👀
319 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- Patrick - 1190 Vues

Les triplées adeptes des Lesbos se laissent séduire par un mâle

LES TRIPLÉES

ELISE, MARTINE, ÈVE.

– J’ai encore envie de toi!
Et pendant les 2 heures qui ont suivit, je l’ai prise encore 3 fois, Elise constate en riant. – J’ai vraiment tiré le bon numéro!

Nous avons recommencé de plus en plus souvent nos agapes sexuelles et ce qui devait arriver arriva. Ève et Martine, ses 2 sœurs (se sont des triplées) sont revenues plus tôt que prévu et nous ont surpris en plein 69.
Horrifiées par ce que fait leur sœur, elles se réfugient au salon.
Nous les rejoignons le temps de se rendre présentable. Je crois voir triple, se sont 3 copies conformes, le rêve devenu réalité. De vraies déesses.

– Elise, comment as-tu pu nous faire ça, nous tromper, et en plus avec un « mâle »!!! Hurle Martine. Ève en remet une couche.
– Et ça dure depuis longtemps ces orgies sous notre propre toit?
Elise prend la parole pour s’expliquer.

– Laissez-moi vous expliquer, les filles. Oui, ça dure depuis un certain temps et je ne regrette rien car vous ne savez pas ce que c’est que de faire l’amour avec un vrai « mâle ».
Patrick étudie comme moi pour devenir ostéopathe, nous avons sympathisé et de fil en aiguille notre amitié a évolué et un jour il m’a fait découvrir l’amour avec le sexe opposé.

Je ne renie pas pour autant notre triolisme entre triplées mais rien n’interdit d’aimer le fromage et le dessert.
Comme dit Patrick, avant de dire que l’on n’aime pas, il faut déjà goûter!
Je surenchéris.
– Pour le moment, c’est Elise qui en profite mais il ne tient qu’à vous de tenter l’expérience.
Aujourd’hui, j’aime Elise et j’apprends à vous connaître. C’est vous qui êtes maîtresses de la suite de l’histoire mais quoi que vous décidiez, je me plierai à votre décision si vous êtes les 3 d’accord.

Gardez Elise auprès de vous deux et continuez à vous aimer. Je m’en vais et Elise me dira ce que vous aurez décidé. Peut-être à bientôt!
Une semaine après, à la fin des cours, Elise veut me parler. Je l’invite au bar du coin prendre un café et elle me fait part de la décision du trio.

– Après ton départ les conversations ont été chaudes et animées, chacune défendant son point de vue et le sujet est revenu pendant plusieurs jours. Finalement on a trouvé une solution, Tu vas venir dimanche et mes sœurs vont nous regarder copuler et déciderons de la suite à donner, tu acceptes leurs exigences?
Je lui réponds.
– OK pour moi, alors à dimanche!

2 jours plus tard, je me retrouve devant mes trois copies conformes, elles ont fait exprès de se vêtir pareil et ce n’est que par le regard complice que je reconnais Elise.
Nous nous retrouvons au salon et la conversation vient très vite sur le sujet qui nous intéresse, ça fait 10 minutes que tout le monde donne son avis en appelant un chat un chat.
– Comme vous le savez sans vous l’avouer, vous brûler de tenter l’expérience! De mon coté le fantasme de vous savoir nues avec moi, l’idée de vous caresser l’une après l’autre m’excite aussi beaucoup.

Vous regarder vous lécher, caresser, embrasser et vous empaler sur mon vit me fait fantasmer…
Je peux me transformer pour vous en gode vivant !
Par exemple, vous pouvez me regarder prendre Elise, on pourrait demander à Ève de lui écarter les cuisses pour me regarder et de tenir ma verge qui pénètre en elle et même de la lécher en même temps. Vous pourriez vous mettre toutes les trois allongées avec les fesses offertes et je pourrais me planter en vous à tour de rôle.
Vous pourriez aussi vous mettre l’une derrière l’autre et je pourrais vous honorer… Je pourrais vous lécher l’une après l’autre. Vous pourriez faire mille et une choses, il suffit de laisser son imagination travailler, je serais votre esclave sexuel et le reste, c’est uniquement du plaisir sans prise de tête.

