379 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- See You - 3460 Vues

Lola veut remercier l’auteur de son histoire

Lola est une de mes fidèles lectrices, elle m’a écrit pour que j’écrive pour elle son histoire vrai, dans laquelle elle retrouve son premier amour, qui va devenir son amant attitré. Elle a été tellement contente du résultat, qu’elle a souhaité me rencontrer pour me remercier, elle a profité que son amant était absent et son homme aussi, pour me donner un rendez vous pour un week-end.

Ce soir on est vendredi, c’est notre soir, nous avons décidé de nous donner rendez vous dans le bar d’un grand hôtel, donc tenu correct exigée.

Tu es installée au comptoir, une coupe de champagne à la main, et tu portes une longue robe noir très décolletée qui laisse entrevoir des dessous en dentelle rouge, et elle est fendue jusque sur le haut de ta cuisse nue, tu ne portes pas de bas. Le jeune serveur qui te faisait du charme, retourne brusquement à ses occupations, il m’a vu arriver derrière toi, tu sens mon souffle chaud sur ta nuque, suivi immédiatement par un doux baiser qui te fait frissonner. Je prend place à tes côtés, je te souris, le serveur me demande se que je veux prendre, je commande sans détourner mon regard du tien. Nous ne parlons pas nos regards et nos sourires en coin parlent pour nous. Je finis mon verre avant de te chuchoter à l’oreille :

–  J’ai réservé la chambre 210.

Je règle les consommations et je t’invite à me suivre. Nous entrons dans l’ascenseur, nous ne sommes pas seul, tu es dos à moi, et de me sentir si près derrière toi t’excite déjà, les personnes sortent de l’ascenseur avant nous, je ne peux pas m’empêchez de t’attraper par la taille et de t’embrasser dans le cou, un éclair d’excitation vient de traverser ton corps.

Nous arrivons enfin à la chambre, à peine la porte ouverte, tu ne peux t’empêcher de m’embrasser sauvagement, tes mains courent sur toute mon anatomie, j’essaie de te calmer mais sans succès, alors je te bloque les mains contre le mur, tu approches ta bouche de la mienne, je recule en souriant, tu réitères ton approche, je me dérobe à nouveau. Tu commences à l’avoir mauvaise et ton regard devient sombre, sur ce je t’embrasse dans le cou, et je descends sur ta poitrine, je te lâche les mains que tu poses immédiatement sur ma tête enfoui dans ta poitrine. Mes mains font glisser ta robe sur tes chevilles, je prends un instant pour te regarder avec tes dessous de dentelle rouge complètement à ma merci.

Je reviens à ta poitrine, je t’enlève ton soutien gorge, tes gros seins sont déjà bien pointus, je les embrasse, je les lèche, et je les mordille, tu ne peux t’empêcher de laisser s’échapper de petits gémissements. Je continue de descendre vers ton intimité, je suis maintenant à genoux devant toi ma tête sur ta culotte, ma bouche et ma langue passent dessus le tissu, puis mes mains font glisser ce dernier rempart au sol.

Tu poses un pied sur mon épaule, me laissant voir une vue imprenable, je ne me fais pas prier pour venir te manger ta chatte en feu, tu te cambres sous mes coups de langue, elle te fouille partout dans les moindres recoins, mes doigts experts la rejoignent. Je te pénètre de mes doigts dans un mouvement de va et vient, tantôt lent, tantôt rapide, et ma langue qui joue sur ton clitoris te porte jusqu’à la jouissance, je me délecte de ton nectar qui coule sur ma main.

Je me relève, j’enlève mon pantalon, et je présente ma queue bien raide contre ton con, je te plaque contre le mur, je relève ta cuisse et tout en t’embrassant je viens te prendre violemment, ma tête dans ton cou, je continue à te pilonner à grand coup de reins, tu aimes cette bestialité, tu sens que tu vas jouir, c’est tellement bon. Tu jouis fort, et cela déclenche ma jouissance, et j’explose en toi dans un râle de fauve, éjectant de grands jets de sperme chaud au fond de ton vagin.

