319 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 4370 Vues

Mon beau-fils

En l’espace de quelques semaines, j’étais devenue la maîtresse attitrée de mon beau-fils Michel, nous ne perdions pas une occasion pour nous envoyer en l’air, dans la chambre, sous la douche, dans la voiture, sur le divan, dans le garage.

Cet après-midi, j’avais invité ma copine Marie à venir prendre le café à la maison, elle arriva vêtue d’une jolie robe à fleurs, boutonnée sur le devant, cette robe mettait parfaitement en valeur son corps gracieux, Marie est une femme de 57 ans, rousse, les yeux verts, petite taille, mais rondelette et ayant une grosse paire de lolos, divorcée et que je sache sans homme dans sa vie depuis pas mal d’années, nous nous connaissons depuis une dizaine d’années, et nous nous voyons régulièrement, nous avons beaucoup d’affinités, et partageons bon nombre de secrets.
C’est ainsi qu’elle est au courant pour cette relation que j’ai avec mon beau-fils, elle est curieuse de nature et j’ai dû lui expliquer le comment, le pourquoi dans les moindres détails, elle avait les yeux humides et les joues rouges quand je lui expliquais nos ébats amoureux.
Nous étions ensembles depuis plus d’une heure, parlant de nos projets, de nos rêves, quand la sonnette de la porte retentit, j’allais ouvrir et me trouvais devant mon beau-fils, je le saluais en l’embrassant sur les lèvres et le présentai à ma copine Marie. Ils s’embrassèrent sur les joues, et je voyais que Marie rougissait, elle parût gênée.

– Alors Marie, comment tu le trouve mon beau-fils ? De quoi rendre folle une femme comme nous, hein, et attends, tu n’as encore rien vu, il a une bite énorme !
Marie ne savait plus où se mettre, confuse, honteuse, elle baissa les yeux.

– Ne sois pas timide chérie, ça te dirais de goûter à sa grosse queue, tu dois en avoir envie, après toutes ces années de régime sexuel ?
Je m’approchais de mon beau-fils, défis sa braguette et sortis son membre à l’air, il bandait déjà fort, il resta un moment surpris, croyant rêver.

– Tu sais bien, lui dis-je, que je suis généreuse, j’ai envie de faire profiter ma copine de tes talents d’excellent baiseur, j’ai envie que nous baisions à trois, depuis que tu es là, elle te dévore des yeux !
M’approchant de Marie, je lui déboutonnais la robe, la laissant tomber à ses pieds, elle resta figée, en sous-vêtements, un soutien-gorge blanc, bien fourni, ses seins débordaient sur les côtés, elle avait un porte-jarretelles, des bas et un string blanc, je me déshabillais à mon tour, et aidais mon beau-fils à en faire de même.
Nous nous retrouvions tous trois nus, ou presque, la queue de Michel était fièrement dressée vers le plafond, Marie la regardait, la bouche ouverte, les yeux ronds, elle ne prononça pas un son. Je l’embrassais alors à pleine bouche, lui caressant les seins à travers le soutien, elle me caressa à son tour, j’étais excitée comme une puce.

Mon beau-fils se joignit à nous, nous nous embrassions, nous caressions, nous tripotions partout, j’avais un sein de Marie en bouche et la bite de Michel en main, je le masturbais frénétiquement.
Je décidais ensuite d’emmener tout ce beau monde dans ma chambre, mon beau-fils se coucha, Marie et moi le rejoignîmes et nous commencions à nous occuper de lui. Marie commença par lui sucer le sexe, je me mis à ses côtés et partageais avec elle cette belle trique tendue à souhait. Mon beau-fils gémissait sourdement en sentant ces deux langues agiles sur son membre, il était couché sur le dos, les yeux clos, la bite dressée aspirée, avalée par deux bouches avides, humides, je lui léchais les couilles, pendant que Marie lui pompait le dard. Lui, de son côté il caressait nos corps, je sentais ses mains puissantes, sur mes seins, sur mon ventre, il enfonça un doigt dans ma chatte, joua avec mon clitoris, me massait les fesses, puis se fût au tour de ma copine Marie.

Elle poussait de petits cris quand la main de Michel jouait avec sa chatte, je donnais mes grosses mamelles à mon beau-fils pour qu’il les lèche, Marie quant à elle, s’était redressée et empalée sur le sexe de Michel, elle était droite, se laissant retomber sur cette colonne de chair, elle montait et descendait à vive allure, elle fût prise de soubresauts, elle jouit très vite, criant, griffant Michel sur le torse, lui bandait toujours, Marie se retira et me laissa la place toute chaude, elle se coucha à nos côtés et nous observait. Cela m’excitait terriblement, elle avait l’air comblé. Mon beau-fils me fît mettre à quatre pattes sur le lit et m’enfila entre les fesses, les écarta largement et me pénétra sèchement, il me laboura à grands coups de queues puissants, rudes, Marie se plaça sous moi et me présenta sa grosse chatte dégoulinante à lécher, quel délice, je me faisais baiser et je léchais ma copine.
Marie jouit une deuxième fois sous ma langue, moi, je sentais toujours cette tige enfoncée en moi, elle perforait mon sexe, je sentais cette grosse paire de couilles venir cogner contre mes fesses, mon beau-fils m’enfonça ensuite un doigt dans le derrière, il me sodomisait délicatement, je sentais la jouissance toute proche, je sentis sa bite quitter ma chatte pour venir se loger dans mon anus, je criais, je me débattais, hurlais mon bonheur !

Quelle pine ! Quelle queue ! Quelle bite !

J’allais jouir, j’essayais de me retenir le plus longtemps possible, mais cette sensation était trop forte, je me laissais donc aller complètement, je jouis en poussant des cris, comme une truie qu’on égorge, je sentis que mon beau-fils m’inondait le cul, il éjaculait dans mes entrailles, me tenant fermement par les hanches, il donnait encore quelques coups de reins et se laissait tomber sur moi, à bout de souffle.
Après une rapide toilette, nous nous retrouvions de nouveau au lit, ce fût au tour de ma copine Marie de goûter aux joies de la sodomie, mon beau-fils, Michel, enduisit son anus de vaseline et la pénétra par le cul, la salope pour une première fois jouit comme une folle, elle en redemanda plusieurs fois par la suite, après trois bonnes heures de baise intense, je me retrouvais seule chez moi, mon mari rentra et me trouva au lit, la chatte et le cul en feu, je baisais à nouveau avec lui deux fois, il s’endormit et moi je voyais encore cette grosse queue de mon beau-fils en moi…

.......

A propos de l'auteur :

En famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.