335 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 2125 Vues

Ma soeur Annie veut faire partie de mon harem

LE HAREM DE PATRICK
13ème EPISODE
Ma demi-sœur rejoint les adoratrices de ma grosse bite.

Je vous avais parlé de ma sœur Annie, elle vient pour les vacances de Pâques et ma belle-mère est aller la chercher.
C’est une très belle fille d’1 m70 avec les yeux bleus et un corps de rêve. On est très complice bien qu’en réalité ça ne soit que ma demi-sœur, mon père ayant épousé sa mère. Enfin si vous avez lu les épisodes précédents, vous connaissez la suite….
Anne-Marie a aussi invité Claire et sa mère pour les présenter à ma sœur.
Comme nos parties fines risquent de se raréfier pendant la présence d’Annie, Claire en profite pour me tailler une dernière pipe avant le retour de maman et de sa fille.
Soudain on entend Anne-Marie crier :
– Patriiiick !….. Descend dire bonjour à ta sœur !
– Dépêche-toi Claire, plus vite ! Oh je vais jouir ! Merde ! Elles sont en avance !
– Oh Patrick, envoie-moi ton sperme le plus vite possible ! Me supplie Claire.
– J’y suis presque. Oh putain, Claire, je jouiiiis !
Surprise par ma soudaine éjaculation, Claire n’a pas eu le temps de me reprendre en bouche et les 2 premiers jets me maculent le ventre avant qu’elle ne ré-enfourne pour déguster les giclées suivantes.
J’essuie rapidement les traces de sperme sur mon bas ventre, me dépêche de me rhabiller et de descendre les escaliers, Claire qui n’a même pas eu le temps de se rincer la bouche va dans la chambre d’ami pour se rendre présentable. Dès qu’elle me voit Annie s’écrie :
– PATRICK, Mon frère adoré… ça été dur ces mois sans te voir !
Elle se suspend à mon cou et m’embrasse fougueusement, les deux pieds en l’air, se trémoussant sans vergogne sur moi puis reprend contact avec le sol, me renifle plusieurs fois en me regardant d’un drôle d’air et me murmure à l’oreille :
– il va falloir que tu t’expliques!
Puis se retourne vers une créature de rêve et s’exclame :
– Je te présente ma colocataire Emilie !
– Bonjour Patrick, moi c’est Emilie! Me dit cette fille d’une telle beauté que je ne sais plus quoi dire. C’est le vrai coup de foudre.
– Alors m’engueule ma sœur, tu lui réponds au lieu de tirer une langue de demeuré ?
– Euuh, Salut, je suis Patrick et vous êtes vraiment très jolie !
– Je vous remercie pour le compliment, Patrick, et vous êtes tel qu’Annie vous a décrit, pas mal non plus.
Annie me demande:
– Tu montes nos bagages? et une fois dans sa chambre elle m’interroge:
– Patrick dis moi franchement, quand tu m’as prise dans tes bras j’ai senti une odeur de foutre si puissante que c’en était incommodant et ne nie pas car je sais reconnaître cette odeur si particulière, et d’ailleurs je la sens un peu partout dans cette maison. Avec qui forniques-tu ?
– Drôle de retrouvaille et quelle expression vulgaire, tu es en pleine divagation!…
– Ne me prend pas pour une conne ou une oie blanche, ou tu te branles tout seul, ou t’as une petite amie. Ca sent si fort dans la maison que j’ai honte vis-à-vis d’Emilie, tu pues le sperme, tu as beaucoup changé en quelques mois!
– Merci beaucoup de prendre soin de moi petite sœur, il va falloir que je prenne une douche !
Et je la prends brusquement dans mes bras et la serre contre moi en l’embrassant sur les joues, coinçant involontairement son bras droit entre nous, sa main au niveau de la bosse de mon pantalon, elle essaie de se libérer mais sa main s’attarde plus que de raison sur mon sexe en mesurant toute l’ampleur et si vous me connaissez vous savez que je ne débande pas facilement, ma queue n’ayant pas retrouvée complètement le repos après les ébats avec Claire est encore un peu excitée. Elle me repousse libérant ma bite en s’exclamant :
– Et en plus tu bandes quand tu m’embrasse ! Quel pervers !
– Non je ne bande pas et tu as du culot, tu me pelotes la queue et me traite de pervers.
