332 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 1078 Vues

Evelyne ma comptable (partie 3 et fin)

Je ne vous raconterai pas la séance dans la chambre d’auberge avec Evelyne, mon expert-comptable, et Anita, après notre séance au restaurant, fin de soirée qui fut pour moi une expérience délicieuse avec deux coquines, surtout lorsqu’elles me sucèrent à deux… quelle volupté deux bouches en même temps sur la queue, les couilles et même le cul. Elles découvrirent aussi qu’elles étaient bisexuelles.

Je vous ai déjà présentée Evelyne, 40 ans, divorcée, brune aux des cheveux mi-longs sur son visage ovale, yeux noisette et de fines lunettes sans monture. De taille moyenne, elle a de très jolis seins ronds aux mamelons formés, (95 C), des hanches accueillantes. Sa toison brune est taillée sur son pubis mais épilée sur ses lèvres intimes. Ses fesses délicieusement souples et hospitalières à toutes sortes de plaisir, l’ensemble revêtu le plus souvent de stricts tailleurs bcbg, mais avec des dessous de lingerie sexy.

En cette fin de journée, nous terminions de boucler les comptes de mon entreprise. Evelyne avait fait faire une partie du travail par un stagiaire, Patrick, qui commentait avec elle les chiffres clés.

J’écoutais certes, ces informations, d’autant plus que des bénéfices substantiels avaient cette année encore été réalisés, mais mon attention avait tendance à se porter de plus en plus vers Evelyne. Elle portait ce jour-là un tailleur gris avec une veste croisée.

Evelyne de son côté semblait prendre de la distance et elle me regardait, penchée en avant, faisant bailler sa veste, de telle sorte que je vis nettement le sillon de ses seins mis en valeur par son soutien-gorge de dentelle rouge.

Des coups d’œil de plus en plus fréquents sur ce décolleté ainsi exposé me faisaient perdre le fil des explications chiffrées toujours débitées par le jeune stagiaire.

Evelyne alors ne trouva rien de mieux à faire qu’à croiser ses jambes, faisant remonter sur ses bas blancs l’étroite jupe grise de ton tailleur strict.

Patrick finissait par se rendre compte que mon attention était accaparée par d’autres intérêts que mon compte de résultat.

Il hésita, risqua un œil sur le décolleté de sa patronne, rougissant un peu, mais Evelyne lui rappela aussitôt :

– Patrick voyons, continuez s’il vous plait, à présenter les excellents chiffres de notre estimé client.
– Euh, oui, madame…
– Vous n’êtes plus à votre affaire Patrick, que se passe-t-il ? demanda Evelyne, faussement ingénue et garce à souhait.
– C’est que euh, madame, on voit votre .. soutien gorge..
– Ho et alors, il ne vous plait pas ?
– Euh si madame, mais..
– Alors ?

Mais la coquine ne fit rien pour dissimuler les deux objets du délit, bien au contraire. Je me demandais où elle voulait en venir.

– Dites donc, Patrick, mes seins vous intéressent plus que votre travail ? Dites le moi de suite…

Elle se tourna vers lui, dévoilant ses cuisses gainées de soie blanche, légèrement ouvertes, suffisamment pour lui permettre d’apercevoir la peau nue en haut de la lisière des bas et les jarretelles lui barrant la cuisse.

Je vis Patrick, le visage empourpré, regarder le fabuleux appel à la lubricité déclenché par cette superbe paire de cuisses aux bas blancs.

– Ca vous intéresse, petit vicieux ?
– Ho Madame…

Excité par la situation, je matais aussi, posant la main sur ma braguette.

Evelyne continuait son numéro de garce exhibitionniste, relevant maintenant très haut sa jupe laissant ainsi voir ses cuisses ouvertes et son string tendu sur sa motte.

Elle nous regardait de son petit air vicieux et elle commença à écarter sa culotte nous faisant découvrir sa chatte épilée et ses lèvres intimes luisantes de désir.

– Alors, ça vous plait les hommes, je vous fais bander au moins ?
– Euh…articula Patrick
– Bien sur Evelyne, lui répondis-je avec un sourire.
– Alors montrez-moi vos bites…

Nous nous regardâmes Patrick et moi, et celui-ci me vit défaire ma braguette et extirper ma queue déjà bandée. Après quelque hésitation, il fit de même et nous nous trouvâmes tous les trois en train d’exhiber notre sexe, une jolie chatte qu’Evelyne s’excitait de ses ongles et deux belles bites en pleine forme.

– Montrez-moi bien vos queues, je veux les voir. Levez-vous.

Elle enleva d’un mouvement preste sa culotte pendant ce temps et d’un main continua à se toucher entre les cuisses. Nous approchâmes d’elle.

Nous étions l’un et l’autre debout, de chaque côté de la table, queue bien dure dans la main, le gland à toucher un sein sorti du soutien gorge. Evelyne nous prit la queue et commençât à nous masturber nous exciter le gland de ses ongles vernis.

Bientôt, nous nous mîmes nus, Patrick et moi tandis qu’Evelyne se débarrassait de sa jupe et restait en dessous affriolants, bas blancs de dentelle, porte-jarretelles blanc, soutien gorge balconnet pigeonnant assorti au string posé sur la table. Elle était excitante au possible et littéralement bandante. Elle nous matait d’un regard vicieux derrière ses fines lunettes, admirant nos bites dressées devant elle.

Elle prit la direction des opérations et nous demanda soudain :

– Branlez-vous devant moi.

