314 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- See You - 4656 Vues

L’adolescence de la secrétaire salope et soumise

Vous m’avez découverte dans mes précédentes aventure, comme secrétaire salope et soumise à mon patron, et comme secrétaire salope et soumise et lesbienne avec les femmes de ménage.

Je vais vous raconter maintenant des choses qui se sont passées à mon adolescence, et qui font que je suis devenu salope, soumise et bi.

Tout a commencé quand j’avais treize ans, j’étais alors une petite adolescente pubère.
C’était les vacances d’été, et comme tous les ans j’allais passer plusieurs semaines chez mes grands parents pendant que mes parents travaillaient.
J’y retrouvais une bonne copine que je connaissais depuis quelques années, et qui passait aussi ses vacances chez ses grands parents qui étaient voisins des miens.
Cette copine était plus âgée que moi, elle devait avoir seize ans, mais nous nous entendions très bien.
Ce jour la il faisait très chaud et nous étions parti nous promener à vélo l’après midi, sans but bien précis.
En arrivant près d’un petit ruisseau que l’on connaissait bien, ma copine m’a proposée de nous arrêter pour nous rafraîchir en allant barboter dans l’eau, l’endroit était désert, personne ne venait se promener par la à part nous, c’était un peu notre endroit à nous, notre jardin secret, j’étais loin de me douter que ça allait le devenir encore plus.
La chose était pas prévu et nous n’avions pas nos maillots de bain, je n’étais pas très chaude pour me baigner comme ça sans maillot, mais ma copine a insisté et j’ai fini par accepter à condition de garder ma petite culotte.
Ma copine se mi complètement nue devant moi, cela avait pas l’air de la gêner du tout, moi je n’osait pas me dénuder devant elle, je fini par le faire mais j’étais très gênée.
Je fini par la rejoindre dans l’eau et nous nous amusions bien, je ne pouvais m’empêcher de regarder sa petite minette, ses seins déjà très bien formés alors que les miens étaient juste naissants.
La vue de sa minette et de ses seins me faisait tout drôle au bas du ventre, comme cela m’était déjà arrivée quelquefois dans mon lit au réveil, après des rêves étranges, et dont je me rappelais presque rien, et qui me laissaient dans un état étranges que je ne comprenais pas.
Je pense qu’elle se rendait compte de mon trouble car elle s’amusait à me toucher un peu partout en jouant dans l’eau, l’air de rien, elle me frôlait la peau pour un oui ou un non, à mon tour m’enhardissant, je m’amusais aussi à la toucher en la frôlant, son corps m’attirait et me troublait sans que je sache et je comprenne pourquoi, et on s’amusait comme ça un bon moment.
Ma petite culotte était complètement trempée par l’eau et me collait les fesses et le ventre.
Je voyais qu’elle me regardait avec un regard un peu bizarre et ça renforçait mon trouble.
Le temps passait avec ces jeux troublants et la drôle de sensation irradiait doucement le bas de mon ventre et mon sexe.
Je ne savais pas ce qui se passait et j’avais un peu peur de je ne sais quoi.
Au bout d’un certain temps l’eau fraîche du ruisseau nous avais donnée un peu froid, nous sommes sortis de l’eau pour nous réchauffer.
Ma culotte était toute mouillée et je ne pouvais pas revenir comme ça sur mon vélo.
Ma copine me proposait de faire sécher ma culotte sur les rochers brûlants de soleil.
J’hésitais mais sa persuasion et mon trouble firent que j’acceptais .
Je baissais ma culotte devant elle, enhardie par les jeux d’avant et mon trouble, je me suis surprise à baisser ma culotte sans me retourner face à ma copine, le souffle un peu court.
Le soleil était brûlant, comme les galets où nous nous sommes allongées l’une à côté de l’autre.
Je là regardais en douce et elle faisait de même.
Elle ne semblait pas gênée, bien au contraire, je la voyais ouvrir ses cuisses face au soleil.
Moi je n’osais pas cette impudeur et gardais les cuisses fermées.
Au bout d’un moment elle me demanda si j’avais peur.
J’étais surprise par cette question, peur de quoi?
Elle me demanda alors pourquoi je fermais les cuisses car on était bien mieux les cuisses ouvertes en plein soleil.
Sans rien dire j’ouvris alors les cuisses, et elle avait raison, c’était chaud, c’était bon d’être comme ça face au soleil.