Elles se regardent sans parler, dubitatives, Elise se dirige vers moi et pose sa main entre mes cuisses, me caressant à travers mon pantalon puis extirpe ma bite d’une main experte, elle la caresse la montrant à ses sœurs.
-Pas mal ! Un beau morceau même au repos…Commente Martine effrayée en voyant mon engin. – Qu’est ce que tu en penses Ève ?
-Oui c’est vrai, un sacré pal!…

Elise me retire mes vêtements et installe tranquillement son visage devant mon entrejambe. Elle regarde la bête et me regarde fièrement et avec envie.
Je prends sa tête et approche ses lèvres de ma queue. Elle ouvre la bouche et l’avale courageusement. Ses deux mains sont posées sur mes cuisses, me donnant du plaisir uniquement avec sa bouche, sa tête mont et baisse le long de mon engin.
Elle sent ma verge grossir sous ses caresses buccales et envahir complètement sa bouche éloignant petit à petit ses lèvres de mon pubis. Puis sa main droite vient masser mes couilles.

Consciencieusement, elle attrape ma bite dans sa main gauche et commence à la branler lentement. Le monstre trigonocéphale continu à prendre de l’ampleur, et elle est obligée d’y mettre les deux mains.
Je grogne de satisfaction en voyant qu’elle me pompe vaillamment. Martine et Ève se sont mises de chaque coté, ne pouvant détacher les yeux du spectacle.

– Alors Les filles, qu’est ce que vous pensez de cette grosse bite ?
Soudain Martine part comme une folle et revient quelques minutes plus tard avec un godemiché de taille XXL et compare ma verge et son gode puis s’exclame.

– C’est bien ce que je pensais, regardez les filles, les veines, la forme, la taille, le diamètre, tout est identique, nous avons devant les yeux l’original et sa copie, le modèle P…. P comme Patrick!!!

Nous nous regardons et éclatons de rire. Puis je leur explique comment quelques années plus tôt ma mère avait prit l’empreinte de ma verge et ma tante avait proposé le modèle à des magasins spécialisés.
– Ah, je comprends maintenant pourquoi j’avais une impression de déjà vu la 1ère fois que j’ai découvert ce formidable chibre! S’exclame Elise.

Et nous repartons de nouveau dans un fou-rire contagieux.
Cet intermède a brisé la glace et désinhibé Martine et Eve qui partent en pays connu.

Ève
Ce que je vois me fais mouiller beaucoup plus que je n’aurais cru, ce gode géant m’attire et je m’agenouille à coté de ma sœur pour saisir sa queue qui ressort de la bouche d’Elise.

Je me lance, ouvre ma bouche et gobe son gland violacé. J’ai la bouche complètement écartelée et il pousse doucement pour enfoncer son gros chibre épais dans ma gorge.
Arrivée au 3/4 de sa queue, je dois lui faire signe de stopper, car je ne peux plus rien avaler.
J’ai son gland qui touche mes amygdales et il reste encore quelques centimètres dehors.
Je commence à le sucer avec passion, la sensation est beaucoup plus agréable que je le croyais.
Il est rare de connaître plusieurs fois dans sa vie des partenaires aussi bien membrés.

Il me défonce la mâchoire qui manque se disloquer sous ses assauts. Martine vient elle aussi de s’agenouiller, je lui tends la colonne de chair qu’elle saisit du bout de ses lèvres, indécise.
Patrick s’en rend compte et appuie d’une main sur sa tête faisant pénétrer sa verge le plus loin possible, elle ne la repousse pas, mais comme moi, elle ne peut absorber la totalité de son chibre.

Martine
La sensation de ce pieu qui glisse doucement dans ma bouche jusqu’au fond de ma gorge est extraordinaire, c’est dur et chaud, je n’ai jamais ressenti ça, c’est assez bizarre mais tellement délicieux.

Levant une main, j’empoigne ses couilles poilues. Quand mes doigts se posent sur la peau, un profond soupir part de sa poitrine. Mes doigts remontent et viennent s’enrouler autour de sa hampe dure comme un bout de bois. Ma langue lèche cette tige magnifique tandis que mes doigts pétrissent ses couilles.