Patrick et moi portâmes immédiatement la main sur notre queue commençant à nous astiquer devant une Evelyne particulièrement excitée qui se palpait les seins en faisant rouler ses tétons sous ses doigts.

Au bout de quelques instants, elle ajouta :

– Non, je veux dire branlez-vous réciproquement, je veux voir deux hommes se toucher la bite…
– Mais Evelyne, balbutiais-je.. nous…
– Quoi ? vous n’êtes pas des pédés et alors ? çà ne veut rien dire. Et toi, hypocrite, me dit-elle tu n’a pas profité l’autre soir entre Anita et moi ? cochon ? ça te plaisais de voir deux femmes ensemble..
– Euh oui, bien sur..
– Alors, exécution, çà m’excite.

Regardant Patrick, j’avançais la main vers sa queue et la pris entre mes doigts, la masturbant sur le sein d’Evelyne qui regardait cette bite devant ses yeux, ce gland qui touchait son mamelon, avec ma main dessus qui coulissait.

– A toi Patrick, dit-elle.

Il prit à son tour ma queue pour la caresser tandis qu’Evelyne matait et agitait sa main entre ses cuisses.

– Ho çà m’excite de voir çà.

Elle se mit sur ses coudes se levant légèrement de la table, Patrick et moi, nus, debout devant elle à nous branler, la main autour de la pine de l’autre. Je sentais la queue de Patrick vibrer sous mes doigts et soudain je me dis pourquoi pas.

Je me penchais et posait ma bouche sur le gland, le léchant de ma langue puis embouchait cette bite devant moi. C’était ma première fellation. Patrick avait l’air d’apprécier et Evelyne ne perdait pas une miette en se masturbant.

Je continuais de sucer cette belle bite. Evelyne vint se mettre à genoux près de nous, sur la moquette, je sentis sa main qui me caressais les fesses.

– Vas-y Chris, suce-le bien. Dis donc tu as l’air de faire çà bien cochon. Il te suce bien Patrick ?
– Euh oui, Madame euh Evelyne, oui.
– Tu vas le lui faire après.

J’écoutais ces commentaires excitants tout en continuant ma pipe, salivant sur ce jeune braquemart. Levant la queue, je léchais les testicules. Patrick fermait les yeux de plaisir et Evelyne lui passait une main sur les fesses.

– Allez. Changez un peu. A toi Patrick, suce-le. Tu l’a déjà fait ? dis-moi ?
– Euh, une fois, avec un copain oui.
– Alors vas-y dit –elle et toi Chris viens sur la table et allonge-toi.

Je me mis dans la position souhaitée et écartais les cuisses en les relevant sous le geste d’Evelyne.

Celle-ci s’assit par terre et voyant bien mon cul commençât à le lécher tout en faisant signe à Patrick de se pencher sur moi pour me sucer la queue.

Elle attrapa en même temps la bite de Patrick et la branlait en me suçant la raie tandis que la bouche de Patrick coulissait sur ma pine bandée à mort.

Evelyne ne tarda pas à mettre un doigt dans mon anus tandis que sa bouche gobait mes couilles. Bientôt ils me sucèrent ensemble.

A ce traitement, je ne pus résister longtemps et j’éjaculais sur les bouches et les langues de mon suceur et de ma suceuse.

Evelyne, maintenant à quatre pattes sur la moquette de son bureau offrait sa croupe à Patrick qui n’hésita pas et enfonça son dard turgescent dans la chatte trempée de sa patronne, baisée en levrette.

Observant quelques instants ce spectacle en me masturbant, je me glissais en 69 sous les fesses d’Evelyne, lui présentant de nouveau ma bite à lécher, ce qu’elle fit évidemment avec grand appétit. J’avais en plaine vision la queue de Patrick allant et venant dans le con d’Evelyne.

Je me mis à sucer alternativement le clitoris bandé et les couilles de Patrick.

La bouche habile d’Evelyne ne tarda pas à me faire bander de nouveau, de telle sorte que l’envie d’explorer un nouveau trou de mon expert-comptable me parut un excellent projet.

Je demandais à Patrick de s’allonger par terre à a Evelyne de venir sur lui pour de nouveau s’enfourner la grosse bite dans la chatte baveuse de plaisir.

Evelyne me darda un regard d’une extrême lubricité en comprenant la manœuvre puisqu’elle m’offrant ses somptueuses fesses bien écartées, avec une rosette palpitante de désir.

Lubrifiant de salive cet anus doré plus qu’appétissant, je ne tardai pas à sodomiser Evelyne, doublement pénétrée.

La sensation est extraordinaire de sentir contre ma bite, de l’autre côté de la fine paroi, celle de Patrick qui pilonnait la chatte d’Evelyne. Nous accordâmes rapidement notre rythme de pilonnage tandis qu’Evelyne gémissait et criait de plaisir, parfaitement sandwichée.

– Ho mes coquins, c’est super, vos queues oui, défoncez-moi…encore bien a fond.
– Elle aime ça on dirait, dit Patrick.
– Sache, mon garçon, qu’enconnage et enculage sont les deux mamelles du plaisir, lui répondis-je.

Bientôt, je sentis que Patrick explosait et répandait un généreux foutre dans le con de sa patronne, ruisselante d’orgasmes magnifiques.

Je ne tardais pas à jouir de nouveau ma bite explosant au fond du cul bien accueillant d’Evelyne, mon expert-comptable.

Fin

.......

A propos de l'auteur :

Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.