319 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 17562 Vues

Ma voisine est une chaude !!!

J’ai quarante-trois ans, je suis marié depuis vingt ans avec une femme charmante que je n’avais jamais trompée auparavant, bien qu’étant attiré par d’autres femmes, surtout si elles sont mariées. Il y a trois ans, nous habitions un appartement situé dans une résidence de la banlieue est. Je gardais mon fils le matin et l’accompagnais à la maternelle vers 13h30. C’est là que j’ai rencontré ma ravissante voisine, alors âgée de 35 ans. Mère d’une fillette qui fréquentait la même école que mon fils, je ne l’avais que très peu remarquée; blonde, taille moyenne, style anglo-saxon, c’était une jolie femme, élégante. Ses talons hauts et ses robes fines, laissaient deviner son corps. Ses fesses bien rondes et cambrées, comme celles des femmes africaines, faisant tourner le regard des hommes. Bref, c’était pour moi une femme inaccessible, sérieuse et aimant son mari.

Pourtant, un jour de printemps, alors que j’accompagnais mon fils à l’école, la pluie se mit à tomber assez fortement. À la sortie de la résidence, je vis Martha (c’était son nom) avec sa fille; je m’arrêtai et lui proposai de l’emmener. Au retour, elle me dit:
– Merci, je ne sais comment vous remercier.
Je lui répondis que je boirais bien un petit café. En montant l’escalier, mes jambes flageolaient.
– Installez-vous sur le canapé, j’arrive tout de suite!
Nous bûmes notre café. La situation me troublait, nous bavardions en parlant de l’éducation des enfants, etc. Mais mes pensées étaient ailleurs. Je découvrais son visage aux traits réguliers et des yeux à faire sauter ma braguette! Je me décidais à prendre congé, mais lorsque je lui serrais la main pour lui dire au-revoir, le sang me monta à la tête et je l’attirai vers moi. Ma bouche prit la sienne, elle se débattit mais je ne lâchai pas prise, car malgré tout, elle me rendit le baiser; je déserrai mon étreinte et elle me dit:
– Je vous en prie, laissez-moi!
Je continuai à lui lécher l’oreille, mais je compris que je n’irais pas plus loin.

Le lendemain, je la revis à la sortie de l’école, elle me salua poliment comme si rien ne s’était passé entre nous. Au retour, je la suivie jusqu’à sa porte.

Lorsqu’elle allait refermer, je lui dis:
– Excusez-moi pour hier!
Mais déjà, j’avais les deux pieds dans son appartement. Je refermai la porte derrière moi, je l’enlaçai. Elle ne se débattit presque pas, je l’embrassai fougueusement. Je sentais son corps frémir, mon sexe frottait contre le sien, elle brûlait à travers le tissu de sa robe fine. Elle tenta de s’écarter mais déjà j’avais mes mains contre ses fesses et remontais le bas de sa robe à la taille. J’insérai un doigt dans sa chatte humide et commençai à la masturber, faisant rouler son clitoris entre mes doigts. Son souffle devenait court, elle gémissait:
– Non! Non!
Sans relâcher sa vulve, je l’entraînai vers la chambre. Elle tenta une dernière fois de résister:
– Je n’ai jamais trompé mon mari, me répétait-elle à demi-voix.
Je lui pris la bouche, nos langues se sont mêlées, nous étions tous les deux dans une excitation intense. Nous sommes tombés sur le lit, j’ai relâché mon baiser, déboutonné sa robe, et sorti ses mamelons magnifiques que j’ai titillé avec ma langue. Ma tête est descendue entre ses cuisses, j’ai léché à travers son slip ce triangle tant désiré. Elle a commencé à pousser de petits soupirs; sa tête allait de droite à gauche. Tout en malaxant ses seins d’une main, de l’autre j’ai baissé son slip, ma langue fouillant son sexe de bas en haut. Elle délirait:
– Oui! Oui!

