes et écarte tes cuisses salope !  »
– Mais qu’est-ce… ?
– Ne discute pas !  »
Elle s’exécuta, offrant sa croupe à nos regards. Elle était bandante et nous bandions tous les deux.
 » Toi, Ducon, tu lui lèches l’intérieur des cuisses, mais pas sa chatte : je veux voir sa mouille perler le long des poils de sa chatte.  »
Il s’exécuta. Je pris l’appareil photo et pris un cliché. A la lueur du flash, les deux s’interrompirent et se retournèrent.
 » Qu’est-ce que tu vas en faire « , me demanda Anne.
– Je les placarderai à E. s’il revient te voir.
– Mais , c’est…
– C’est moi qui décide vous vous souvenez ! « 

Il reprirent la position.. Je bandais très dur, surtout quand je constatai qu’elle commençait à ressentir du plaisir, ne pouvant s’empêcher d’onduler. Elle voulut même se toucher, ce que je lui interdis. Sa chatte était trempée de mouille. Quelques perles de cyprine commençaient à perler le long de ses poils.
J’avais déjà fait une bonne dizaine de photos, toutes plus bandantes les unes que les autres, sous différents angles.
 » Maintenant, retourne-toi et écarte « , dis-je à Anne.
 » Toi, abruti, pousse-toi.  »
 » Oui, chéri, prends-moi toute ! « , me dit Anne.
 » Pas question, ma salope ! « 

Je sortis mon gant de latex de la poche, l’enfilai et lui enfonçai le majeur et l’index dans le vagin. Elle était pleine de mouille et très dilatée. J’étalai tout ce lubrifiant naturel entre ses seins aux tétons durcis. Je recommençai plusieurs fois jusqu’à ce que l’espace entre les seins soit parfaitement lubrifié.
 » Dis-moi, enfoiré, elle a déjà avalé quand elle t’a pompé ? Moi, elle n’a jamais voulu !
– Non
– Et bien tu vas te branler entre ses seins et quand tu sentiras que ça vient, tu déchargeras dans sa bouche.  »
Excité comme il était, une dizaine de va et vient entre les seins resserrés par mon épouse autour de verge et il la plongea dans la bouche de celle-ci puis déchargea. Je vis mon épouse déglutir au bord du vomissement. Quatre clichés immortalisèrent la situation.
 » Je peux aller boire, s’il te plaît ? « , me demanda Anne.
– Pas question, sale chienne ! « , lui répondis-je. Maintenant, tu vas le nettoyer et le refaire bander.
Elle le nettoya mais Monsieur commençait à être fatigué et il eut du mal à bander.
 » Lèche-lui les couilles, tu fais çà très bien « , dis-je à Anne.
L’effet attendu ne se fit pas attendre : il repartit avec une belle érection.

 » Dis-moi, femelle, il t’a sodomisée ?
– Non tu sais que l’idée me fait horreur !
– Eh bien cela va être ton baptême.
– Oh non !!!
– C’est comme çà ! Mets-toi en position.

De nouveau en levrette, son visage traduisait une vive inquiétude.
Je sortis mon tube de vaseline et un gant : le reste du tube passa sur sa fleur et dans son anus.
Après avoir franchi une résistance due à la crispation d’Anne, R. réussit à la pénétrer et éjacula bientôt.

De cette matinée mouvementée, il resta une série de photos que j’ai caché quelque part. Il fallut une semaine à Anne pour accepter que je la baise, mais nos rapports sont devenus très excitants. Quant à R. je n’avais pas fini de régler mes comptes avec lui. J’ai repris contact avec lui, qui n’a jamais revu Anne, et j’ai imaginé une humiliation que je vous raconterai prochainement !

A suivre partie 2 …

.......

A propos de l'auteur :

Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.