319 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 3000 Vues

Fantasmes inavouables, Claudine abdique sous les coups de la formidable queue de son fils

FANTASMES INAVOUABLES

Ceci est une longue histoire que je veux interactive, J’attends vos commentaires et suggestions pour en tenir compte lors des épisodes suivants.
A vos claviers !
——————————
Résumé : Michel a réussit, il a éjaculé pour la première fois dans la bouche de sa mère.
L’amie de sa mère, Patricia, les a surprit au moment ou il sa vidait dans sa bouche.
Elle est tellement estomaquée en voyant les attributs de Michel quelle s’est jurée de faire tout ce qu’elle pourra pour en profiter elle aussi.

Chapitre 5 :
(Michel arrive enfin à son but, faire l’amour avec sa mère, mais les dernières lignes réservent une surprise. Aurez-vous la patience d’attendre jusque là ?)

Fantasme, rêve ou réalité.

Claudine a difficilement trouvé le sommeil, elle a mis un déshabillé presque transparent.
Ses gros seins poussent le tissu qui ne cache pas grand-chose.

Michel a décidé de passer à l’acte, enivré par ce qu’il a déjà fait subir à sa mère. Il entre dans la chambre, complètement nu et admire les formes généreuses de sa mère, il s’approche d’elle et dénoue le fin cordon qui ferme sur le devant le déshabillé et écarte le tissu arachnéen.

-Ohh maman, comme tu es belle, je te désire tant !

Il approche son visage de la chatte de sa mère, bien charnue avec de grosses lèvres et respire son parfum de femme offerte.
Il s’enhardit et commence à lécher les lèvres de ce sexe dont il est sorti.
Claudine remue dans son sommeil et sous les caresses buccales se réveille en sursaut, faisant un bond en arrière quand elle voit son fils la tête coincée dans son entrejambe.

– Michel??? Mais tu es fou, sors d’ici, tout de suite espèce de pervers.

Michel se redresse et la fixe dans les yeux, montrant à sa tante, la barre horizontale qui pointe au milieu de son corps
– Non maman, il est temps que je te prouve que je ne suis pas homo et si un vulgaire inconnu peut te faire prendre ton pied dans des chiottes, je vais te montrer que moi aussi j’en suis capable … !
– Quoi ??? »
– Et pour la perversité, je ne suis pas le seul, souviens toi quand tu es entré dans ma chambre, tu croyais que je dormais mais je te voyais bien le regard scotché sur ma grosse queue, il s’en est fallu de peu que tu la saisisses.

Claudine a les yeux fixés sur son membre toujours aussi impressionnant par sa taille et sa grosseur et essaie de se justifier.
– Oh mon Dieu, je peux tout t’expliquer, comme je ne te voyais jamais avec des filles, j’avais peur que tu n’aimes pas les femmes et quand j’ai découvert ton sexe pour la première fois, je n’en revenais pas de voir cette monstrueuse excroissance.
– Je n’ai vu de tels pénis que dans des films pornos sur des blacks super-membrés et de voir sous les yeux un tel vit et en plus celui de mon propre fils, je n’en revenais pas.

– Tu as voulu m’exciter, reprend Michel, tu crois que je ne remarquais pas ta façon de t’habiller et comme tu m’aguichais ?
– J’ai pensé que tu te foutais de moi alors j’ai décidé de te pousser le plus loin possible, je n’ai pas eu beaucoup à le faire pour que tu me branles et ça avait l’air de ne pas te rebuter.
– Hein ?? Mais Michel, tu ne peux pas penser ça de moi !
– La preuve que si…, je me suis senti humilié
Michel commence à se rapprocher, il se met à genoux sur le lit et saute sur sa mère.
Elle se recule autant qu’elle le peut, encore sous le choc des révélations de son fils…

-Tu vas connaître ce que c’est qu’un vrai mâle !
– Michel…, nooooon, tu ne peux pas faire ça !!!!