– Fous-toi de moi! J’ai assez d’expérience pour reconnaitre une bite qui bande et une au repos!
– Ton expérience est à compléter dans ce domaine, Annie.
Ses yeux me défient et sa main se remet sur la bosse de mon pantalon en mesurant la longueur et caressant doucement l’objet à travers le tissu, s’y attardant…
– Si tu n’es pas en pleine érection, ça y ressemble beaucoup….. Merde !!! Je la sens s’allonger ! Et elle frotte avec un peu plus d’insistance.
Sa main continuant lentement son manège je ne peux plus maitriser mon érection qui atteint son maximum, mon gland montrant le bout de son nez hors de mon short. – Elle arrête de me caresser et s’exclame :
Putain… j’ai déjà baisé avec des mecs bien montés mais pas à ce point! Les filles doivent fuir à la vue d’ un chibre de cette taille mais qu’est-ce que je dis, oh mon Dieu, Patrick ! Je suis désolé pour tout ce que je raconte!
Ses paroles d’excuse sont contredites par sa main qui ne peut s’empêcher de palper inconsciemment mon chibre.
– Je… oh… mon Dieu…quelle queue monstrueuse… je n’en crois pas mes yeux….euh…Mais qu’est-ce je fais, pardonne-moi !
Elle retire brusquement sa main et se précipite sur la porte tombant nez à nez avec Claire.
– Je te présente une amie Claire qui est là quelques jours avec sa mère Claude, Claire je te présente ma sœur Annie !
Claire lui saute au coup et l’embrasse, poussant sa langue dans sa bouche lui faisant goûter le parfum de mon sperme. Ma sœur est surprise mais à son regard interrogateur sur ma queue puis sur Claire elle a comprit.
Claire lui déclare :
– Merci d’être venue ! On va bien s’entendre entre filles, et voyant ma bite dépasser:
– Oh Patrick, que t’arrive-t-il, laisse moi m’occuper de ça!
– Sur ce Annie sort en claquant la porte avec ses yeux qui me foudroient.
En une quinzaine de minutes, Claire a sa 2ème ration de la journée.
Un peu plus tard je vais frapper à la porte de ma sœur et j’entends
– Qui est-ce ? Je ne veux pas être dérangée!
– Annie, s’il te plait… laisse moi entrer, nous avons besoin de parler!
J’entre et referme la porte. Ma sœur est couchée sur son lit, roulée en boule, quand elle me voit elle me traite de salaud.
– Cette salope t’a sucée et elle a eu le culot de me faire goûter ton sperme. Pourquoi tu l’as laissée te sucer la bite? Mais il se passe quoi dans cette maison ?
Elle est comme hystérique et je reste assis là tranquillement, attendant qu’elle se calme.
– Je me réjouissais d’avance de te retrouver et à peine arrivée, je te branle et une inconnue m’embrasse pour me faire découvrir le goût de ta semence, c’est dément.
– Je ne savais pas qu’elle oserait te faire ça, sœurette !
– Mais… Comment peux-tu me faire ça!
Je lui rétorque :
– Eh, c’est toi qui as commencé en me faisant bander avec ta main et si ça te choque n’oublies pas que tu es ma demi-sœur, serais tu jalouse de Claire?
Elle me regarde et me répond doucement :
– Oui, euh..Enfin non! C’est vrai que tout n’est pas entièrement de ta faute mais… Elle t’a vraiment sucé le gland ou elle t’a juste branlé ?
– Non, elle m’a pompé jusqu’à ce que j’éjacule dans sa bouche mais pourquoi penses-tu qu’elle a avalé seulement mon gland ? Elle me gobe jusqu’aux couilles.
– Espèce de vantard, ce n’est pas possible…, pas entièrement,! On ne peut avaler Ca? Je ne te crois pas ! Mais qu’est-ce qui me prends de te poser de telles questions.
– Ecoute, il y a 2 moyens pour te le prouver, ou j’appelle Claire ou tu essaies toi-même, c’est la seule façon pour toi de savoir si c’est possible!
Je m’assois sur son lit et pose ma main sur son genou.
– Ca va pas non! espèce de grand pervers? Je ne suis pas ta pute pour te sucer la queue!!