Cette position nue, les cuisses ouvertes à côté de ma copine amplifiait mon trouble et les picotements au bas de mon ventre et de mon sexe , je ne savais pas ce qui m’arrivait et je commençais un peu à paniquer, mais je me laissais aller face au soleil complètement impudique.
Ma copine le voyait et devait s’en rendre compte car elle posas alors une main sur mon ventre, surprise, je n’osais bouger, elle commença à me caresser tout doucement.
Le souffle court, je regardais mon ventre descendre et monter, se creuser sous cette caresse.
J’étais tétanisée, des sensations bizarres se répandaient dans mes cuisses, mon ventre, ma minette.
Ma copine me dit que tout ça allait me faire du bien, que ça allait être très agréable.
Je la croyais et je me laissais caresser le ventre.
J’aurais voulu qu’elle me touche la minette, mais non, elle jouait juste en dessus sur le mont de vénus.
Je me surprenais à cambrer un peu les reins pour qu’elle touche mon sexe, mais rien n’y fit.
Doucement elle me pris la main et la posa sur mon sexe.
Elle me dit alors de le caresser.
Je n’osais pas, le faire comme ça devant elle.
Elle me pris à nouveau la main et me guida dans ma caresse.
J’avais envie de je ne sais quoi, c’était si bizarre et inconnu.
J’ouvrais un peu plus les cuisses et me mis à me caresser la vulve, je voyais mon pubis tout gonflé et saillant entre mes cuisses.
Je me mis à caresser ma vulve sans penser à rien d’autre, j’avais juste trop envie de me caresser la minette sur toute sa longueur, lui ouvrant les lèvres humides, j’avais juste envie de lui faire du bien, tout ça était trop bon, un plaisir inconnu jusqu’alors.
Mes cuisses et mon ventre tremblaient, je me caressais maintenant comme une folle, presque avec fureur.
Quelque chose allait arriver, je tremblais de plus en plus, mon cœur battait la chamade, mon ventre se creusait complètement me laissant voir mon pubis dressé.
Puis d’un coup, tout c’est emballé, je me souviens avoir vu le ciel, tout c’est troublé , le plaisir ( je ne savais pas ce que c’était ça ) était là, enivrant brûlant….
Je me souviens après m’être blottie contre ma copine, dans ces bras, seins contre seins, minette contre minette, elle me caressait doucement les cheveux, le dos les fesses, que c’était bon.
Voilà c’était ma première masturbation, et ma première avec une fille, et une nana se souvient toujours de sa toute première découverte du plaisir.
Les jours suivants, le temps continuait à être beau et chaud.
Avec nos vélos nous sommes retournées chaque jours dans cet endroit devenu encore plus merveilleux qu’au par avant.
Je n’avais plus d’appréhension à me mettre toute nue devant ma copine, j’y prenais même maintenant du plaisir.
Nos jeux dans l’eau du ruisseau étaient de moins en moins innocents, et moi aussi j’étais de moins en moins innocente.
Mes mains se promenaient sur le corps de ma copine, j’aimais lui caresser les seins, le ventre, les fesses, et elle faisait de même avec moi, j’aimais beaucoup la caresser, et j’aimais encore plus être caressée par elle.
Le lendemain de ma première masturbation et de la découverte de mon premier plaisir, après avoir joué dans l’eau, nous nous sommes étendues sur les galets comme la veille.
Cette fois ci j’ai pris beaucoup de plaisir à être toute nue au soleil, et j’ai écartée mes cuisses en grand pour profiter des bienfaits du soleil sur ma minette, c’était si bon de s’offrir au soleil.
Au bout de quelques minutes ma copine me proposa que l’on s’assoient face à face les jambes écartées nos corps à quelques centimètres l’une de l’autre.
Je vais te faire découvrir de nouvelles chose me dit elle, tu as besoin d’être éduquée sur tout se qui est sexuel, tu es beaucoup trop innocente, hier tu as découvert comment te donner du plaisir, je vais maintenant de faire découvrir que tu peux aussi avoir du plaisir avec une fille, et plus tard tu pourras aussi en avoir avec des garçons.
Tu vas me faire exactement la même chose que je te fais, je lui dis que oui, depuis la veille je n’avais plus peur de l’inconnu, depuis qu’elle m’avais fait découvrir mon corps et mon plaisir.
