351 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- cplfemmeofferte - 48421 Vues

Histoire vraie – Ma femme offerte à la chaine dans un club

Ma femme et moi formons depuis 7 ans un couple dont les règles de fonctionnement ont été expliquées avant même notre première rencontre sur internet. (Voir le récit). Elle est régulièrement partagée et offerte selon ma volonté. Son statut de soumise lui interdit de refuser ceux et celles que je lui destine. Je partage avec vous des moments de notre vie.

——————

A cette époque, environ 2 ans après notre rencontre, j’avais déjà partagé ma femme avec une trentaine d’hommes différents, mais toujours en trio HHF. Je recherchais depuis quelques temps un petit groupe d’hommes sur internet pour l’offrir à un plus grand nombre à la fois. L’idée de la voir prise par tous les orifices en même temps me séduisait beaucoup. Je l’imaginais assaillie, au service de plusieurs membres, source de jouissance, recouverte de sperme comme un simple objet de plaisir. Vulgairement je voulais qu’elle ne soit qu’un simple vide-couilles !

Mais il n’est pas si simple de réunir 5 ou 10 hommes. Après quelques semaines de recherches j’ai appris l’existence d’un établissement spécial Gang Bang pas loin de chez nous. Nous ne fréquentons pas beaucoup les clubs car nous préférons largement le lit conjugal et « la vie normale » comme terrains de jeux. Mais ce club me semblait être une solution assez simple pour l’offrir au plus grand nombre. Après avoir pris quelques avis sur internet, je décidais d’y amener ma femme, « ma chienne » comme j’aime l’appeler au quotidien.

Un samedi soir, j’ai donc préparé la tenue de ma chienne en prévision de la soirée : cuissardes noires, combinaison résille ouverte à l’entrejambes, mini jupe kilt rouge, une veste noire ouverte sur la combinaison transparente qui laissait voir ses seins et bien sûr un collier en cuir et une laisse rouge. C’est ainsi vétûe, comme une pute que nous nous dirigeons vers la voiture. Sur le trajet je me suis contenté de lui dire « ce soir tu vas servir de vide-couilles ».

Le club étant en centre ville, nous avons trouvé une place à 200 mètres de l’entrée. C’est en tenant sa laisse dans la main que nous avons fait cet ultime trajet sous le regard de quelques passants. La porte d’entrée et les vestiaires passés nous nous dirigeons vers le traditionnel bar du club pour prendre un verre, découvrir l’endroit, l’ambiance, les hommes présents… Il y avait une dizaine de couple mais visiblement là sans grande intention de passer à l’acte et une trentaine d’hommes seuls, pas tous de bon niveau. Nous avons fini par opter pour un petit box avec une table basse pour prendre notre deuxième verre. Un homme est venu, silencieux s’installer en face de nous. Après quelques minutes, il se risque à poser une main sur le genoux de ma chienne pour tester ma réaction. Mon regard a fait office d’un « oui ». Puis d’un coup, sans vraiment voir venir, une dizaine d’hommes, voyant sans doute que ma chienne était disponible, se sont précipités sur elle pour la toucher de toutes parts. Un sexe d’homme se présentait même devant sa bouche. Ma chienne semblait être habillée de mains tellement chaque partie de son corps en était recouvert. j’ai laissé faire une dizaine de minutes avant de stopper les ardeurs des hommes. Cette scène avait mis en évidence le fait que j’aurai bien du mal à gérer les hommes en cas de Gang Bang. J’ai décidé d’en rester là pour la soirée. Nous y sommes retournés une semaine plus tard et nous n’avons une nouvelle fois rien fait. Je devais me rendre à l’évidence et accepter le fait que je ne pourrai pas sélectionner les hommes. Une fois en situation d’être offerte, tous les hommes se présenteraient devant elle pour la baiser, c’était une certitude !