Patrick
L’effet est merveilleux, je vois les frangines s’affairer maintenant à 3 mains et 3 langues sur mon pénis, c’est un véritable supplice et le plaisir est très difficile à contenir.
Elles font sortir mon manche de leurs bouches, le lèchent sur toute sa longueur et le remettent à tour de rôle à l’intérieur de leur bouche en poussant doucement pour qu’ils les pénètrent jusqu’au fond de leurs gorges. Ne laissant aucun répit à ma queue en feu.

Elles sont de plus en plus excitées à cause de la scène presque surréaliste à laquelle elles participent. Elise se relève, se déshabille en quelques secondes et vient se mettre à califourchon sur mes cuisses.

Elle prend mon gros gourdin dans une main et le dirige d’un seul coup sur sa fente. Sa chatte dégouline déjà, mon sexe n’a aucune peine à pénétrer dans sa grotte d’amour, elle s’assoit sur mes cuisses s’empalant complètement.
Elle prend appui sur mon ventre et commence une danse sur cet axe, elle tourne dessus, monte au sommet pour redescendre encore plus loin, elle défriche tous les coins sa chatte les frottant de ma grosse pine.

Elle y va de bon cœur, telle une furie chevauchant un étalon, montrant l’exemple à ses sœurs que je vois en train de se mettre nues elles aussi.
Elles ne quittent pas des yeux mon phallus chaque fois qu’il réapparaît du vagin d’Elise qui continue de me chevaucher.

Je décide de me retirer d’Elise pour que Martine ou Ève prenne sa place.
En voyant que j’arrête de pistonner Elise qui accepte de se retirer de mon mandrin, Ève en profite pour me sucer, tandis que Martine se met à califourchon sur moi et pour la première fois de sa vie va s’enfiler une verge dans la chatte.

Martine
– Tout d’abord tu me laisse faire. Ta bite est tellement grande et elle peut me faire mal en frappant le fond de ma chatte.

Je prends sa queue en main pour la guider vers mon sexe et abaisse mon corps lentement et prudemment jusqu’à ce que mes poils dorés viennent en contact de son épi. Je me tortille pour ajuster le bout de son gland entre mes lèvres.

Ma chatte follement excitée s’ouvre pour laisser glisser sa grosse queue. Il reste silencieux regardant sa bite disparaître jusqu’à ce qu’il sente les ma chatte toucher ses bourses et que son gland soit réchauffé par la chaleur de mon vagin qui se resserre dessus.

– Huuuummmm, ouiiiiiiiiii, je peux prendre ta grosse bite. Je veux prendre la totalité de ton énorme queue même si elle me déchire et m’ouvre en deux!

– Oh ! Oh, mon salaud, tu me baises et en plus t’es monté comme un âne.
Je me mets à monter et descendre sur son pieu comme si je ne devais jamais m’arrêter.
– La vache! Ta queue bute tout au fond de moi, ta belle queue déforme mon vagin et appuie sur mon clitoris. Ooooohhhhh, je sens que je ne vais pas tenir longtemps!

Patrick a prit a pleines mains mes fesses et a prestement attraper un téton dur avec sa bouche et tête avidement cette friandise, il donne de légers coups de reins pour explorer tous les recoins de mon vagin chaud et trempé.

– Je suis pleine de toi Patrick!,
– Oooohhhh, ta bite va me rendre folle…doucement ….Aaaaahhhhhh… chaque fois que tu frappes mon clito je crois que je vais éclater! Ta bite est tellement grosse ! Tu me fais jouir, je ne peux plus me retenir !!! …Aaaaahhhhhh…ouiiiii…Oooohhhh, tu combles toutes mes espérances!

Mon cul tremble dans ses mains et mon bassin saute frénétiquement sur sa bite.
Patrick reste accroché par sa bouche à un de mes tétons en le suçant goulûment donnant des coups de langues sur mon sein droit et tentant d’en aspirer une bonne partie dans sa bouche.

Mais Ève s’impatiente, je lui cède à regret ma place. C’est moi qui prends le sexe de Patrick pour le placer devant l’ouverture d’Ève. Un bon coup de langue baveuse sur sa vulve rosée et je dirige le boutefeu de Patrick dans son sexe.
Je n’en perds pas une miette. Au fur et à mesure que Patrick s’enfonce, je vois les lèvres s’écarter et tout son sexe gonfler. Je vois avec un peu de recul ce que je viens de vivre quelques instants plus tôt.

