348 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 1543 Vues

Henri, un modèle de nu pour les peintres, Claude le sélectionne

Henri

Le modèle préféré du cours de peinture, surtout des demoiselles.
CLAUDE
Je me prénomme Claude. Je suis assistante pour les cours de peinture d’un grand artiste. Il me demande de trouver un modèle masculin pour un cours de nu mais il a des exigences assez bizarres
– Claude, j’organise un cours de peinture sur le nu masculin mardi soir, mais les modèles que j’emploie d’habitude ne correspondent pas à ce que je veux.
– Le modèle doit avoir moins de quarante ans, bien proportionné sans être hyper musclé. Il devra avoir ses organes géniteurs entièrement rasés et être bien pourvu de ce coté là, un beau pénis bien développé et assez large, et qui ne recule pas sur ce qui pourrait se passer, c’est important pour le thème de mon cours.

Je suis rêveuse à l’idée de devoir trouver un tel homme… qui de plus posera nu!
– Euh oui, je me charge de trouver l’oiseau rare.
Plusieurs hommes ont répondu à l’annonce, je les convoque et leur fait passer un entretien.
C’est déjà le 7ème que je vois mais aucun ne correspond à tous les critères, et en plus le seul qui a une verge assez grosse a un corps vraiment trop commun.

Il n’en reste plus qu’un, je le fais entrer, il est vraiment très beau.
– Vous pouvez vous présenter en quelques mots?
– Je me nomme Henri F. j’ai 34 ans, 1m77 pour 78 Kg, je suis artiste intérimaire.
– Oui, merci. Et poser nu ne vous pose pas de problème?
– Non, comme je suis souvent en chômage entre deux rôles, je tourne aussi dans le porno donc la nudité ne me pose pas problème.
Je ne sais quoi répondre…. Un acteur porno… Il doit être bien membré, enfin j’espère…

– Je dois prendre quelques photos, vous pouvez vous dévêtir s’il vous plaît?
Quelques secondes plus tard il est en tenu d’Adam, je suis tombée sur le bon numéro.

Un torse parfait, un ventre plat avec des tablettes de chocolat, qui encadrent une queue lourde qui ballotte entre de belles cuisses musclées, elle est très épaisse et bien longue.
Il me regarde, un léger sourire aux lèvres.
– Je croyais que tous les acteurs pornos s’épilaient la queue et les burnes mais je vois que ce n’est pas le cas. Pour avoir le boulot il faut raser l’entre jambes, je vais vous laisser faire par contre.
-Non, non allez y, moi je n’aime pas faire ça!
– Euh…disons que c’est gênant…
– Vous devrez vous en charger si vous voulez que votre boss soit content.
– Bon, après tout, pourquoi pas?

En plus, son engin me fascine, même au repos il a une taille impressionnante. Pour le raser, il va falloir que je mette la main à la pâte (ou plutôt à la bite).
– OK, je prends la crème épilatoire et je m’en occupe.
Je m’assois sur une chaise juste devant lui, mes yeux arrivent à la hauteur de sa hampe épaisse qui repose sur de belles couilles. Il a de sacrés arguments. Je mets de la crème dans le creux de ma main puis j’attrape sa bite de l’autre main pour la soulever et accéder en dessous, elle est tiède, épaisse…
Je l’enduis consciencieusement, j’en étale bien sur ses grosses couilles que je malaxe tout en soulevant sa queue, j’ai d’ailleurs l’impression qu’elle enfle dans ma main….
Je continue à enduire ses couilles et la hampe…et oui, je ne rêve pas…sa bite gonfle encore un peu et finit par se redresser, je fais la blasée, son gland sort alors de son prépuce, il est bien rond, très gros….
Je le regarde furtivement, il me sourit face à la situation.
Je commence à enduire cette belle bite maintenant en érection et la masse pour faire pénétrer la crème, elle continue à grandir et doit bien faire maintenant dans les 24/25cm.

Sa grosse queue bande à mort devant mes yeux mais elle est devenue si épaisse que petit à petit elle repousse mes doigts qui n’arrivent plus à en faire le tour, elle est d’une grosseur monstrueuse.
Sous le choc d’une telle vision, je retire ma main et son gourdin sous la pression vient taper son ventre avant de s’immobiliser pratiquement à la verticale.
– J’aimais bien quand vous me la mainteniez avec votre main.
Si ça, ce n’était pas un message clair….Je reprends son gourdin en main….
– Comme ça?
-Oui….

Je me mets à le branler doucement, faisant coulisser ma main sur ce colosse, il reste impassible, je m’applique à bien le masser, je mouille comme une folle…
– Désolé de la réaction mais avec une main aussi douce…et tes lèvres ont l’air tout aussi douces.
J’attends quelques minutes que la crème agisse, il ne débande pas d’un millimètre, son énorme queue dressée comme un trophée….
Toujours assise sur ma chaise, je passe un gant de toilette humide pour enlever l’onguent et sans rien dire enfonce sa bite dans ma bouche.
Il pose ses mains sur ma tête et accompagne ma fellation…elle est si grosse que je ne peux la gober en entier.
– J’étais sûr en te voyant que tu aimerais ma queue, humm putain c’est bon!

Je le suce et le branle énergiquement en même temps pendant 15 bonnes minutes, j’ai de la bave qui me coule aux coins de lèvres, mais toute mon expérience n’arrive pas à le faire jouir.