Puis elle se tait et reprend :
– Tu n’as pas honte de me dire ça! Mais je n’en reviens toujours pas de la taille de ta bite, ça fait des années que je t’épie dans la salle de bain et j’avais bien remarquée que ton engin était de bonne dimension mais je n’avais pas réalisée les proportions phénoménales qu’avait pris ta queue! Et comment peux-tu me demander une chose pareille?
– Petite obsédée, tu m’avais caché tout ça mais faudrait savoir Annie! C’est bien toi qui a écrasé tes seins contre ma poitrine en arrivant, qui t’es frotté la chatte contre ma cuisse quand tu m’as embrassé tout à l’heure et qui m’a presque branlé dans ta chambre. Fais attention à ce que tu fais quand tu es avec un garçon!
Et je me lève pour sortir quand elle s’écrie :
– Non, ne t’en vas pas ! S’il te plaît reviens ici! Patrick!
Je reviens vers le lit, et me plante devant elle jambes écartées :
– Tu meurs d’envie d’essayer ! Dépasse tes inhibitions et lance toi. Je suis sur que tu en es capable!
Les yeux fixés au niveau de mon sexe elle descend du lit et s’agenouille devant moi et après un moment d’hésitation fait glisser lentement mon short et mon slip jusqu’à mes chevilles.
Elle me regarde en reconnaissant :
– Je veux bien essayer, mais je ne n’arriverai pas à avaler ça, même comme ça ta queue dépasse déjà tout ce que j’ai connu, quel morceau!
Ma bite se présente déjà à moitié en érection près de son visage. La prenant dans ses mains, elle reprend :
– Putain d’engin, Patrick, je n’en ai jamais vu d’aussi grand! Et elle continue de s’allonger ! Il faut que je t’avoue que ça fait des années que j’ai ce fantasme, sucer la bite de mon frère mais elle est trop énorme, je ne pourrai jamais!
– Doucement je l’encourage et lui murmure :
– Essaie, Annie. Si après cinq ou dix minutes tu n’y arrives pas, on arrête là!
– Et prétentieux avec ça ! je ne sais pas si je suis très douée mais tous mes petits copains jouissent avant d’atteindre les cinq minutes! Mais putain… quel chibre tu as ! Non seulement il est long mais son épaisseur est fabuleuse, il est superbe.
– Il me faut beaucoup plus de cinq minutes pour jouir, beaucoup plus !
Annie complètement apeurée approche sa bouche de mon gland, l’ouvre très grande et glisse doucement la totalité de la tête de ma bite dans sa bouche et d’une langue experte me fais gémir de plaisir sous ses caresses
– On est pas aux pièces, prend ton temps.
Annie prend une pose et s’écrie:
– mon Dieu, Patrick, ta queue est si épaisse ! et en plus je réalise mon rêve, c’est tellement surréaliste!
Et elle replonge sur ma bite en absorbant quelques centimètres de plus.
– Annie, si tu es si douée pour les pipes, il faudrait que tu t’impliques plus dans ta fellation sinon tu n’en auras pas avaler la moitié au bout des 5 minutes!
Piquée au vif par ma remarque elle rentre d’un seul coup dans sa bouche la moitié de ma verge et, les yeux exorbités, elle stoppe quelques secondes et tout doucement retire de sa main droite le pal qui gonfle sa joue droite.
Elle regarde sa main qui serre la base de mon sexe et constate que son pouce n’arrive pas à toucher ses autres doigts tellement ma queue est épaisse et elle ajoute :
– Ouuaahhhh… Putain de merde Patrick! mais qu’est ce que t’es gros! T’es quand même énorme ! Et pourtant ta queue s’ajuste parfaitement à ma bouche ! Et j’aime… c’est boooonnnn… C’est la première fois dans ma vie que je suce avec plaisir la teub d’un mec et en plus c’est celle de mon demi-frère. C’est plutôt bizarre, je… oh et puis merde ! Je la veux toute entière et faire dégorger la bite de mon frérot adoré!
Et elle replonge sur mon chibre jouant de la langue et des lèvres que sur 15 cm de sa longueur.
Après une ou 2 minutes de lèche je m’énerve et lui dit :
– C’est pas comme ça que tu sauras si tu peux concurrencer Claire et on arrive bientôt au bout des cinq minutes!
