307 histoires érotiques et porno fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- Anonyme - 529 Vues

L’exorcisme sexuel

Robert et Anne-Thérése forment un couple qu’il faut bien qualifier de respectable ! Ne pouvant avoir d’enfants, ils consacrent une grande partie de leurs loisirs à des activités charitables. Pour rien au monde ils ne manqueraient la messe du dimanche où ils font tous deux partie de la chorale paroissiale. Sur les questions sexuelles ils défendent une ligne très papale, leur seul credo étant l’amour conjugal, tout écart en ce domaine ne pourrait être qu’ouvre démoniaque ! Mais ne croyez pas qu’ils s’agissent d’un couple de coincés ! Non ! Anne-Thérèse n’a pas peur de dire qu’un couple a parfaitement le droit de chercher la variété dans les rapports ! Et la pauvre Anne-Thérése est même persuadée qu’elle défend des idées très hardies, tout cela parce que son mari et elle pratiquent de temps à autres fellations et cunnilinctus ! Robert est comme tout le monde, cela le rassure, et s’il lui arrive d’avoir un chatouillement de braguette à la vue d’une belle fille, il s’efforce de combattre ce genre de pulsion. Quant à Anne-Thérése, elle ne veut pas qu’on la catégorie comme une grenouille de bénitier, alors elle essaie parfois de s’habiller moderne, mais cela ne va guère loin ! C’est néanmoins une belle petite femme. Elle est brune, ses cheveux sont mi-longs, ses yeux pétillants de malice, et sa peau très blanche. Elle a une très forte poitrine qui tient très bien !

Robert ne travaille pas le lundi. Il s’est acheté un micro tout neuf, Robert, mais ne sachant pas bien se servir de ce genre de chose, il a contacté une jeune femme par petite annonce, une étudiante qui justement donnait des cours de micro informatique. Elle se prénomme Elodie, n’a pas encore 20 ans et elle à de très longs cheveux châtains clair, et un petit corps bien proportionné.
Comme tous les lundis sa femme Anne-Thérèse rentre vers 14 heures et c’est alors qu’elle vit cette incroyable scène sur le canapé familial :
Elodie pratiquement nue suçait avec application la bite de son mari qui naturellement se laissait faire !
– Oh !
Alors Anne-Thérèse, hurla, menaça, invectiva, rouspéta, crisa, mais que nenni, que nenni, rien n’y fit !
C’était comme si les deux amants ne l’entendaient point.
Fanette, la femme de ménage vint rejoindre Anne-Thérèse, Fanette était une petite blonde un peu nunuche qui aurait pu être mignonne si elle avait daigné s’arranger un tout petit peu.
– Ben oui, il y a plus de deux heures que ça dure ! C’est le démon qui a fait cela, ils n’entendent plus rien !
– Le démon ?
– Oui et d’ailleurs je me suis permise d’appeler un exorciste !
– Un exorciste ? !
– Oui ! Il va arriver d’une minute à l’autre !
– Bien, disparaissez ! Je vais m’occuper de cela toute seule, et merci encore !
– Je ne peux pas rester pour…
– Non !
Mais Fanette était une femme curieuse, elle n’avait jamais assisté à un exorcisme, et n’en aurait sans doute plus jamais l’occasion. Elle voulait voir ! Elle attendit qu’Anne-Thérese ait le dos tourné et se faufila dans un étroit placard du salon, celui destiné à recevoir la planche à repasser

Scène 1

Le prêtre était un bel homme dans la force de l’âge, Anne-Thérèse le conduisit le jusqu’au salon et lui montra du doigt le couple maudit :
– Non ! Mais regardez un petit peu ! C’est Satan qui est venue nous pervertir parce que nous sommes un couple qui refuse de se laisser pervertir ! Il n’y a pas d’autres explications ! C’est une abjection ! N’est ce pas ? !
L’abbé Xavier avait rarement eu l’occasion de mettre à exécution ses qualités d’exorciste, et en tous les cas jamais dans une circonstance aussi charnelle. Il ne put qu’approuver les propos de la femme, mais cela ne l’empêchait pas de porter un regard trouble sur cet infernal divan où ces deux créatures forniquaient contre nature !
– Une abjection, en effet ! Mais faites-moi confiance, les démons qui sont entrés ici ne sauront me résister !
Il s’en voulut de ce péché d’orgueil, car après tout rien ne prouvait qu’il réussirait !
– En tous les cas, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir ! Rectifia-t-il !
L’abbé sortit de sa mallette les ustensiles nécessaires à l’exorcisme. Il alluma ensuite des cierges qu’il disposa un peu partout dans le salon. Puis il pris un morceau de craie et traça à même la moquette un double demi-cercle symbolique enfermant le divan et ses hôtes. Enfin après s’être saisi d’un antique grimoire qu’il tendait ouvert dans sa main gauche, il projeta de l’autre main des gouttes d’eau bénites dans le cercle :
– Quittez le corps de ces personnes, esprits pernicieux ! Vadé retro satanas !
Mais d’autres démons devaient traîner dans la pièce, car le prêtre tout en récitant ces incantations ne pouvait s’empêcher de loucher vers le chemisier d’Anne-Thérèse, que la chaleur et l’émotion lui avaient fait déboutonner plus que de raison, et qui laissait deviner une paire de seins à damner un saint.