Ève gémit de plus en plus fort.
Patrick donne quelques coups de reins puis se glisse en elle jusqu’à la garde. Ève se cabre de surprise.
Avec Elise, nous nous mettons derrière eux et nous masturbons en regardant le sexe des deux amoureux s’agiter. En nous caressant, à tour de rôle, nous nous penchons pour regarder le manche de pioche de Patrick entrer dans son vagin distendu par ce calibre exceptionnel.

Ève a relevé ses genoux et nous offre un spectacle splendide. Avec Elise, nous tentons de temps en temps de glisser notre langue sur les sexes, elle prend à pleine main ses bourses et les caresse. Ève a orgasme sur orgasme et Patrick lui éjacule dedans en râlant.
Je suis jalouse car la seule à ne pas avoir eu ma dose de foutre dans le ventre. Avec Elise, notre masturbation est bonne aussi, mais je veux connaitre le goût de sa semence. Elise me montre le liquide qui sort du sexe d’Ève.

Le sperme déborde tellement il l’a rempli. Elise me dit de le goûter car je ne l’ai jamais fait. Je me jette contre le sexe d’Ève avec la bouche ouverte et boit à la source la liqueur de Patrick qu’elle expulse par des contractions involontaires de ses muscles intimes. Ensuite j’embrasse Ève dans un long baiser pour lui faire partager ma récolte.

Nous nous retournons vers Patrick pour le remercier de nous avoir ouvert les yeux mais notre regard est attiré par son sexe. Il est toujours aussi raide!!! Patrick nous déclare que ce n’était que les hors-d’œuvre et que maintenant il faut attaquer le plat de résistance.

Il recommence à nous besogner à tour de rôle pour nous faire goûter à chacune toutes les facettes de l’amour entre un homme et une femme.
Patrick vient de me besogner pendant une dizaine de minutes et m’avertissant qu’il va bientôt éjaculer veut que je le prenne en bouche.

Je sens son membre pulser et envoyer avec violence de grosses giclées d’un sperme épais et brûlant au fond de ma gorge. Cela me surprend un moment ; je ne connais pas cette sensation d’avaler un liquide visqueux, dru et chaud, j’ai un mouvement de rejet au début mais je ne veux pas abdiquer devant mes sœurs.
Très vite je reprends le mouvement de va et vient pour faire expulser le reste de son liquide que j’avale jusqu’à la dernière goutte. C’est sucré et salé, pas désagréable comme je le croyais.

Patrick
Le cap est franchit, Martine et Ève ont basculées du coté obscur, elles sont devenues aussi chaudes qu’Elise.

Après Martine, j’ai fait découvrir aussi à Ève l’expérience d’éjaculer dans sa bouche pour ne pas faire de jalouses.
Après une chevauchée d’anthologie, Ève fait glisser ma queue désormais dure comme du béton dans sa bouche. Je sens que je suis au bord de l’orgasme…
Elle l’a saisie dans sa main puis se met à effectuer un léger mouvement vers le bas jusqu’à décalotter mon gland. Martine et Elise entourent Ève, les yeux rivés sur nous, enfin surtout sur ma queue tendue !
– Ève, ça vient!
– Vas-y, lâche tout, on veut voir ça !

Les deux premiers jets bien épais jaillissent de ma queue directement dans sa bouche. S’en est suivi de nombreux autres. Sa main recouverte de mon sperme dirige la lance sur le visage de ses sœurs.
Je finis par arroser le visage des trois frangines…

Bizarrement, il me semblait en avoir mis plus sur le visage d’Ève, mais tout le sperme qui avait giclé sur ses joues avait déjà été léché et avalé par ses deux sœurs.
Le problème, c’est qu’au bout d’un moment, je ne sais plus qui chevauche ma pine, me fait une fellation d’enfer ou me fait brouter son minou ne pouvant au bout d’un moment discerner qui est Ève ou Martine ou Elise.
C’est vraiment bizarre comme sensation, ce n’était pas la première fois que je me trouvais avec 3 femmes en même temps mais là, tout est identique, leurs merveilleux visages, leurs superbes poitrines, leurs jardins d’amour!