Elle lâche un instant ma bite et me rétorque :
– Ne m’interrompt plus avec tes minutes ! Je vais te faire jouir! Et se renfourne ma bite, l’enfonçant lentement par à-coups de plus en plus loin en gémissant bruyamment sous l’effort, je sens mon chibre atteindre le fond de sa gorge et même un peu plus loin, ma queue disparaissant entièrement dans ce fourreau brulant.
Elle me regarde fièrement et je lui souris en gémissant quand elle remonte sa bouche en serrant légèrement les dents sur mon chibre titillant le gland au passage.
– Putain de merde, Patrick, je l’ai fais ! Je n’aurais pas cru ça possible d’avaler un tel monstre sans avoir mal, c’était sublime, je sentais le sang battre au bout de ton énorme gland !
Elle me ravale jusqu’aux couilles et me fait un festival, j’ai droit à un vrai feux d’artifices . Elle me montre toute sa science de la fellation. Elle a les mêmes aptitudes que les femmes de sa famille vu la facilité qu’elle a de s’enfoncer ma grosse bite dans sa gorge ! Après une dizaine de minutes, elle retire sa bouche pour dire :
– Oh merde Patrick, mais tu ne jouis donc jamais? Je veux goûter ton sperme ! Tu dois être au bord de l’explosion tant ta queue est gonflée ! Allez, gicle !
Et reprend sa folle fellation.
– Tu vas jouir bordel de merde ! Allez Patrick, je t’en supplie ! Et replonge pour me sucer avec frénésie pendant encore 5 minutes.
Claire a ma bite profondément enfouie quand soudain c’est l’éruption. Elle est prise par surprise par la quantité de foutre que lâche ma teub dans son premier jet et essaie de recracher ma queue mais je bloque sa tête, elle déglutit mon foutre en gémissant mais doit suivre le rythme de mes éjaculations rapprochées, les quatre premiers jets vont directement dans son œsophage. Elle continue de gémir et s’étouffe essayant de retirer ma bite de ses lèvres, quand les trois salves suivantes giclent noyant sa bouche de foutre, son corps tremble violemment sous sa propre jouissance, ses yeux exorbités en état de choc, elle prend les deux derniers jets sur ses joues.
Le regard vide, prise d’une quinte de toux son visage irradie de plaisir.
– Oh Patrick ! le volume de sperme qu’éjacule ce colosse de chair est tout simplement monstrueux que j’ai failli m’étouffer. J’ai du mal à y croire. Et son goût est merveilleux! Chaud et épais, très légèrement salé. J’adore, et tu es le 1er à me faire jouir sans me toucher!
Elle ne veut plus lâcher ma queue pour la nettoyer et s’exclame:
– Merde! tu n’as même pas débandé et quand je pense que Claire t’a déjà traie 2 fois, mais tu n’es pas possible! Il te faut combien de fois avant que tu rendes les armes?
Elle se relève sans que sa main n’abandonne ma bite et m’embrasse fougueusement. Son corps tremble un peu quand elle ajoute :
– Pratiquement aucun de mes partenaires n’a tenu assez longtemps pour me faire connaître le plaisir et aucun n’y est arrivé sans même me toucher!
Nous nous embrassons puis elle tombe à genoux et respire mon sexe sur toute sa longueur avant de m’embrasser de nouveau.
– Je t’aime frangin, et cette expérience étrange restera gravée à jamais dans ma mémoire!
Je me rhabille et nous rejoignons les autre au salon , le bonheur se lit sur son visage.
En nous voyant ensemble maman fronce les sourcils.
– Vous vous êtes réconciliés les enfants?
– Absolument maman, nous avons réglé un point de discorde et tout va bien maintenant,
n’est ce pas Patrick ?
J’approuve ses dires lorsque ma sœur s’approche de Claire et l’embrasse sur les lèvres en forçant sa langue dans sa bouche afin de lui faire goûter une saveur très spéciale bien connue. Claire comprend et me sourit, complice.
La soirée se termine et chacun regagne sa chambre, ça fait un bail que je ne me suis plus retrouvé seul dans un lit et je m’endors comme une souche.
Quelque chose me tire de mes rêves, une main a saisit ma bite, C’est Claire qui s’est glissée sans dire un mot dans mon lit ou je dors toujours nu.