Scène 2

N’y tenant plus et perdant tout self-contrôle, l’abbé posa ses mains sur le chemisier blanc d’Anne-Thèrese, et entreprit de lui peloter les seins, sans brutalité, mais sans équivoque ! Notre héroïne en fut si intriguée qu’elle mit quelques temps à réagir. Son éducation ne pouvait admettre qu’un prêtre ne fut pas un saint homme. Elle ne se choqua donc point mais demanda timidement.
– Cela fait-il partie de l’exorcisme ?
– Précisément je dois appliquer mes mains sur vos avantages afin d’éloigner toute manifestation de Satan !
Etait-ce parce que le lieu était envoûté, ou était-ce par un excès de confiance envers le père Xavier ? Toujours est-il que les caresses explicites de ce dernier commençaient à envoyer des ondes de désirs dans le corps d’Anne-Thérèse. Et constatant que l’entrejambe du prêtre se modelait d’une bosse vivace, elle porta un regard interrogateur à l’homme d’église :
– Laisse aller tes pulsions mon enfant ! Nous sommes en situation exceptionnelle. Il faut vaincre Satan sur son propre terrain, le mal par le mal, le péché par le simulacre du péché
Elle ne fut pas sûre de comprendre complètement cet obscur charabia, mais toujours est-il que c’est avec une étonnante spontanéité qu’elle sortit alors la bite de l’abbé Xavier et qu’elle entreprit de lui tailler une pipe avec une passion toute dévote !

Scène 3

Sans qu’il sache dire comment cet évènement avait pu se produire, l’abbé Xavier s’aperçut qu’il était à présent à l’intérieur du cercle infernal, ce cercle qu’il était normalement chargé de briser !
Il était là sur le canapé, la bite à l’air en train de se faire divinement (oh ! ) sucer par Anne-Thérèse, tandis que juste à côté, Robert se faisait faire la même chose par Elodie.
Fanette, elle, était sortie de son placard, et les yeux hagards, et le torse dépoitraillé, elle se masturbait violemment en s’introduisant le manche d’un plumeau dans sa chatte !
Puis Robert pénétra Elodie qui ne pouvant rester la bouche inoccupée s’empara de celle de l’abbé, tandis qu’Anne-Thérèse lui caressait les couilles
C’est à ce moment qu’un léger courant d’air apporta avec lui de culinaires effluves. Un plat que Fanette avait fait mijoter. Instinctivement notre abbé s’en lécha les babines, tandis qu’il essayait d’en deviner la nature exacte.
– De la ratatouille probablement !
Par association d’idée, il se remémora certaines formules farfelues, qu’on lui avait communiqué pendant sa formation. Il se souvenait qu’on lui avait dit que certaines d’entres-elles étaient si efficaces sous leur aspect grotesque qu’il y avait souvent grand danger à les employer.
– Si j’essayais !
Et devant l’assistance médusée notre abbé fit cette docte injonction en désignant Elodie d’un doigt accusateur :
– Ratatouille ! Je te transforme en grenouille !
Il faut croire que la formule était la bonne, car instantanément, la lumière baissa, les rideaux se mirent à virevolter comme victime d’un vent invisible, la température de la pièce chuta de plusieurs degrés. Et, Elodie transformée en batracien s’échappait en bons successifs, pour finir par atteindre la fenêtre et disparaître dans le vert gazon du jardin.
L’incident troubla l’abbé, qui ne s’attendait certes pas à un tel résultat, il resta interdit, tandis qu’Anne-Thérèse reprenait sa fellation un moment interrompue. Robert quant à lui semblait avoir oublié jusqu’à l’existence d’Elodie et entrepris de sucer la chatte de son épouse avant de la pénétrer en levrette.