Elise
Ève et Moi nous approchons de Martine, toujours enfichée sur le pal de Patrick assit sur le divan. En quelques secondes, Martine commence à pousser de petits soupirs sous l’attaque de nos langues sur ses seins.
Comme à chaque fois qu’on lui mange ses beaux seins, elle part au quart de tour et son plaisir monte rapidement. Je le sais et Ève aussi. Et là, c’est encore décuplé avec ce que lui fait subir Patrick.

Il continue ses mouvements de pénétration. Martine, chaude des baisers que nous lui donnons, s’ouvre et offre à Patrick un baiser fougueux.
Lâchant un temps le sein de Martine, je les regarde s’embrasser. Ils sont mignons et Martine ferme les yeux de plaisir.
Je m’approche de la joue de Martine pour lui déposer un bécot. Je pose une main sur l’épaule de Patrick et lui fait comprendre que c’est à son tour de s’occuper du globe laiteux que je tiens dans ma main.

Il glisse une main sur le sein droit de Martine tandis qu’il lèche le gauche pendant que je le remplace sur la bouche de Martine. D’un seul coup, elle pousse un cri qui devint doucement un râle long et langoureux. Voilà qui est fait. Patrick connait tout de nos corps offerts.

Mais Patrick nous demande de nous écarter, passe les bras de Martine autour de son cou et se saisissant de ses cuisses se redresse brusquement, elle se retrouve suspendue à Patrick qui la fait monter et descendre sur son formidable nœud. Il la repose après quelques minutes de rodéo sur son axe rigide.

– A votre tour, les filles pour un tour de manège! Annonce-t-il.
Ève se précipite pour prendre la relève de Martine et se suspendant à son coup encercle la taille de Patrick de ses jambes, je me saisis de sa verge et la dirige dans sa chatte ou elle disparaît jusqu’aux couilles que je masse avec volupté.
Et c’est reparti pour un nouveau rodéo sur cet étalon sauvage.

Je commence à m’impatienter et pose une main sur l’épaule d’Ève, à regret elle se désaccouple, le tenon quittant la mortaise.
Je me suspends sur Patrick et d’une main guide son mandrin dans ma gaine de velours et entame la 3ème partie de rodéo, c’est moi qui gagne étant celle qui reste le plus longtemps enfichée sur notre étalon avant de vider des étriers. Quel pied formidable il vient de nous faire vivre!!!

Ève, Elise et Martine.
Cette journée fut mémorable car rien ne s’arrêta. Patrick put nous lécher à loisir. Il eut droit à toutes les démonstrations, que ce soit la masturbation, les léchouilles, les pénétrations avec les godes, les poses érotiques les plus hard.

Toutes les trois, nous prîmes plaisir à sucer le sexe de Patrick. Ont étaient décoincées et Patrick se lança dans un trip d’enfer avec nous.
Ne lui laissant que de courtes poses pour pouvoir récupérer des forces, la fin de la journée se passa avec un Patrick éreinté et naze après 5 heures non-stop de baise.

Nous jouions avec son sexe comme avec un gode. Cette journée restera gravée à jamais.

Nous avons par sa suite voulu essayer avec d’autres hommes mais nous avons été déçues.

Patrick avait mit la barre si haut que nous préférions revenir à nos habituelles parties à 3 avec parfois sa participation quand il pouvait se libérer de ses autres femmes.

2 ans plus tard, Martine est tombée enceinte et comme beaucoup de jumelles ou de triplées, nous avons voulu faire comme elle et nous sommes fait mettre en cloque par Patrick sans lui demander son avis.

Quelques mois plus tard, Martine a accouchée de jumelles puis Ève de triplées et moi d’une jolie petite fille.
Les gènes ont parlés. Patrick est ravit surtout quand on lui a dit qu’on ne le forçait pas à entretenir tant d’enfants.
Nous nous partageons entre nous tous les problèmes des familles nombreuses avec l’avantage d’être 3 à nous partager les tâches.

Six bébés, ça fait du boulot.

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

Bi sexuels / En famille / Fantasmes / Hétéro / Lesbiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.