Ses lèvres ont tôt fait de me faire bander et sans perdre de temps elle m’enjambe et s’empale sur mon sexe d’une seule poussée. Se débrouillant toute seule pour prendre du plaisir en gémissant en sourdine à cause de nos invitées. Alternant sur mon pieu sa bouche ou sa chatte avant de se mettre tête-bêche. En quelques minutes de léchage mutuel de nos sexes nous arrivons en même temps à la jouissance. Après avoir reprit nos esprits elle avale consciencieusement mon sperme.
– Merci, Patrick chéri. Je n’avais pas eu mon quota habituel aujourd’hui. Bonne nuit mon amour. Je retombe dans le pays des rêves, et je rêve d’Emilie. Elle est nue, tellement belle et elle se caresse en me narguant.
J’ai beaucoup améliorer mes performances depuis que Claude m’a dépucelé il y a 4 ans,
elle est un peu nympho, ensuite sa fille Claire, accro à ma belle bite et jamais rassasiée, puis ma demi-tante Michèle qui découvre des sensations qu’elle n’avait jamais connues, et enfin ma belle- mère, Anne-Marie, qui se laisse aller a ses fantasmes sur ma personne !
Hier, c’est Annie ma sœur (par alliance) qui suce pour la 1ère fois ma queue et ça a l’air de lui plaire et aujourd’hui elles sont toutes sous le même toit que moi, aïe.. aïe.. aïe..!
Et pourtant je ne pense qu’à sa colocataire belle comme une reine de beauté devant laquelle ma bite a du mal à rester au repos ! Que m’arrive t’il?
Enfin pour une fois je fais la grasse matinée.

Le lendemain matin…
Une de ses dames décide de venir me réveiller en m’amenant mon petit déj.
Je me réveille gardant les yeux fermés sentant une bouche agacer ma bite qui comme pour la plupart des hommes est déjà raide le matin et sans attendre se la glisse au chaud dans une chatte déjà toute humide!
Et la gymnastique sur ma teub recommence, la journée promet d’être longue!
J’ouvre les yeux et reconnais Michèle, j’inverse les positions et pilonne sa chatte de ma grosse bite, elle broie mon phallus de ses muscles intimes. Je la retourne et la prend en « levrette » enfonçant encore plus profondément mon pal dans sa fente d’amour!
Son fourreau se resserre autour de mon sexe et en moins de 10 minutes, l’affaire et faite, je remplis pour la 1ère fois de la journée une foufoune affamée en pleine jouissance.
– Oh putain, Tu ne m’a pas ménagée ! J’en ai mal au fond de la chatte tellement tu as frappé loin… Mais quel plaisir.
Je peux enfin déguster mon petit déjeuner quand quelqu’un frappe à la porte et entre sans attendre la réponse, c’est Claire qui vient rappeler à ma tante qu’on l’attend pour aller faire les magasins.
Claire vient me faire la bise et respire profondément.
– Ooooooh, Patrick, j’aime l’odeur que tu dégages, « jus de foutre et de cyprine »! Emilie t’attend en bas pour faire plus ample connaissance avec toi!
Je passe une robe de chambre et nous descendons. Michèle quitte la maison avec sa sœur, Claude et sa fille. Je vais enfin pouvoir être un peu seul avec Emilie et Annie.
Emilie est vraiment très belle ! Belle blonde aux cheveux long, une taille très mince, assez petite, à peine 1m 60 très bien proportionnée avec une belle chute de reins.
Je lui demande :
– Emilie, d’après ce que m’a dit ma sœur tu a déjà un poste à responsabilité si jeune!
– Merci, c’est flatteur mais j’ai le même âge qu’Annie, bientôt 20 ans!
– Pas possible, je ne te donnerais pas plus de 18 ans !
– ET si…. et je continue mes études le soir . Je sors peu. Ce qui n’est pas le cas d’Annie !
Ajoute -elle en riant.
– EMILIE tais toi!
– Eh oui, elle a plein de « petits copains » et est souvent de sortie alors que moi je suis encore vierge, euh.. Enfin c’est dit!
– Oh Patrick, qu’est-ce que tu vas penser de moi après ça ! Arrête ! S’exclame Annie.
– Eh… ne joue pas la pucelle effarouchée! Lui rétorque Emilie. Putain je ne veux pas être une future Catherinette!