Ce n’est qu’à notre troisième visite que les choses sont allés plus loin. J’avais trouvé comment l’offrir. Mon idée était bien plus de la faire baiser à la chaine que de lui faire subir un véritable Gang Bang. J’ai donc mené en laisse ma chienne dans une petite salle, puis je l’ai allongée dans un coin de la pièce de manière à n’avoir qu’un seul endroit d’où les hommes pouvaient venir. Je me suis placé derrière elle, à genoux, et j’ai posé sa tête sur mes cuisses. J’ai ensuite enlevé sa veste, descendu le haut de sa combinaison pour libérer ses seins et son ventre puis écarté et remonté ses jambes pour la rendre accessible. Sa chatte lisse et son anus était alors offerts à qui voulait s’y introduire. Une dizaine d’hommes qui avaient parfaitement compris la situation faisaient déjà la queue devant ses cuisses ouvertes. J’ai ensuite donné mes instructions à l’assemblé en sachant que si d’autres hommes se présentaient par la suite ils comprendraient le fonctionnement en regardant les autres faire avant eux. « Avec capote uniquement, vous la baisez ou vous l’enculez, au choix, puis vous venez vous vider les couilles sur ses seins ou sur son ventre, pas dans sa bouche ». Le premier homme pris ses mollets, remonta ses jambes et la pénétra assez brusquement. Je tenais le visage de ma chienne dans les mains et l’obligeais à me regarder dans les yeux. Sa tête cognait contre mon ventre à chaque coup de bite de celui qui était en elle. L’homme la baisait sans aucune considération pour elle ou sa jouissance puis changea d’orifice avant de venir se masturber au dessus d’elle et y déposer des jets de sperme abondant et chaud. Un autre homme avait déjà pris la place du premier dans l’un des orifices de ma chienne. Des hommes se succédaient en elle, puis venaient agrandir la flaque de sperme qui commençait à se former entre les seins de ma chienne et dans le creux de son ventre. Certaines giclées retombaient sur son son visage. Le sperme coulait dans son cou et le long de ses côtes. Elle était gluante ! De mon côté, je comptais le nombre d’hommes qui passaient sur ma chienne. 10… 15, 18, 20 et enfin 21. Il y avait des jeunes, des vieux, des beaux, des moches… cela n’avait finalement aucune importance. Ma chienne n’était plus qu’un vide-couilles et c’est la seule chose qui comptait à mes yeux. Le vingt-et-unième passé, il ne restait que 3 ou 4 hommes qui visiblement n’arrivaient pas à bander. J’ai donc stoppé l’expérience.

Sans essuyer le sperme qui coulait de toutes parts, j’ai remonté le haut de combinaison résille par dessus les flaques en demandant à ma chienne de le conserver sur elle jusqu’à ce qu’il soit sec. Nous sommes ainsi retournés au bar boire un dernier verre avant de partir. Le visage de ma chienne arborait encore quelques giclées qui coulaient doucement jusque dans son coup avant de se figer sur son collier de cuir. Beaucoup la regardaient ainsi, épuisée. Son maquillage avait coulé. Son rouge à lèvres débordait largement sur ses joues.

J’avais une fierté et une admiration sans faille pour ma chienne. Ma femme était une pute, une salope, un vide-couilles… et avait un score de 21 !

Mais la soirée n’était pas finie. Je devais reprendre possession de cette pute. De retour à la maison, je disposais ma chienne sur le lit conjugal pour lui infliger la vingt-deuxième bites de la soirée. C’est dans son cul largement ouvert que je repris possession d’elle. Elle grimaçait de douleurs dues aux frottement des vingt-et-unes premières. Elle puait le sperme. Celui-ci avait eu le temps de sécher et formait comme une pellicule crayeuse sur sa peau. Par endroit il avait collé la résille sur son ventre.  Je ne suis vidé en elle, puis la pris dans mes bras pour la nuit. Le sperme sec se détachait sous mes doigts comme une sorte de poudre rugueuse.

Quelle fierté de posséder une femme comme ça !

Voir toutes les histoires de cplfemmeofferte

.......

A propos de l'auteur :

Couple dont femmes docile, offerte à hommes, femmes et groupes.

Exhibition / Hétéro / Histoire vraie / Lieux publics

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.