Ta chatte remplit de mon sperme et de ta cyprine coule le long de tes cuisses et sur mes couilles, je te garde plaquée contre moi en te donnant un baiser passionné et fougueux.

Cette première entre nous fut courte car nos envies étaient trop fortes, nous nous quittons à regret car tu dois rentrer chez toi, ton homme étant encore la ce soir , mais je te donne rendez vous pour le lendemain au même endroit, ton homme s’absentant pour deux jours, j’ai réservé cette chambre jusqu’au dimanche midi.

Cette fois je laisse à Lola le soin de raconter cette deuxième rencontre, moi je la tutoie, mais elle me vouvoie, par respect qu’elle m’a dit, du à mon âge, elle a 31 ans et moi 58 ans.

Le lendemain soir à la même heure, je vous attend dans le même bar. Cette fois, je ne porte pas de sous vêtements, et j’ai une longue robe rouge dos nue avec de simples bijoux. Le rouge sur mes lèvres a taché le verre de whisky que je tiens dans la main. Vous arrivez derrière moi tandis que je fais poliment la conversation au serveur. Vous m’attrapez la taille et m’embrassez dans le cou, je ne me laisse pas déstabiliser en public, mais mon corps est parcouru de frissons, mais déjà vous m’entraînez dans le hall de l’hôtel. Dans l’ascenseur, personne, et vous profitez de ma robe pour glisser une main dans mon dos et la descendre sur mes fesses que vous caressez langoureusement.

Une fois dans le couloir, vous ouvrez la porte de la chambre et à peine rentré je suis déjà nue. Vos yeux pétillent quand vous voyez que j’étais nue sous ma robe. Je vous déshabille en massant votre dos, puis vos fesses, et enfin votre bite déjà bien raide. Vous me regardez faire en pensant déjà à ce que nous allons faire ensuite, je vous branle, et vous me caressez les seins. Soudain, vous me poussez sur le lit et je me retrouve sur le dos, votre tête dans mon intimité pour le meilleur cunnilingus de toute ma vie !

Vous fouillez ma chatte dans les moindres recoins, je gémis en me caressant les seins pendant que vous insérez un doigt dans ma petite rondelle. J’appuie votre tête contre mon clitoris pour vous inciter à continuer encore et toujours plus fort. Vous vous délectez de mon nectar qui coule abondamment. Et je joui encore et encore, je dois réveillez tous les voisins tellement c’est bon, je veux que ce moment dure toujours. Malgré mes gémissements qui vous demandent de continuer, vous me regardez me branler pour continuer mon plaisir. Vous me bloquez les mains sur le matelas et je me tortille pour chercher toujours plus de plaisir. Brutalement, vous rentrez votre bite dans ma chatte qui coule encore, après quelques allers retours, vous me retournez et me prenez en levrette pour pouvoir malaxer mes seins et mon cul. Avec la mouille qui coule de mes cuisses, vous dilatez ma rondelle et juste au moment de notre orgasme commun, vous me sodomisez brutalement. Vous vous videz dans mon cul et nous nous affalons dans les oreillers heureux.

Je reprends la suite de l’histoire, j’ai laissé assez de liberté à Lola comme ça, c’est moi l’auteur de se récit, à moi de raconter la suite.

Je te laisse reprendre tes esprits, mais j’ai trop aimé quand tu as joui et que tu as du réveiller tout le voisinage. J’ai envie de t’entendre jouir à nouveau, ça m’excite de t’entendre. Alors je te replie les jambes vers tes épaules, bien écartées et je te les fais tenir avec tes mains, bien haut pour dégager ton cul. Je te dis de ne plus bouger, et je commence par caresser ta chatte doucement, avec une main, puis avec l’autre, pour bien les enduire de ta mouille, ensuite je fais pénétrer deux doigts dans ta chatte, je te pilonne doucement, tu recommence à gémir. J’y ajoute un troisième doigt, je les enfonces bien à fond, toujours avec des mouvement doux et relativement lents pour le moment. A ce moment là tu recommence à être bien excitée, je vois ta rondelle qui commence à palpiter, j’en profite pour y introduire un doigt, tout en continuant à te branler ta chatte. Puis j’y ajoute un deuxième doigt, et après quelques vas et viens, un troisième, comme pour ta chatte. Tu as maintenant trois doigts dans chacun de tes orifices, et je commence à te branler simultanément, doucement, puis de plus en plus fort. Tu commences à gémir très fort, en te tortillant, puis tu recommences à devenir très bruyante. Et moi ça m’excite, et je te défonce à fond pour te faire gueuler, et tu gueule ton plaisir, et ta mouille gicle de ta chatte, tu jouis à ne plus en finir, dans des soubresauts de folie, tu as un orgasme ravageur.