-Tu ferais mieux d’en prendre ton parti, quand je quitterai cette pièce, tu y seras passé, que tu le veuilles ou non.

Il la plaque sous lui, passe une jambe de chaque coté de son corps, sa longue verge vient frotter contre les lèvres intimes de sa mère.
Elle essaie de se débattre mais il lui immobilise les bras de ses mains puissantes.

– Oooh maman, j’en rêve depuis si longtemps !
– Michel, arrête, je t’en supplie !
Le sexe du jeune homme glisse contre la chatte de sa tante.
Il se penche et embrasse à pleine bouche sa mère, sa langue force l’entré des lèvres et se mélange à celle de sa mère.
Elle se refuse mais ne peut rivaliser avec la force de ce jeune homme et lui rend son baiser, son corps répond à ses avances, ses seins durcissent, ses pointes deviennent dures et proéminentes, son vagin est inondé de mouille.

L’énorme gland se frotte sur les lèvres vaginales et se retrouve coincé à l’entrée de sa grotte chaude et humide
– Non Michel, pas ça, on ne peut pas faire ça, tu es mon fils !
D’une seule poussée, il projette son bassin en avant introduisant pratiquement 20 cm d’un seul coup dans le vagin.
– Ooooh, Michel, c’est pas vrai, tu l’as fait, oh putain que t’es gros, quelle sensation !!!!

– Oh maman, tu es tellement chaude à l’intérieur !

Il commence à la ramoner avec douceur. Sa queue rentre presque complètement et ressort sans cesse.
Il augmente la cadence, les corps claquent, elle reçoit ses énormes coups de boutoir.
Il la lâchée et elle a posé les mains sur ses épaules, ses seins se balancent dans tout les sens, elle accompagne ses pénétrations prenant de plus en plus de plaisir.

– Alors maman, tu veux que j’arrête ?
– Ooooh non, continue mon chéri, c’est mal ce qu’on fait mais c’est trop booonnnn !

Elle repense à toutes les fois ou elle à rêver d’être prise par ce gros gourdin et connaît un formidable orgasme.
Michel se libère aussi et accompagne son plaisir en se vidant en elle en longs jets.
Il prend les jambes de sa mère et les met sur ses épaules et continue de la baiser sans un instant de récupération, doublant de vitesse.
Claudine n’est plus maîtresse de son corps, les orgasmes se succèdent à une cadence folle malgré les interdits qui résonnent dans sa tête.
Il se retire et la retourne sur le ventre et son missile pointe devant sa vulve et la pénètre comme téléguidé donnant de grands coups de reins. Claudine halète, folle de plaisir.

– Alors, maman, elle te plaît ma queue, tu en as déjà connu de pareilles?
– Ooooh, tu me rends folle…, comment peut-on avoir tant de plaisir avec une pine ? !

Michel est fier que sa mère prenne son pied mais il veut aller encore plus loin.
Alors, il humidifie son majeur, puis le pose sur l’anus de sa mère.
Elle sent son doigt qui s’insinue dans son cul avant qu’elle ne puisse réagir.

Il la besogne tellement qu’il ne peut se retenir de se vider une nouvelle fois en elle en doses toujours aussi copieuses tout en lui mettant un deuxième doigt dans le cul.

– Tu aimes, maman, tu sens mes doigts ?
‒ Oooh, mon chéri, je n’ai jamais voulu par là !

Michel retire son chibre qui a ramolli de la chatte de sa mère qui se vide d’un flot de sperme.
Il s’enduit les doigts avec et force son anus avec un doigt supplémentaire.
Claudine commence à ressentir de l’excitation à cette pénétration peu orthodoxe.

– Oh maman, comme tu as l’air d’aimer ça, tu es tellement belle, regarde, je rebande déjà, je vais passer la vitesse supérieure!

Claudine a peur de comprendre, horrifiée à l’idée qu’un tel pieu puisse rentrer dans un trou si serré.
Michel retire ses doigts, présentant à la place son énorme défonce-cul.

