319 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- See You - 1399 Vues

Lucie la belle des champs

En cet après-midi estival il faisait un temps magnifique.

J’avais décidé de me promener en forêt pour apaiser mes envies, j’ai toujours aimer me masturber dans la nature, j’y trouve un sentiment de liberté peu commun. Je prends beaucoup de plaisir à sentir le vent frais sur ma bite gonflée de désir, je ferme les yeux et j’imagine qu’une fille arrive et me surprend. Hélas jusqu’à présent ce scénario n’était resté qu’un fantasme qui habitait mon esprit et mes nuits agitées.

Lorsqu’au détour d’un chemin, j’ai découvert Lucie en train de se faire bronzer lascivement en petite tenue. Une excitation qui dépassait de loin tout ce que j’avais connu jusqu’alors ma submergé. Lucie la jeune et très belle serveuse de la boulangerie me tournait autour depuis quelques semaines, mais ma timidité et ma grande différence d’age, je suis un homme de plus de cinquante ans, m’avait empêché de répondre à ses avances. Elle était tellement sexy avec son petit air mutin et ses décolletés plongeants qui mettaient en valeur sa lourde poitrine.

En plus de sa bronzette, la belle profitait de se moment de détente pour lire un magazine coquin « Union ». A cette vue j’ai éprouvé un tel désir que j’ai déboutonné mon jean et extrait ma queue de mon slip. J’ai commencé à me masturber en matant les courbes de rêve de la belle Lucie. J’avais du mal à me dire que tout cela était bien réel, la peur d’être surpris se mêlait au désir que je ressentait, j’étais tellement troublé que j’en tremblais de tous mes membre.

J’ai fermé les yeux, ma main coulissait sur ma tige tendue à l’extrême. Quelques instants plus tard j’ai décidé de regarder à nouveau et j’ai eu le souffle coupé par la vision qui s’offrait à moi. Même dans mes fantasmes les plus fous, jamais je ne me serais imaginé au cœur d’une telle aventure. Lucie avait enlevé le haut de son maillot de bain et écarté le bas pour libérer son joli minou. Ses yeux coquins et ses sourires en coin laissaient bien évidemment deviné un goût prononcé pour le sexe, mais de la à la retrouver se masturbant en pleine nature entrain de lire un magazine coquin, il y avait un fossé que même mon imagination n’avais osé franchir.

Que faire maintenant? Jouir dans mon coin en profitant du spectacle, ou passer outre ma timidité et tenter le tout pour le tout? Quitte à vivre un rêve autant le vivre jusqu’au bout! Guidé par ma bite bien raide ( bien plus que par mon cerveau ), je me suis avancé vers Lucie. J’imaginais sa petite chatte couler sous l’effet de l’excitation procurée par sa lecture. Mon dard au garde à vous avait envie de la posséder, d’envahir son fourreau pour l’entendre jouir bruyamment en pleine nature. Allait-elle me fusiller du regard ou m’inviter à faire sa connaissance plus en profondeur ?

Mes pas ont éveillé sont attention et Lucie s’est retournée prestement. Son regard de petite coquine s’est tout de suite dirigé vers ma queue, dont le bout turgescent laissait deviner une excitation de plus en plus difficile à contrôler. Elle semblait perplexe et amusée de me retrouver ainsi face à elle en pareille posture. Désormais je ne pouvait plus faire marche arrière. Il n’a pas fallu bien longtemps pour que le regard de Lucie s’illumine, j’ai vue naître au fond de ses yeux cet air mutin que je lui connaissait bien et qui me plaisait tant. Je ne m’étais donc pas trompée la petite avait de l’appétit en matière de sexe.

C’était un peu comme si toutes ces années de timidité qui m’avaient tant handicapé dans mes relations amoureuses s’étaient subitement envolées. Je me suis approché tout près d’elle. Elle a tout d’abord par principe cachée sa poitrine, j’ai passé mes doigts le long de ma tige d’où perlait déjà une goutte évocatrice de mon désir.

Vue la situation, je ne savais plus trop quelle attitude adopter, ce n’était pas à moi de faire le premier pas. La bite à l’air, bien dure et rouge d’excitation, j’étais offert à la vue et aux moindre désirs de ma belle des champs. Sa sublime petite frimousse me donnait envie de fourrer mon membre bien au chaud au fond de sa bouche. Mais je devais patienter, la laisser venir à moi et décider de la suite. Déjà c’était plus galant, et surtout si ça venait d’elle je risquais moins de me prendre un râteau.

Les quelques instant de flottement avant que la situation ne bascule m’ont paru interminables. Elle a écarté ses bras, je fixais ces délicieux tétons roses chauffés par le soleil, je m’imaginais qu’ils pointaient en direction du bout de ma langue. Je sentais les battements de mon cœur s’intensifier en force, en rythme. Il fallait que quelque chose se produise maintenant, ou ma tête allait exploser et mon foutre se vider dans l’herbe devant la belle.

« Approche toi un peu, que je goutte cette belle queue bien raide ! », ces mots mon libéré, je me suis avancé comme aimanté par la force de mon désir. J’ai fermé les yeux pour mieux goûter cet instant de rêve. La langue de Lucie se promenait maintenant sur mon gland, elle a lapé la petite goutte qui perlait de mon méat. J’ai poussé un soupir, tous mes muscles étaient tendus à l’extrême, la petite savait si prendre. Elle gobait, léchait, passait ses mains douce sur mes couilles et le long de ma raie. Lucie a alterné les coups de langue vigoureux et les petits bisous, avant d’avaler complètement mon membre pour le caler au fond de sa bouche chaude et humide. J’avais du mal à me retenir, il faut dire que la situation si prêtait bien, me faire sucer ainsi en pleine nature, par cette jeune femme qui me faisait fantasmer depuis des mois, dépassait toutes mes espérances.