– Si tu veux me faire jouir, il en faut beaucoup plus de ta part!
J’avais oublié que j’avais affaire à un acteur porno… Il me relève de la chaise, me fout à poil et me fait assoir sur ses genoux, le dos tourné vers lui…
– Maintenant tu descends doucement pour que ta chatte enfourne ma bite le plus loin possible, je te laisse décider jusqu’ou tu peux aller!
Je n’ai d’yeux que pour cette queue qui va dans une fraction de seconde me perforer ma moule débordante de mouille.
J’attends quelques secondes… je n’en peux plus.
Je l’enfonce en moi. Je sens les parois de ma chatte s’étendre à l’avancement de cette bite, elle me comprime les parois comme si elle épousait chaque millimètre carré de mon intérieur, avant de venir buter au fond.
Mon plaisir monte, monte, comme jamais jusqu’à présent, mon vagin dégouline, je suis mouillée et ça coule entre mes cuisses.
A chaque poussée de mon corps sur son sexe, des bruits de succion s’élèvent, mais je m’en fous je suis trop bien !
Il est increvable j’ai le temps de jouir plusieurs fois continuant toujours mon va-et-vient.
Après 10 bonnes minutes, il ressort sa queue et fait claquer sa grosse bite sur mon cul….
Elle est méga dure et couverte de cyprine.
– Tu te fais souvent baiser?
– Euh…oui, enfin ça m’arrive…

Il fout de la salive sur son gros gland bien rond, croche une main sur une de mes hanches, de l’autre positionne son sexe sur mon petit trou.
Le gland mafflu, se pose sur mon petit orifice et le caresse comme pour l’apprivoiser.
Guidant son sexe de la main il pousse de toutes ses forces sur ma petite rondelle brune.

– Attention… je vais forcer… pousse toi aussi chérie tu auras moins mal….
– Aie doucement!
Le suppositoire énorme écarte mes chairs… lentement… une brûlure fulgurante m’arrache des larmes….
La douleur de l’intrusion initiale est si vive, j’essaie d’écarter les cuisses au maximum pour minorer la douleur.
– Non ….. Ohh ….. Ohh…, s’il te plait ….. Arrête. Argghhhhhh. Ohhh mon Dieu.. Nonnnnn !! Henri commente la pénétration. – Le gland est presque rentré, j’arrête un instant, tu me dis si tu veux que je me retire….

Je ne vais pas abandonner si près du but!!! Sa queue lubrifiée aidant, mon sphincter capitule d’un coup, quelque chose vient de s’enfoncer profondément dans mes intestins…
Je pousse un cri déchirant. – Ca y est!!! Je suis entré de dix centimètres, le reste n’est qu’une formalité!!!
-Tu m’as dit que tu aimais ça!
Il me redonne un second coup de bite qui me déchire encore plus le cul.
– Il est serré ton cul, on dirait qu’il n’est pas habitué à tel fête!

La pause est finie, il se retire de mon cul et d’un dernier coup de rein violent s’enfonce jusqu’à la garde.
Je sens le contact de ses couilles sur mes fesses. Les derniers centimètres les plus épais ont été atroces.
Cette fois, il est entré, tout entré. Il reste quelques instants immobiles, pour que ma rondelle accepte la dimension de son mandrin. Il est entré entièrement en moi !!!

Je sens son énorme sexe au plus profond de moi et j’y prends un certain plaisir la douleur s’atténuant… .
Il est presque totalement ressorti et d’une longue poussée, il se renfonce entre mes fesses, je pousse un hurlement de douleur mêlé de bonheur .
La pénétration est à la fois douloureuse et jouissive. Ses coups sont de plus en plus forts, de plus en plus amples et de plus en plus rapides.
Il se déchaîne désormais dans mon cul.

Chaque poussée de sa queue dans mes reins me tord de douleur mais aussi de plaisir.
– Va y, encule moi à mort, fais moi jouir par le cul !!!
Encouragé par ces mots il accélère la cadence, le monstre de chair entre et ressort du cul à vive allure, le rythme et soutenu.
Je pense qu’il me baise comme ça pendant 15 bonnes minutes, j’ai mal partout.
Longtemps il me pistonne et je jouis à répétition.

Il sort la queue de mon cul, et vient plonger dans ma chatte pour se lubrifier correctement le chibre. Le contraste est saisissant, autant la progression dans mon cul était lente, autant sa queue s’est enfilée jusqu’à la garde dans ma chatte sans résistance.
Il alterne entre mon cul et ma chatte. Plus il effectue des passages dans mon vagin et plus le retour dans mon petit trou est facile.
Je sanglote constatant que mon corps réagit mécaniquement s’offrant lubriquement à ses assauts.
Il se retire brusquement et s’écrie. – Suces moi maintenant !!
Il m’attrape par les cheveux et me place face à sa queue, plus grosse et ultra veinée que jamais…et il enfourne difficilement le mandrin qui est toujours gonflé entre mes lèvres, je tète sa monstrueuse bite.
Il me décharge une quantité énorme de sperme dans la bouche. Continuant inlassablement à se vider les couilles. Son sexe crache sa semence par vague. Bon sang, c’est incroyable, il se vide par flots !
J’essaie de déglutir mais ne peux suivre le rythme, 2 filets de foutre coulent aux coins de mes lèvres.
-Alors je suis pris?

Il bande toujours, c’est un cas rare.
– Oui, tu feras un sacré modèle!
Et aussitôt il recommence à me baiser.

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr
Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet.
Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

Fantasmes / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.