Elle commença par me caresser doucement mes petits seins, comme la veille je sentais de drôles de sensations dans mon corps, je fis de même avec les siens, j’aimais sentir ses caresses et j’aimais aussi la caresser.
Je sentais mes petits seins durcir, des frissons me parcouraient, que c’était bon toutes ses nouvelles sensations que je découvrais.
Soudain elle prit mes tétons entre ses doigts, elle les roulait d’abord doucement, puis brutalement elle tirait dessus tout en continuant à les rouler, je poussais un cri, puis en même temps je ressentais comme de l’électricité, je voulais qu’elle arête, cela me faisait mal, et en même temps je ressentais un plaisir un peu semblable à la veille quand je me suis masturbée pour la première fois.
Laisse toi faire et fais moi pareil, tu verras tu vas aimer.
Je pris ses tétons maladroitement entre mes doigts et je lui fi pareil qu’elle me faisait.
Ce qu’elle me faisait me rendait dingue, mon corps se tordait, ondulait malgré moi, elle aussi était parcouru comme par un courant électrique, je le sentais dans mes doigts, je le voyais dans ses yeux, son corps, ses gémissements qui accompagnaient les miens.
Je ressentais des choses complètement inconnues, c’était comme douloureux et en même temps cela me faisait du bien comme la veille quand je me caressais la minette.
Elle arrêta au bout d’un moment qui me sembla interminable, et je fi de même.
Elle se mit à me caresser le ventre, le pubis, l’intérieur des cuisses, je fi pareil, je retrouvais les sensations troublantes de la veille, je voulais qu’elle me caresse ma minette, mais elle continuait en faisant bien attention de l’éviter, je faisais pareil qu’elle comme elle me l’avais demander, mais j’avais aussi très envie de lui caresser sa minette qui était offerte à ma vue, je la voyais devenir de plus en plus humide, et je sentais que la mienne aussi.
Enfin après un long moment de ce manège, elle posa ses doigts sur ma minette, et je pu faire pareil sur la sienne, j’avais découvert la veille comme cela était bon et doux et excitant.
Je sentais ses doigts qui me caressaient et commençaient à fouiller mon intimité, comme cela était bon, et je découvrais aussi comme cela était bon de lui toucher sa minette et son intimité, sa minette humide m’attirait maintenant comme un aimant, j’avais envie de la toucher et encore plus d’en découvrir les moindres recoins.
Elle introduisit un doigt dans ma minette, je sursautai, mais je la laissais faire, j’avais confiance en elle, et j’avais trop envie depuis un moment déjà de faire de même dans la sienne.
Ce doigt qui caressait en même temps mon petit bouton, qui au passage avait durcit et grossit ( j’ai appris plus tard que ce bouton s’appelait un clitoris, c’est encore ma copine qui me l’as apprit comme tout ce qui a attrait au sexe d’ailleurs ), donc ce doigt qui me caressait et me pénétrait en même temps me faisait un bien fou, j’ondulais du bassin, pour augmenter encore cette caresse délicieuse, doucement au départ, puis de plus en plus vite comme la veille, je sentais cette sensation qui m’était encore inconnue la veille revenir avec encore plus d’intensité.
Ma copine aussi se tortillait de plus en plus sur mon doigt qui lui caressait et pénétrait son intimité, je sentais sa minette qui inondais de plus en plus ma main, nous avons atteins presque simultanément la jouissance ultime toutes les deux, j’ai senti sur ma main des petits jets de liquide quand elle à joui, j’ai cru qu’elle avait fait pipi, j’ai trouvé cela un peu bizarre, mais j’étais tellement heureuse et épuisée de toute la jouissance que j’avais eu, que je n’ai rien dit et cela ne m’avait pas finalement pas gênée, j’avais même aimée cette sensation, moi même j’avais la minette extrêmement trempée, j’avais peut être aussi pissée sur sa main.
Elle m’a expliquée ensuite ce qu’était un orgasme, et que certaines femmes dite fontaines, expulsaient un liquide à ce moment la, qui n’avait rien à voir avec du pipi et que cela m’arriverait peut être un jour à moi aussi, elle trouvait que je mouillais beaucoup, encore un mot que je ne connaissais pas.
Nous nous sommes allongées comme la veille l’une contre l’autre au soleil, comme c’était bon, j’étais heureuse comme jamais je ne l’avais été, je me sentais comme un bouton de fleur qui s’ouvre, j’étais épanouie et tellement bien.