– Bon les filles, arrêtez toutes les deux ! Je ne comprends pas comment une si belle fille ne s’est pas faite draguée!
Emilie me saute au cou et m’embrasse fougueusement avant de dire :
– Patrick t’es adorable… Annie n’a pas mentit. C’est un gars comme toi qu’il faut que je rencontre! Puis elle reprend son baiser cette fois avec sa langue dans ma bouche.
Annie a ses yeux qui envoient des éclairs de jalousie en nous voyant nous embrasser à pleine bouche.
– Patrick ! Arrête, ça suffit!… grimace-t-elle.
Etonnée du comportement d’Annie, Emilie stoppe son baiser et pour calmer le jeu je remonte m’habiller dans ma chambre.
Une fois fini je retourne au salon ou je retrouve Emilie
– Excuse moi pour mon comportement de tout à l’heure, Patrick. Tes compliments m’ont tellement plus que je n’ai pas résisté mais je n’ai pas compris pourquoi ça a fâché Annie, on aurait dit qu’elle était jalouse! Et elle se met sur la pointe des pieds pour m’embrasser sur la joue avant de me prendre à pleine bouche.
Bon dieu, ce que j’ai envie d’elle
Annie viens nous rejoindre et nous surprend encore en pleine embrassade et s’exclame:
– Mais putain , vous aller arrêter d’être toujours coller comme ça, on dirait une catin avec mon frère!
Emilie retire ses bras de mes épaules en frôlant ma bite discrètement et je l’entends murmurer : – Oooooooooohhhh!…puis plus fort
– Oh… t’es quand même pas jalouse que je fasse du gringue à ton frère, même si ce n’est pas vraiment ton frère?
La journée est finalement restée assez calme question sexe mais comment sera la nuit?
Je suis à peine couché quand Annie se glisse dans ma chambre en nuisette transparente et verrouille la porte.
– Qu’est ce que tu désires petite sœur?
– Je veux ta bite!…
Elle se saisit à deux mains de mon pieu et me branle avec acharnement le faisant passer en quelques secondes de 16 à 22 cm.
– Aahhhh, j’aime mieux ça ! Dit-elle quand ma queue turgescente se dresse vers elle.
– Voila tout ce que je désire, mais je veux ce soir que tu me prennes !
En un rien de temps elle avale mon gland qu’elle agace de la langue avant de me prendre entièrement jusqu’au fond de sa gorge..
Un sein dans chaque main je pince et tire sur ses mamelons, la faisant gémir. Elle stoppe ses caresse buccales et souriante m’interroge :
– Je veux connaitre avec toi les plaisirs de l’amour ! Je t’offre mon corps. Tu peux en disposer à ta guise. Les jambes légèrement écartées j’aperçois au dessus de ses longues jambes un beau barbu.
– Tu es extrêmement belle Annie! Mais tu ne vas pas le regretter?
Elle se positionne au dessus de moi les yeux fixés sur ma bite, prête à chevaucher mon énorme pieu de chair, avance son pubis et murmure :
– Oooh, Patrick !…Et commence à frotter sa fente encore fermée sur mon défonc-cul.

Récit d’Annie
– Apres avoir gouté le jus de ton énorme bite, je ne pense plus qu’à ça, je la veux dans ma chatte. Je la veux dedans !
Je prends sa verge d’une main et introduis son gland violacé dans mon vagin que j’ai assez étroit et commence à descendre sur ce gourdin monstrueux.
– OOOOOhhhhhhh… Putainnnn… t’es gros ! Oh Dieu, Patrick, je ne croyais pas ta bite si épaisse !
Je n’arrête plus de gémir de plus en plus et stoppe à mi chemin. Patrick s’écrie !
– S’il te plaît, arrête ! Je sens que tu es très étroite et je ne veux pas te faire mal !
– Non, Je dois aller jusqu’au bout!
Je tiens toujours fermement sa queue d’une main et glisse encore de quelques centimètres tout en ondulant doucement pour faciliter la pénétration. Je dois m’y reprendre à plusieurs fois pour faire rentrer ce monstre dans ma vulve qui commence maintenant à devenir bien humide.
– Ma chatte s’élargie de plus en plus pour te laisser le passage ! Mais putain.. qu’elle chibre tu as ! Non seulement il est gros mais je n’en vois pas le bout!