Scène 4

Anne-Thérèse reprit un instant ses esprits. La première chose qu’elle fit fut d’inviter sèchement Fanette à débarrasser le plancher, puis elle abandonna l’abbé ! Elle estimait à ce moment là qu’il fallait qu’elle se rapproprie son mari, au comportement un moment égaré, et cela sans fioritures ni fantaisie extérieure à leur couple.
Robert la besognait avec une fougue et une bestialité inhabituelle faisant se tortiller d’extase son épouse. En même temps il lui massait les seins, ces gros seins douillets qui se balançaient violemment à chaque poussée du membre bandé. L’abbé Xavier contemplait la scène avec intérêt !
– J’ai réussi ma mission ! Se dit-il avec fierté ! Maintenant tout est rentré dans l’ordre, la ferveur conjugale brûle à nouveau entre le mari et la femme. C’est même un vrai brasier !

Scène 5

Le couple revint sur le canapé pour s’y reposer quelques instants. Anne-Thérèse prenait soin de masturber son mari afin que son érection ne faiblisse pas. Son regard s’égara un instant sur la pine de l’abbé. Il lui sembla alors injuste que ce saint homme qui venait de sauver son couple ne bénéficie pas lui aussi de sa main habile. Et voici notre Anne-Thèrese qui masturbe les deux hommes. Et tandis que son mari lui tripotait la chatte, l’abbé lui tripotait les nichons. Ce dernier ne réalisait plus très bien. Trop de choses venaient de se produire en si peu de temps. Alors il osa demander :
– Anne-Thérèse, sucez-moi encore, je veux encore sentir votre bonne langue me titiller la pine !
– Mais comment ? L’exorcisme n’est-il point terminé ?
– Non ! Le démon est parti, mais il rode autour de la maison. Nous devons éliminer ses moindres traces et le déstabiliser en mimant les actes interdits !
Anne-Thérèse eut pour la première fois l’ombre d’un doute sur les motivations profondes de l’homme en soutane, mais exauça néanmoins son désir et tandis qu’elle chevauchait la pine de son époux, elle suçait avidement la queue fièrement dressée de l’exorciste.

Scène 6

Anne-Thérèse jubilait !. Un déclic s’était produit, elle venait de découvrir que varier les plaisirs de la chair peut apporter une extase insoupçonnée ! Il lui faudrait sans doute plusieurs jours pour analyser tout cela, mais il lui semblait que continuer à militer pour une vertu décalée en compagnie d’hypocrites était un exercice bien vain ! Hypocrite ! L’abbé ! Certes ! Et son mari ne valait guère mieux ! Restait cette étonnante grenouille ! Il faudrait qu’elle réfléchisse ! Qu’elle réfléchisse ! Oh sa pauvre tête tournait ! Demain les questions ! L’orgie est là ! Replongeons dedans !
– Votre pine est aussi bonne que celle de mon époux ! Murmurât-elle en soupirant. Il est vraiment dommage que vous ne l’ayez pas utilisée pendant si longtemps ! Ajouta-t-elle, moqueuse ! .
L’abbé Xavier avait autre chose à faire que d’analyser les curieuses allusions d’Anne-Thérese et comme lui aussi voulait profiter jusqu’au bout de la situation il se mit à lécher avec application la chatte dégoulinante de son hôtesse.

Scène 7

Elle voulait savoir jusqu’ou irait le prêtre, mais surtout, elle voulait savoir jusqu’ou elle-même irait. Alors, abandonnant un instant sa fellation, elle chevaucha l’abbé Xavier, occupant sa bouche insatiable à sucer la pine de Robert.

Scène 8

L’abbé Xavier se sentait maintenant prêt à jouir. Il voulut le faire dans la bouche d’Anne-Thérèse. Celle-ci n’eut que quelques mouvements de fellation à accomplir avant que le sperme chaud ne s’écoule dans son gosier. Peu habitué à ce genre de chose, elle en recracha un petit peu s’en dégoulinant le menton.
Elle se coucha alors par terre, releva à demi les jambes, récupéra le plumeau qu’avait abandonné la femme de ménage et entrepris de se le pénétrer en criant de rauques :
– Encore ! Encore !
Effrayé par la tournure des événements, et le désir étant retombé le prêtre se rhabilla très vite, bredouilla quelques incompréhensibles paroles et s’en fut !

L’abbé Xavier est sur le chemin du retour, il s’approche du presbytère, et plaçant machinalement sa main dans sa poche il sent quelque chose de froid et de vivant. D’abord affolé, il sort la chose et découvre une belle grenouille :
– Embrasse-moi beau brun et je te ferais connaître l’extase !
Alors l’abbé hésite, il regarde autour de lui, la rue est vide, il rebrousse chemin !
– Alors beau brun, tu ne veux vraiment pas m’embrasser, je suis la reine du sexe !
– Si ! Si ! Mais d’abord je cherche un petit hôtel tranquille !

Vous aimez cette histoire laissez un commentaire pour son auteur ci-dessous, merci.

.......

A propos de l'auteur :

Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.