– Michel?? Non, pas ton monstre, même ton père n’est jamais passé par là !!!
– Il faut bien une première fois et si j’y arrive, tout pourra rentrer!

Voulant tout lui faire subir, il appuie fort la tête de son nœud qui plie sous l’effort, il a tellement de mal à rentrer qu’il se saisit de sa queue noueuse et force brusquement,.
Son gland disparaît dans son anus qui se resserre aussitôt le gland mafflu à l’intérieur.

– Oooh maman, comme tu es serrée, tu es vierge du cul!
Elle respire profondément quand la grosse ogive épaisse glisse en elle. La douleur est violente.
-Aaaaaaaaaaaaaah !!! Mon Dieu que ça fait maaaaaal, noooooooon !!!
Elle hurle et pleure tandis qu’il la pénètre de plus en plus profondément.
Soudain il cesse la pénétration et ne bouge plus.
Elle peut enfin reprendre son souffle.

– Putain tu me casses le cul avec ton bélier !!!Arrête j’ai trop mal !!
Il donne soudain un violent coup de reins. – Wouaaaaaaaah!! ..ooooooooooh !!! noooooooooooon !!!

Le mandrin est enfoncé à moitié et il commence un très lent va et vient, sa bite ressort et ce renfonce toujours un peu plus, à chaque poussée il gagne 2 a 3 cm.
– Tu es bien serrée et je vais te pilonner a mort, tu vas jouir comme une chienne !!!
Lentement il ramone son cul dilaté par sa queue gigantesque, ses couilles pendent entre les fesses de sa mère.
Les mains de Michel se placent de part et d’autre et saisissent ses fesses. Il les écarte doucement.
Il s’arrête, ressort et lui rentre jusqu’à la garde ses 25 cm puis ne bouge plus attendant que son anus déformé par la grosseur inusité de cette verge se dilate un peu.

Claudine mord dans son oreiller pour ne pas hurler.
Il entreprend de la besogner, Les fesses claquent sur son pubis à chaque coup de pine, il l’encule sans relâche, variant les plaisirs passant d’un trou à l’autre.

Au bout de quelques minutes, Claudine commence à découvrir les joies de la sodomie, c’est un pur régal…
Michel accélère encore la cadence.

– Maman, je sens que je vais jouir, mais je veux jouir dans ta bouche !
Il se redresse, présentant son mandrin au visage de sa mère.

– Vas-y, maman, suce-moi…, bois le jus de ton fils !
Elle embouche sa grosse queue sur le point d’éclater sans se faire prier, elle lui suce les couilles, lèche l’énorme gland prêt à éclater.

– Ooooh maman, oui, je jouis, je jouiiiis !
– Oui Michel, noie-moi sous ton foutre, oh Michel, Michel, Michel !!!
Son sperme gicle sur le visage de Claudine qui continue de le branler.
De longues giclées maculent aussi sa poitrine et son ventre.
Il la regarde, en nage, elle est en train de lécher les dernières gouttes de sperme qui lui maculent la bite.
– Oh maman, que c’était bon, maman…, maman…, maman ? !

Maman…, maman, qu’est ce qui t’arrives ???
Claudine ouvre les yeux, son fils est penché sur lui.
Je t’ai entendu m’appeler, tu es sûre que ça va???

Claudine regarde autour d’elle…, elle est dans son lit le corps trempé de sueur, la chatte en feu.
Un rêve, ce n’était qu’un RÊVE !!!

– Euh, oui je vais bien, ce n’était qu’un cauchemar, ou plutôt un rêve, oui un merveilleux rêve.

Eh oui, Claudine vient de réaliser qu’elle a tellement envie de lui que ses rêves sont peuplés de rapports torrides mais au combien interdits avec son fils.
Et elle ne sait toujours pas s’il « en est »
Et vous, quel est votre avis ? Vont t’ils bientôt passer à l’acte ?
Vous le saurez au prochain épisode.

Contactez Patrick

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

En famille / Fantasmes / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.