379 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- See You - 2821 Vues

Feux tricolores surprenant

Depuis son installation je peste contre ce feux qui est toujours au rouge quand j’arrive sur lui. Quelle idée a bien pu avoir le maire de ce trou perdu pour y installer ce truc, franchement il doit passer dans ce petit village à peine une quinzaine de voitures par jour, et pourtant je vais bientôt être tout content qu’il soit là.

Un samedi matin du mois de juin, je suis dans mon auto, j’arrive dans le village, et bien sur le feu est au rouge, devant moi une Opel cabriolet, capote ouverte, une nana au volant, brune cheveux courts, je n’en vois pas plus pour l’instant.

J’attends patiemment que ça passe au vert quand la nana me fait des signes de la main m’engageant à venir vers elle, je sors de l’auto et je la rejoint:
– Vous pourriez m’aider me dit elle, je n’arrive pas a ouvrir le coffre de ma voiture, dès que le feu passe au vert, je me gare un peu plus loin vous pourrez regarder ?
Je lui répond, ok, et je remonte dans mon véhicule.
Le feu passe au vert, elle démarre, je la suis, elle prend à droite, et après deux ou trois habitations se retrouve pratiquement en pleine campagne, une espèce de parking elle se gare.

Je descends et m’approche, ayant un peu plus de temps, je la détaille, brune, jolis yeux bleus, adorable sourire, elle porte une longue robe rouge bordeaux tenu par des boutons sur le devant.

J’ouvre la porte elle va pour descendre, les jambes s’écartent, un pied par terre, l’autre dans la voiture, la robe s’entrouvre, elle n’a pas de culotte, mon regard est tout de suite attiré par une jolie petite chatte aux lèvres rasées surmontées d’une petite touffe de poils bruns je ne peux m’empêcher de commenter:
– Wahouu c’est beau !
En une demi seconde je me suis mis à bander, elle sourit, descend et va vers le coffre, je la rejoins et constate tout de suite le problème.

En ouvrant sa capote, un crochet s’est mal repositionné, une pression sur le coin du capot et tout rentre dans l’ordre.

– Merci dit- elle.

Elle ouvre le coffre et se penche pour récupérer un sac.

Je ne peux pas résister, ce petit cul tendu vers moi , je me colle contre elle, lui faisant bien sentir l’effet de sa chatte sur ma queue.
– Hé, vous êtes un rapide, vous !

Mais elle ne se redresse pas pour autant.
– Je suis désolé, je n’ai pas pu résister, vous m’avez trop fait d’effet !
– Ben je vois ça, ou plutôt je le sens !
Je passe mes mains sous ses bras et empoigne ses seins, c’est pas mal, assez gros et fermes, elle n’a pas de soutif non plus, dès que je les ai effleurés les pointes durcissent, je bande de plus en plus contre son cul.
– Hé vous allez quand même pas me violer sur le bord de la route ?
Je recule un poil elle se retourne, je l’attire et la serre contre moi, et je cherche ses lèvres, on se roule une pelle, quand je la lâche elle me dit :
– J’y crois pas !
– Ben oui, mais c’est un peu de votre faute quand même non, m’appeler, me faire voir votre chatte comme ça, évidemment ça donne envie !
– Bon, je dois dire que ça ne me déplait pas, mais on ne peut pas faire quoique ce soit ici .
– C’est sûr, on peut aller ailleurs .
– Ou ?
– Suivez moi !
Je remonte en voiture, je démarre et avance, je guette dans mon rétro, va t’elle venir, elle semble hésiter puis finalement me suit.

On fait à peine trois ou quatre kilomètres et on est en pleine campagne, je ralenti, je cherche un coin tranquille.

Un petit chemin, là à droite, s’enfonce dans un bosquet, je m’engage, elle est toujours derrière, je stoppe et je descends.

Je vais vers sa voiture ouvre la porte, et elle me refait voir sa chatte quand elle va pour descendre, je retiens la jambe qu’elle a encore dans l’auto, je m’agenouille, et d’entrée je colle ma bouche sur sa chatte, c’est mon péché mignon ça, j’adore bouffer une chatte.

Celle- ci est toute mignonne, bien serrée et déjà bien humide, ma langue se colle à la fente, la pénètre, reviens sur le bouton, elle ne met pas longtemps à apprécier, elle gémit, elle va au -devant de ma caresse, elle remue son bassin d’avant en arrière, en moins de trois minutes elle crie et son jus me coule dans la bouche.

Je me relève, baisse ma braguette, j’ai un peu de mal à sortir ma queue toute raide, elle l’a bientôt à hauteur de la bouche et ne se fait pas prier, elle m’empoigne et avale mon gland en me branlant.

Whaouu c’est trop bon, en plus elle sait y faire, je durcis encore plus quand je lui prend la tête à deux mains pour bien lui enfiler dans sa bouche.

Je suis sur le point de lui envoyer tout mon foutre sur la langue, mais je sors de ce fourreau accueillant, je ne veux pas que ça finisse aussi vite.

Je la fais sortir de la voiture, de nouveau je lui prend les lèvres pour l’embrasser, un baiser électrisant, et l’emmène derrière son auto.

Je déboutonne sa robe et j’admire un instant son corps, longues jambes, belle petite chatte dont j’ai déjà parlé, petit ventre plat et une sacrée paire de seins, un bon 90 ou 95 C ou D, des tétons bruns bien durs, un joli minois agrémenté d’une belle bouche teinte en rouge ardent, et comme je l’ai dit plus haut, de magnifiques grands yeux bleus.

Vraiment une belle fille, je la tourne et l’appuie sur le coffre de l’Opel, je prends ma queue en main et la dirige vers sa chatte, elle a compris elle écarte ses fesses à deux mains.
– Oh vas y, mets la moi, baise moi avec ta grosse queue !
Mon gland se pose sur sa fente et c’est elle qui d’un coup de cul s’embroche à fond, mes vingt centimètres sont déjà au fond de sa chatte tellement elle est trempée, c’est entré tout seul, et elle bouge comme une furie.

Je passe mes mains sous elle pour lui peloter les nichons, je cogne au fond de sa chatte, c’est trop bon, elle se déchaîne en criant, il ne lui faut encore une fois, que peu de temps pour jouir, une fois, deux fois, elle n’en peut plus dit- elle, mais elle continue à se démener sur ma bite, et je ne suis pas en reste pour la pourfendre, elle éclate pour la troisième fois quand je lui balance mon jus dans la chatte….
Nous sommes en sueur tous les deux, on retourne s’asseoir dans l’Opel :
– Au fait moi c’est Fred !
– Je sais, moi c’est Marie-Pierre !
– Comment ça tu sais ?
– Il a pas mal de temps que je t’avais repéré dans le coin, et ce matin tu es tombé à pic, quand je t’ai vu dans le rétro, et mon coffre en panne je me suis dit que c’était le moment, alors j’ai vite enlevé mon string et voilà !
– Super, j’espère que l’on se reverra vite alors !
– Surement mais bon je suis mariée, avec des enfants ça ne sera pas toujours simple !
– Ok, ben je te donne mon 06 et tu téléphone quand tu veux !
On s’est embrassé encore une fois en se caressant mutuellement, puis elle est remontée dans son auto, la suite une autre fois ……..

 

Voir toutes les histoires de See You

 

Vous qui avez lu, Feux tricolores surprenant, vous êtes

View Results

Loading ... Loading ...

.......

A propos de l'auteur :

Je suis un homme marié la cinquantaine qui aime écrire des histoires érotiques.

Exhibition / Hétéro / Histoire vraie / Lieux publics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.