Le jour suivant, après notre baignade traditionnelle, elle me dit, aujourd’hui je vais t’apprendre à te servir de ta bouche et de ta langue, j’étais surprise s’en vraiment l’être après ce qui c’était passé les jours précédents, j’étais disons plutôt intriguée, qu’est ce que l’on pouvait bien faire avec.
Pour commencer je vais t’apprendre à embrasser sur la bouche, t’inquiètes pas il n’y a rien de sale, tout ce qui touche au sexe est propre et pas du tout dégouttant du moment que l’on a une bonne hygiène.
Que tu embrasse un garçon ou une fille c’est pareil, ta langue doit venir caresser la mienne dans ma bouche, pour commencer on va juste s’embrasser sur la bouche sans la langue, puis après avec la langue.
Elle dépose délicatement un baiser sur ma bouche en me prenant la tête dans ses mains, je trouve cela étrange et plutôt agréable, je lui rend la pareil avec plaisir.
Elle me demande, tu as aimé?
Oui c’est agréable lui dis je. Et bien maintenant on va le faire avec la langue, tu laisseras ma langue entrer dans ta bouche et tu l’accompagneras avec la tienne doucement.
Elle pose sa bouche sur la mienne, je sens sa langue lécher mes lèvres et s’y glisser doucement, je me laisse faire, sa langue vient toucher la mienne, s’enroule tout autour, j’assaille de l’accompagner maladroitement, je commence à aimer cette sensation, elle se retire me laissant sur ma faim.
Tu aimes ?
Oui je crois, enfin je…., je…., et je me jette sur elle pour l’embrasser à mon tour, en m’appliquant, mais très vite je trouve cette sensation enivrante et je l’embrasse maintenant fougueusement, les sensations découverte les autres jours m’envahissant à nouveau, je sens ce feu envahir mon ventre ma minette, nos corps nus collés l’un contre l’autre amplifiants les effets.
Nous nous séparons pour reprendre notre souffle.
Et bien tu aimes ça, petite coquine.
Je me suis senti honteuse et confuse, elle s’en ai rendu compte, et me dit, c’est très bien, tu as pas à avoir honte, au contraire, sois fière de toi, recevoir et donner du plaisir il y a pas meilleure chose au monde, il n’y a pas plus grand bonheur, ne l’oublie jamais.
C’est vrai tu as raison, et puis je l’avoue je suis si bien avec toi, tu me fais découvrir des choses si merveilleuses, tu es si bonne avec moi, je sais pas comment de remercier.
Et bien tu n’as juste qu’a faire tout ce que je te demande en me faisant complètement confiance, sans te poser de questions, et en te laissant aller, je te donne des ordres, tu obéis, et tu laisse faire la magie, d’accord ?
Euhhh…., oui…., d’accord !
Tu promets de m’obéir et de faire tout ce que je te demande !
Oui je te le promets !
Bien, maintenant couche toi et laisse toi faire !
Je m’exécute, elle se met à quatre patte sur moi et commence par me rouler un patin, ( j’y avais pris goût, je l’avoue ), puis elle m’embrasse et me lèche mes petits seins, me suce mes tétons, ce qui a pour effet de les faire durcir très vite, et cela m’envoie des décharges électrique dans tout le corps, puis elle continue à dépose des baiser sur mon ventre, en tournant autour de mon nombril, puis sur mon mon de vénus, et sur l’intérieur de mes cuisses que j’écarte en grand, tout cela est si bon.
Puis elle pose sa bouche sur ma minette, sa langue caresse mon bouton magique, qui durci encore plus, je le sens se tendre et gonfler, ce qu’elle me fait est divin, mon ventre ondule de plaisir, j’ondule aussi ma minette, j’en veux plus, j’ai des envies que je ne contrôle plus, elle s’arrête soudain me privant de mon plaisir.
Je vais m’allonger et tu vas te mettre à quatre patte sur moi, ta minette au dessus de ma tête, et tu vas lécher la mienne pendant que je lécherais la tienne.
Je ne me fais pas prier, j’ai trop envie qu’elle reprenne ses léchouilles sur ma minette, et nous voilà partie pour mon premier 69, j’ai appris ensuite que cela s’appelait ainsi.
Je suis un peu dégoûtée au départ de lui lécher sa minette, en plus elle est bien humide et gluante, mais sa langue sur la mienne me donne envie de lui rendre la pareil, elle m’excite tellement que je me mets à lui déguster son coquillage avec fougue.