Afin de calmer un peut le jeu, je me suis allongé sur la serviette de Lucie qui a saisi ma queue en me fixant au fond des yeux. Son air gourmand, et sa langue rose qui salivait sur ma bite, c’était vraiment énorme. J’avais terriblement envie d’aller plus loin et de goûter à ma belle de l’intérieur, je l’avais observé quand elle se caressait, et cela m’avait vraiment aiguisé l’appétit. Les sons que faisait Lucie en me suçant étaient envoûtants, elle crachait sur ma tige et mon gland, lapait sa salive et m’aspirait avec bruit. Ses long cheveux blonds courraient sur mes cuisses, mes couilles, ma bite, mon engin était sur le point d’exploser, alors je me suis relevé pour enlacer tendrement ma belle.

Nous nous sommes totalement dévêtus, dans ce décor bucolique, j’avais l’impression de rêver. Je n’avais plus du tout conscience du contexte dans lequel nous nous trouvions, concentré uniquement sur l’envie de pénétrer ma coquine Lucie. Nous aurions pu être surpris à tout moment par des promeneurs, et je dois avouer que l’idée ne m’était pas désagréable.

Pourtant un problème se posait, je n’avais pas de préservatifs avec moi, je l’ai dit tout dépité à ma jolie blonde. Lucie m’a souri et a sorti de son sac plusieurs capotes, me laissant bouche bée. La belle a caressée ma queue et s’est mise en levrette, m’offrant son petit cul bombé. Quel cul, mais quel cul, sa peau laiteuse, son petit trou tout rose me donnaient une faim de loup près à bondir au milieux de la forêt. J’ai frotté mon gland sur la belle petite chatte trempée de Lucie, mais cette petite cochonne d’un coup de bassin, m’a guidé vers la voie interdite. La gourmande, je n’ai guère eu à forcer le passage pour plonger entièrement au fond de son tunnel ouvert. Ma tige a littéralement été happée par ses fesses accueillantes, me procurant des sensations délicieuses. Lucie imprimait le rythme de mes assauts, elle donnait de grands coups de bassin pour s’empaler sur ma bite tendue à l’extrême. Je me plaisais à ressortir entièrement de ses fesses pour découvrir son trou béant qui n’attendait qu’une chose, que j’y replonge rapidement à nouveau.

Afin de maîtriser encore plus les mouvements de ma queue entre ses fesses, Lucie s’est assise sur moi à califourchon. Elle miaulait son plaisir et ondulait du bassin afin de mieux sentir ma bite tout au fond de son petit cul. Je sentais sa mouille couler sur mes couilles et le bruit que cela produisait me donnait des ailes. « Encule moi, va bien au fond de mon cul ! », ma belle se laissait désormais totalement aller, et les mots crus qui sortaient de sa bouche décuplaient mon excitation. Elle était dans un tel état, si elle avait pu, elle aurait aussi entré mes couilles au fond de son trou.

Confortablement installé sur le coté, Lucie me fixait maintenant droit dans les yeux tout en pétrissant ses bons gros seins alors que je labourais son arrière train avec fougue. Je me plaisais toujours à pousser ma queue tout au fond de ses fesses avant de ressortir, de frotter mon gland sur son trou ouvert et de m’y engouffrer à nouveau. Je glissais ça et là mes doigts dans sa chatte baveuse pour offrir à ma belle une double pénétration. La fine paroi entre ses fesses et son minou me permettait de sentir ma bite qui allait et venait dans son cul. Les sensations devenaient si fortes que malgré toute ma concentration, j’ai du bien vite abdiquer. La jouissance était proche, au lieu de me laisser aller dans le préservatif, j’ai préférer sortir du petit cul pourtant si accueillant de Lucie, pour jouir sur ses gros seins lourds. Quelques va-et-vient de sa main experte le long de mon manche ont libéré tout le plaisir que j’avais accumulé. Les longs jets épais sont venus se répandre sur la poitrine de ma blonde, coulant le long de son corps pour rejoindre son mont de vénus. Je n’ai pu retenir un cri en me vidant jusqu’à la dernière goutte. Lucie a étalé le jus tiède sur ses seins en me regardant avec ce sourire au coin des lèvres que j’aime tant. Puis elle s’est rhabillée, m’a embrassé et elle est partie sans un mot.

Depuis ce jour, je passe chercher un croissant à la boulangerie tous les matins, parfois lorsque la boutique est déserte, j’attends qu’elle m’invite à la suivre dans la réserve……

Voir toutes les histoires de See You

Vous avez aimé cette histoire cliquez sur ce lien pour contacter See You par mail.

Vous qui avez lu Lucie la belle des champs vous êtes:

View Results

Loading ... Loading ...

.......

A propos de l'auteur :

Je suis un homme marié la cinquantaine qui aime écrire des histoires érotiques. Mesdames, mesdemoiselles, si vous avez des idées à me soumettre contactez moi, merci.

Fantasmes / Hétéro / Lieux publics / Masturbation / Voyeurisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.