Je grogne sous l’effort, à chacune de mes poussées vers le bas je suis redevenue vierge face à ce monstre dans ma petite chatte super serrée pas habituée à un tel diamètre.
Je suis presque au bout et je vois ma vulve distendue au limite de ses possibilités et l’informe :
– Je ne suis pas une oie blanche loin s’en faut mais tu pénètres dans un territoire vierge, je n’ai jamais été aussi remplie avant toi, ça fait mal et en même temps j’aime et j’ai envie d’aller toujours plus loin mais aucune queue n’a jamais été si profondément à l’intérieur de moi!
Je me penche et l’embrasse passionnément en même temps que je m’empale violemment sur sa bite, mon cri étouffé par nos bouches jointes. Je veux me retirer sous la douleur mais il
appui fortement sur mes épaules, m’empêchant d’expulser cette monstrueuse chose. je suis prise de tremblement:
– Oh mon Dieu, oh merde, Patrick, je l’ai fait et c’est divin !
– Maintenant, sœurette, à moi de diriger, tu vas savoir ce que c’est qu’un vrai mâle, je t’aime depuis toujours. Je vais te rendre dépendante de ma bite comme les autres !
Il me retourne comme une plume et remue lentement pour que je m’habitue à ce diamètre hors norme et il enfonce toute la longueur de sa queue dans mon corps.
Il me laboure assez fortement mais j’en redemande, mon corps tremble sous ses énormes poussées :
– Oh Dieu ! Que c’est bon ! Oui vas-y à fond ! Oh putain, Patrick, baise moi ! oui, continue plus fort… fais moi mal c’est tout ce que je mérite ! …Là ! Ouiiiiii bouge plus …. Aaaahhhh, que c’est bon… putain, mon vagin va éclater ! Je sens que je viiieeennnns…. envoie ta sauce Patrick, jouis avec moi ! Donne-moi ton sperme, fais moi tienne.
Je m’agrippe à ses bras fermement en même temps que mon corps est secoué par un orgasme monstre avant de crier :
– Ouiiiii ! Patrick… je jouiiiisssssss !
Il essaye d’étouffer mes cris mais n’y arrive pas :
– Mon dieu…. Aaaahhhh…, je jouis avec ton énorme bite! Lentement le rythme diminue et je récupère, complètement essoufflée:
– Doux Jésus, Patrick, , j’aime faire l’amour et je l’ai fait avec pas mal de mecs, aucun ne m’a satisfaite comme toi. Et crois moi j’ai essayée de nombreuses fois! Et c’est avec toi que je vois la différence, j’en frissonne encore ! Et je n’ai jamais joui aussi fort de ma vie!
– Sœurette, tu es un amour, mais je n’en suis qu’aux amuse-gueules. J’espère que tu a encore faim.
Et il recommence le rodéo. Il me laboure écrasant mon clito à chaque passage. Je hurle avec sa main sur ma bouche et je ressens mon 2ème orgasme, je crie encore plus fort et malgré sa main qui me bâillonne J’ hurle : – OOOUUUIIIIIII…. BAIIIISEEE-MOIIIII ! AAAAAAAHHHHHH…SALAUD, TU ME TUUUUEEEE !
Mais il n’en a cure et continue de violer ma grotte d’amour brulante.
– Oh mon Dieu, Oooohhhh…. Patrick…. Putain de salaud… Non de Dieu, je vais m’évanouir… non, t’arrête pas, continue comme ça, doucement, AAAAhhhh… huuummm… c’est boooonnnn…
Patrick ! Je sens que je vais repartir, ce n’est pas possible…. Siiiii ça vient… Patrick !
AAAAAAAAAAAHHHHHH. Et une nouvelle fois mon corps se tend parcouru de vibrations
– Alors mon cœur, tu demandes grâce !
– Salaud, Noonnnnn…, je veux ton sperme, je le veux en moi, arrose moi ! Oh Patrick, je veux te sentir gicler au fond de moi
Il me regarde avec plein d’amour dans les yeux et termine :
– Je veux que tu gardes un souvenir inoubliables de cette première fois!
Mes lèvres prennent les siennes dans un baiser langoureux puis il remonte de nouveau mes jambes et martèle ma chatte plus vulnérable que jamais.