Était-elle consciente? Moi oui. C’est pourquoi je me suis mis en position de soixante-neuf. Qu’allait-elle faire? Ma langue léchait son clitoris. Ses yeux étaient fermés, sa bouche crispée n’osait pas crier. Je souhaitais qu’elle prenne mon sexe dans sa bouche. Oserait-elle? C’est au bout d’un long moment que j’ai senti sa main prendre mon membre raide prêt à éclater et l’engloutir dans sa belle bouche. Elle m’a sucé maladroitement, mais je sentais qu’elle y prenait plaisir. Elle accélérait le mouvement et s’arrêtait de temps en temps, le souffle coupé. Puis elle reprenait mon sexe goulûment, comme une affamée, une vraie mangeuse de sexe! Qui eut cru que cette femme aimait tant faire l’amour? Elle ne le savait peut-être pas elle-même!

J’ai dû retirer mon sexe de sa bouche de peur de jouir trop tôt. Je m’installai entre ses cuisses, mon membre frottait son clitoris, elle, sur le dos, ondulait de gauche à droite, les yeux mi-clos. J’ai écarté encore plus ses cuisses et mon sexe a pénétré dans son vagin humide. Tout en restant en elle, je l’ai relevée lentement. J’étais debout, ses jambes autour de mes reins, son dos contre le mur. C’est une position dont je raffole. Je la prenais tendrement, lentement, puis j’accélérai la cadence.
– Mon Dieu! Mon Dieu! râlait-elle.
J’ai enfin déchargé en elle. Elle a poussé de petits cris aigus, tout en me griffant le dos.

Je l’ai déposée ensuite sur le lit, les bras ballants. Des larmes coulaient sur ses joues pourpres. Moi, les jambes coupées, je me suis allongé près d’elle. Un long silence s’ensuivit. Nous sommes restés ainsi plus d’un quart d’heure. Elle cachait son visage sous son bras, comme si elle avait honte.
– Laissez-moi maintenant! Partez! dit-elle.
Et elle se retourna à plat ventre pour mieux enfouir son visage. Ceci m’excita davantage. J’embrassai prudemment ses cheveux, elle ne broncha pas. Cela m’encouragea à aller plus loin. J’embrassai ses oreilles et son cou, puis mes doigts ont parcourus son corps au travers de sa robe. Je suis descendu lentement et ma main s’est arrêtée sur ses fesses cambrées qui semblaient appeler l’amour. J’ai inséré un doigt dans la raie de son cul. Elle a tressailli doucement, puis elle a écarté ses jambes. J’ai compris que je pouvais aller plus loin. D’une main, j’ai remonté sa robe au-dessus de son dos, laissant apparaître un cul magnifique que je n’ai pu m’empêcher d’embrasser. Ma langue a léché son anus, elle se trémoussait. D’instinct, elle s’est mise à quatre pattes, le bassin bien en arrière, et ma langue s’est enfouie dans son anus.

Je découvrais là une femme faite pour l’amour. Je bandais très fort. Elle avait la tête en arrière et tournée vers moi, les cheveux défaits. Je me suis installé entre ses fesses, ma verge venant frotter sa chatte et son anus, nos langues entremêlées. J’ai relâché sa bouche un instant pour contempler son petit trou qui n’avait jamais servi et qui ne demandait qu’à être rempli. D’une main, j’ai caressé sa vulve chaude et humide, de l’autre, j’ai attrapé ma verge, prête à éclater et l’ai approché de son anus. J’ai enfoncé le gland d’un seul coup, elle a poussé un petit cri. Je me suis arrêté de peur de lui faire mal. C’est elle qui a englouti entièrement mon pieu dans son derrière en ondulant sa croupe dans un mouvement de rotation. J’allais et venait de plus en plus vite, elle se cambrait comme si elle voulait que j’aille plus loin. Je voyais ma bite s’enfoncer dans son cul et je fermais les yeux pour faire durer le plaisir. À la fin, n’y tenant plus, j’ai lâché mon sperme dans son derrière. Nous avons eu tous les deux une jouissance intense. Nous étions affalés l’un contre l’autre, elle me couvrait de baisers, c’était gagné! Nous nous sommes quittés ce jour-là nous promettant de nous revoir. Il y a trois ans que ça dure…

.......

A propos de l'auteur :

Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.