Je te laisse reprendre un peu tes esprits, mais je veux continuer, je te fais mettre a quatre patte, la croupe tendue, le cul bien offert. je veux essayer de te fister le cul, il est très dilaté, doucement je serre mes doigts les un contre les autre, et j’enfonce doucement ma main. Elle entre facilement jusqu’au premier tiers, juste avant la partie la plus grosse de ma main, je commence à te fister doucement. En forçant petit à petit pour essayer de faire pénétrer ma main, mais je veux pas te faire mal, et je ne force pas. Je me contente de te fister en l’enfonçant le plus possible, on essaiera une autre fois de la rentrer complètement. En attendant tu prends ton pied, et tu recommences à gueuler ton plaisir, les voisins cette fois tapent aux murs de la chambre. Je trouve que pour un premier fisting c’est suffisant, et je retire ma main, et je te laisse te coucher sur le dos. Mais je suis très excité, et je bande dur, alors je me branle au dessus de toi, je me place à califourchon sur toi. Et j’introduis ma bite entre tes seins pour une branlette espagnole, et tu me branles avec tes gros seins. Je sens arriver ma jouissance, et j’éjacule entre tes seins, en aspergeant ton visage avec mon foutre. On reprend notre souffle, puis on va prendre une douche rapide tous les deux ensembles.

Je suis épuisé tout comme toi, et on se couche l’un contre l’autre heureux et comblé, en se caressant doucement et en s’endormant comme ça.

Le matin je me réveille subitement, je sens ta langue et ta bouche qui lèche et suce mon membre, j’ouvre les yeux, je me retrouve avec la vue de ton cul et de ta chatte devant mon nez. Je ne peux pas résister à une telle vue, je t’attrape pas les fesses, et je te force à venir coller ta chatte sur ma bouche, pour que je te la lèche. Quel réveille agréable, une pipe dès le matin et un cunnilingus, juste le temps de bien se réveiller, et tu te relèves, tu te retournes, tu attrapes ma bite dans ta main et tu te la fourre dans ta chatte, puis tu m’embrasses tendrement tout en faisant de lents vas et vient. Ensuite tu te relèves et tu prends ma verge maintenant bien raide d’excitation, et tu t’accroupis dessus en frottant ta petite rondelle dessus, tu forces un peu, mon gland pénètre ton cul, et mon membre disparaît dans tes entrailles. Pendant que tu commences à t’activer je te caresses tes gros seins et je fais rouler tes tétons entre mes doigts, cela t’excite encore plus, et maintenant tu te démènes comme une folle avec ma bite dans ton cul en gémissant et même en poussant des petits cris, ce qui m’excite un maximum. Notre orgasme se déclenche simultanément, je crache ma semence en de grands jets dans tes entrailles, pendant que tu couines à n’en plus finir, ta chatte dégoulinant de cyprine sur moi. Tu t’écroules sur moi, reprenant doucement ton souffle pendant que je caresse ton dos et tes fesses, tu m’embrasses longuement et goulûment, puis nous allons prendre une douche.

Sous la douche on continue à se caresser partout tout en s’embrassant, tu entreprends de me sucer ma bite, ce qui la ravigote rapidement, j’ai à nouveau envie de toi, et je vois dans tes yeux que tu as envie que je te prenne la dans la douche. Je te colle le dos contre la parois, je te lève une jambe pour introduire mon membre dans ta chatte, tu enroule ta jambe sur mon dos, et tu lèves l’autre aussi qui rejoint la première, je te pénètre sans problème, tu commence à onduler sur ma tige qui coulisse facilement en toi, je tiens l’équilibre en prenant appuie avec mes mains contre la parois. Tu te déchaînes maintenant, une femelle en rut qui ne se tient plus, j’adore ça, on baise comme des bêtes, vraiment bestialement en faisant des gémissement d’animaux, je ne tarde pas à jouir en toi en râlant mon plaisir, ce qui déclenche aussi ton orgasme.