– OH Patrick, Patrick, Patriiiiiiick… T’es si fort, et ta queue est si grosse…Maintenant, crache ton sperme !
Il lui faut encore une dizaine de minutes avant qu’il n’envoie salves après salves sur mon utérus malmené et sans même un instant de repos repart pour une nouvelle chevauchée !
– OUI, jouis en moi ! Donne ton jus ! Ouiiiiii je te sens…. Aaaahhhh…merde, je jouisssssssss…..
Plusieurs fois de suite il a recommencé pendant la nuit et plusieurs fois j’ ai entendu des bruits de serrure.
Nous nous sommes endormis l’un sur l’autre toujours relié par sa longue bite, et c’est comme ça que j’ouvre les yeux !.
Je l’embrasse et ma chatte se resserre sur sa queue. Je remue doucement et baise amoureusement le sexe raidi de Patrick. Mes mouvements le réveille :
– Quoi ? Hein ? Nonnn… Annie, déjà!
En moins de 15 minutes tout est dit.
– Ca a été plus fort que moi et je voulais absolument que tu me prennes avant que cette petite salope d’Emilie le fasse ! J’ai bien vu qu’elle te dévore des yeux et qu’elle veut se faire dépuceler par toi ! Mais je te veux rien qu’à moi, oh mon Dieu, je t’aime Patrick !
– Tu devras me partager, que tu le veuilles ou non ma chère sœur!
– Tu veux dire que tu me préfères Claire ou que cette petite salope d’Emilie t‘a eu avant moi ?
– Non…Tu n’y es pas, Emilie est la seule femelle dans cette maison qui n’a pas gouté ma bite!
Ma bouche s’ouvre et se referme plusieurs fois avant de pouvoir parler.
– Toutes…, la seule… nous ? Tu plaisantes ! Nonnn… Oh mon Dieu ! Et moi qui pensais que nous vivions quelque chose de spécial!
Je me mets à pleurer abondamment
– Annie, mon cœur, ce que nous avons fait est spécial! Mais ça prouve bien ce que ta mère m’a dit, les femmes de sa famille ont besoin d’un sexe hors norme pour les satisfaire et c’est avec ma queue qu’elles ont trouvé leur étalon !
– Vous…Quatre ? Tu… Tu… as baisé… maman !
– Oui.
– Tu as baisé… ma… tante et Claire et sa mère?
– Oui.
– Et maman t’a dit : les femmes dans le… la famille ont besoin d’un Etalon spécial, pour être… euh, satisfaites?
– Oui.
– Oh Dieu, ça me rassure ! Je pensais que je n’étais pas normale mais en fait il me fallait une queue comme la tienne ! J’avais besoin de ta formidable bite !
– Exactement sœurette. Avant moi aussi je baisais n’importe comment mais je n’ai vraiment découvert mon pouvoir de séduction qu’avec vous toutes!
Je me lève doucement en retirant sa queue coincée dans ma chatte et je regarde ébahie son sperme qui jaillit de mon vagin encore béant.
– Oooh la vache, quand tu craches ton jus, tu ne fais pas semblant ! Huuuummm, j’adore ta crème mélangée à la mienne ! J’aimerais bien ça tous les matins et me faire un café crémeux avec !
Je lui souris et demande :
– Dis donc, Patrick… chaque fois que j’entendais quelqu’un essayer d’ouvrir la porte de ta chambre, c’était une femelle qui essayait d’entrer pour s’enfiler ton monstre et avoir sa ration de crème?
– Je crois bien que tu as raison, sœurette !
Et il plonge entre mes jambes et lèche, suce, aspire, mord tout ce qui tombe sous sa bouche et sa langue N’en pouvant plus, j’ attrape sa tête en criant :
– Ce n’est pas croyable, je jouiiiisssssss encore, reprends moi s’il te plais, encore une fois….

Peu de temps après Annie est tombée enceinte de 2 belles jumelles. Elle s’est mariée avec mon copain Michel au courant de la chose que vous découvrirez dans une autre histoire.
Elle a eu par la suite un garçon mais elle ne sait pas qui est le père et habite à proximité de chez moi.

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

Vous aimez cette histoire laissez un commentaire pour son auteur ci-dessous, merci.

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

En famille / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.