Je sens sa langue par moment pénétrer mon intimité, le premier instant de surprise passé, je trouve cela très agréable, je découvre de nouvelles sensations bienfaisantes, et par mimétisme je lui rend la pareil.
Je vois des flots couler de sa minette, je sens que moi aussi je mouille pas mal.
Sa langue quitte ma minette et je la sens sur mon anus, j’ai un mouvement de surprise, je pense c’est dégoûtant, puis je me rappelle ses paroles comme quoi dans le sexe rien n’est sale si on a une bonne hygiène, je me laisse faire, finalement c’est très agréable aussi, et puis j’ai promis de lui obéir et de me laisser faire.
Avec un peu d’appréhension je pose ma langue sur son anus tout englué par les écoulements de sa minette, finalement je retrouve le même goût que sa minette et je m’applique à lui faire subir tout ce qu’elle me fait.
Sa langue revient sur et dans ma minette et en même temps je sens un doigt forcer mon passage interdit, je suis si excitée, j’ai tellement envie qu’elle me fasse jouir avec sa langue qui me rend folle, je me laisse faire, j’essaie de me détendre et de ne penser qu’au bien être qu’elle me procure, son doigt fini par entrer dans mon cul, même si cela me fait un peu mal je découvre que c’est bon aussi, et maladroitement je fait pareil avec mon majeur dans son petit cul, je suis surprise que ce dernier y entre facilement.
Sa langue et son doigt dans mon cul provoquent des explosions dans tout mon corps, je sens que je vais jouir, je connais cette sensation maintenant, et j’en redemande, j’aime aussi à ma surprise lui lécher sa minette et lui doigter son cul.
Nous nous démenons toutes les deux comme deux vers de terre en nous tortillant dans tous les sens, les sensations sont de plus en plus fortes, je sens des vagues de plaisirs m’envahir, j’ai l’impression que je vais exploser et ma copine aussi, soudain les vagues se rapprochent et sont de plus en plus forte, je ne peux retenir cette explosion, ce feux d’artifices de sensations toutes plus fortes les une que les autres, nous crions toutes les deux notre bonheur en même temps, la minette de ma copine gicle avec de grands jets, je sens la mienne qui se vide aussi sur la figure de ma copine, nous nous écroulons sur le côté, mon corps est comme brisé en mille morceaux, mais bon sang que toutes ces sensations étaient divinement bonne.
Après avoir repris notre souffle, ma copine me dit tu te débrouille vraiment bien pour une débutante, je n’avais jamais ressenti autant de plaisir.
Tu es une bonne prof, moi aussi j’ai ressenti énormément de plaisir, j’avoue que j’ai pas d’expérience pour comparer, mais une chose est sur je ferais tout ce que tu me demanderas, du m’apprends trop de bonne chose, et puis je te l’ai promis et j’ai vraiment aucune raison de renier ma promesse, je te l’avoue j’en veux encore et encore.
J’étais sur que tu serais une bonne élève, tu seras ma soumise c’est comme cela que ça s’appelle.
Et tu aimes ça, tu vas devenir une vrai salope, je suis fier de toi.
Et voilà comment je suis devenu soumise et salope, aussi bien avec les filles qu’avec les garçons.
Les vacances touchaient bientôt à leur fin, les jours suivant j’ai poursuivi mon entraînement de salope soumise, et j’ai encore découvert de nouvelles choses.
Les trois années suivantes, ma copine et maîtresse m’a encore fait découvrir plein de nouveautés et à poursuivi mon entraînement de salope soumise, j’y ai pris un goût démesuré pour le sexe et la soumission, je vous raconterai peut être une prochaine fois.

J’ai écris cette histoires d’après des confidences que ma fait une femme avec qui j’ai échangé par mail et avec son accord.

Voir la secrétaire soumise

Voir la secrétaire salope et soumise aux femmes de ménages

Voir toutes les histoires de See You

Vous avez aimé cette histoire cliquez sur ce lien pour contacter See You par mail.

Vous qui avez lu l'histoire L’adolescence de la secrétaire salope et soumise

View Results

Loading ... Loading ...

.......

A propos de l'auteur :

Je suis un homme marié la cinquantaine qui aime écrire des histoires érotiques. Mesdames, mesdemoiselles, si vous avez des idées à me soumettre contactez moi, merci.

Bi sexuels / Fantasmes / Lesbiennes / Lieux publics / Masturbation / SM / Soumission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.