Nous reprenons notre souffle, à peine le temps de s’éponger avec une serviette, tu m’entraînes sur le lit, tu veux que je m’occupe de ton cul, comme je l’ai fait la veille. Cette fois tu veux que je te pénètre entièrement, tu te mets à quatre patte, le cul bien en l’air, bien cambré, les seins contre le lit, j’ai une vue irrésistible. Je prends un tube de vaseline, j’en enduit ton cul et ma main, et je commence avec deux doigts, puis trois, puis je réuni tous mes doigts, et je fais pénétrer doucement ma main, elle arrive en butée comme la veille, je te branle le cul doucement, tu gémis et tu me dis que tu veux mon poing en entier. Je remets de la vaseline, et cette fois je force plus, tout en te mettant des claques sur tes fesses, ce qui a pour effet de te surprendre, et tu te relâches plus, l’espace d’un instant, suffisamment pour que mon poing entre cette fois, t’arrachant un petit cri, quel sensation étrange de voir mon bras entrer dans tes entrailles, je te fouille le cul ainsi doucement mais assez profondément, en douceur puis de plus en plus vite, tes gémissements sont continues et de plus en plus fort, tu jouis à ne plus en finir, car je ne m’arrête pas, tu m’excites tellement, je prend un plaisir fou à te fister le cul comme ça, tu finis par t’écrouler, je retire doucement mon bras et ma main. Ton cul est béant, et il palpite comme un cœur, il se referme doucement petit à petit, à fur et à mesure que tu reprends tes esprits, tu me dis que tu as jamais rien ressenti d’aussi fort comme orgasme, que tu as adoré cette sensation d’être rempli comme ça, et de me sentir te ramoner tes entrailles. Puis tu t’aperçois que je bande dur, ça m’a beaucoup excité de te traiter comme ça et de t’entendre gémir et crier, tu veux me remercier, et me faire une pipe, tu me demandes même d’éjaculer dans ta bouche. Tu te mets à genoux, et tu me suces d’abord doucement, je te tiens la tête par les cheveux, et je te baise la bouche, c’est moi qui te donne le rythme, ça m’excite encore plus de te tenir à ma merci comme ça, je te baise pas la bouche trop profondément, je préfère juste au bord au début , mais quand je sens ma jouissance arriver, alors je te baise à fond, et j’éjacule au fond de ta gorge en me retirant au bord de ta bouche pour ne pas t’étouffer, tu avales tout, et tu me lèche ma bite pour la nettoyer.

Je te dis que tu es une amante formidable, très belle et très douée pour la baise et les fellations, que je te trouve vraiment adorable, et que j’ai jamais pris mon pied comme je l’ai pris avec toi. Tu me réponds que c’est dommage que je soit si loin, et que l’on ne puisse pas se voir souvent, car moi aussi je suis un amant formidable, qui vaut bien son amant attitré, et qu’elle aimerait bien nous avoir tous les deux. Je lui dis que si elle le souhaite, on s’organisera à nouveau un week-end comme celui là, que je serai plus que ravi de la revoir et de baiser à nouveau avec elle, que je trouve qu’elle m’a remercié très largement pour l’histoire que je lui ai écrite, puis je l’embrasse tendrement sur sa bouche.

Le temps de reprendre une douche, sage cette fois ci, et c’est déjà l’heure de nous quitter, quel merveilleux week-end j’ai passé avec Lola, et je repars super heureux et comblé, avec une histoire à vous raconter en prime.

Voir toutes les histoires de See You

 

Vous qui avez lu Lola veut remercier son auteur vous êtes :

View Results

Loading ... Loading ...

.......

A propos de l'auteur :

Je suis un homme marié la cinquantaine qui aime écrire des histoires érotiques.

Hétéro / Histoire vraie / Lieux publics / Masturbation / SM / Soumission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.