348 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 1867 Vues

Natation synchronisée, L’équipe me kidnappe pour abuser de mon sexe, 1er épisode

LES AVENTURES DE PATRICK
Séquestré et abusé par mes 2 équipes de natation synchronisée.
1ère partie.

Vous commencez à bien me connaitre mais les années ont passées, j’ai maintenant 28 ans. Je vais vous faire connaitre la suite de mes aventures sexuelles.

J’ai poursuivi mes études est suis maintenant ostéopathe. J’ai, vous le savez si vous avez lu mes précédentes histoires, comme passion la natation et suis devenu au fils des années entraîneur dans mon club.
Je m’occupe actuellement de 2 équipes de natation synchronisée, une équipe de 8 débutantes âgées de 17 ans 1/2 pour les 2 plus jeunes jusqu’à 19 ans pour la plus âgée et d’une autre équipe plus aguerrie avec une moyenne d’âge de 22/23 ans.

Comme je débute et que ma clientèle est peu nombreuse pour le moment, je me consacre beaucoup aux entraînements de mes filles.
Pour atteindre la perfection dans ce sport les heures ne se comptent pas et ces jeunes filles n’ont guère de temps à consacrer à autre chose que leur passion, ce sont toutes de belles filles bien proportionnées de taille à peu près égale pour donner une homogénéité à l’équipe.
Ne voulant pas mélanger ma vie sexuelle avec mon travail d’entraîneur, j’évite autant que faire ce peut d’avoir des relations charnels avec mes filles bien que je vois que certaines me cherchent sortant des douches à poil devant moi.

Aurore et Nadia les 2 Jumelles de l’équipe junior vont justement fêter leurs 18 ans dans quelques jours et m’ont demandé de venir leur donner un coup de main pour porter des choses lourdes pour préparer une petite fête chez elles.
Après ces efforts elles m’ont offert un rafraîchissement et nous avons parlé mais soudain je ne sais pas ce qui m’est arrivé, j’étais si fatigué que je me suis endormi.
Quand je me suis réveillé 2 heures plus tard je ne savais plus ou j’étais et en plus j’avais les mains liées, couché en slip et torse nu sur un immense lit rond, tout seul dans une très grande pièce.

Soudain j’ai vu rentrer les unes après les autres des filles avec un loup qui cachait leur visage.
L’une d’elles a pris la parole.
Excuse nous Patrick d’agir de la sorte mais on en à marre de ces entraînements sans fin, toute notre jeunesse y passe et ne nous laisse guère le temps de flirter avec des garçons de nos âges.

En plus une légende rode autour de toi et nous sommes toutes un peu amoureuse de toi. La bosse que l’on voit dans ton maillot à la piscine nous a toujours intrigués vu sa taille, est-ce que tu bandes quand tu nous regardes nager?

Je vois un calendrier qui circule parmi elles.
– C’est donc vrai! S’exclame Cécile en feuilletant chaque mois avec une fille différente encastrée sur ma bite. Je reconnais nos vestiaires et le calendrier date de 4 ans!
Je me mets à jurer.
– Putain! Je croyais pourtant qu’il n’en existait plus d’exemplaires.

Deux de mes geôlières s’approchent de moi, prennent fermement mon slip de chaque coté et le tire vers le bas dégageant mon pénis.
Un Ohhh s’échappe soudain de la bouche de mes tortionnaires.
– Bon Dieu! s’écrit l’une d’elle, il ne bande même pas et sa queue est déjà plus grosse que celle de mon frère en pleine érection, je l’ai déjà vu se branler dans la salle de bain et y a pas photo.

La porte-parole reprend.
– Après mûre réflexion et comme plusieurs d’entre nous sommes encore pucelles nous avons décidé de te kidnapper et de se servir de toi comme objet sexuel et pour que tu tiennes le coup on t’a fait prendre du « Levitra », il parait que c’est quatre fois plus fort que le « viagra ».
Allez les filles, toutes à poil!

J’ai devant moi 14 des seize filles que j’entraîne toute aussi belles les unes que les autres en tenue d’Ève, je sens dans mon bas-ventre une énorme érection poindre, ma queue atteint très vite sa pleine érection et même plus que d’habitude que c’en est douloureux.

-Vous n’auriez pas du faire ça les filles, ce n’est pas bien, relâchez-moi et j’oublierai tout!
Mais je prêche dans de désert car dès qu’elles ont vu ma grosse pine monstrueusement dressée elles sont devenues comme folles et commentent à qui mieux-mieux.
– Putain la bite, c’est un sacré morceau!
– C’était donc vrai, il est monté comme un âne!
– Mais ce n’est pas possible de se faire prendre par un pieu pareil!
– Je veux en avoir le cœur net, on va la mesurer!
– Il va nous déchirer, on va souffrir!

L’une des filles revient avec un mètre de couturière et s’approche pour mesurer ma teub couchée sur mon ventre.
-Qui veut la tenir pendant que je prends ses proportions?
Les 2 filles qui m’ont retiré le slip se dévouent, l’une prend ma hampe à pleine main et l’autre mes couilles et informent les autres.

– Ohhh, c’est chaud, c’est doux au toucher et on dirait un os tellement s’est rigide, ma main n’arrive même pas à faire le tour de la base de sa queue!
– Et ses boules sont énormes, c’est soyeux et sa roule dans ma main!

Le mètre s’approche de ma queue pour prendre sa longueur et je ne sais pas si c’est l’effet de la drogue mais mon érection phénoménale change mes mensurations habituelles.
– Ce n’est pas possible, elle fait 23 cm de longueur!!!! Voyons voir pour la grosseur. Putain je n’en crois pas mes yeux, elle fait 19 cm de circonférence, c’est monstrueux!!!!

– Les filles, mesurez votre poignet qu’on compare, alors? Entre 19 et 24 cm, sa bite est aussi grosse que nos poignets, quel engin!!
Elles se mettent sur 2 files de chaque coté du lit et les unes après les autres elles empoignent ma bite, la soupèse, la branle plus ou moins longtemps.
Certaines sont timides et osent à peine serrer ma queue mais d’autres l’astiquent comme une folle pendant quelques minutes, quelques commentaires fusent.

– Il tient le coup le salaud!
– Ça fait plus d’une demi-heure qu’on le branle et il ne jouit toujours pas, c’est pas possible!!
La 9 ème de ses demoiselles penchée sur moi attrape mon chibre et me branle frénétiquement, je sens la jouissance arriver mais je ne dis rien, restant impassible.
Soudain je me lâche, un flot monstrueux jaillit de mon méat d’une puissance folle, la fille est surprise et reçoit en plein visage un jet très copieux de foutre, instinctivement elle recule sa tête ne lâchant pas ma pine qui continue à envoyer la sauce.
Les jets s’élèvent en l’air et retombent dans ses cheveux, sur ses bras, ses seins, son dos, elle en a partout. Le silence s’est fait un moment puis les filles se mettent à rire et à applaudir.

-Vous avez vu ça? Encore un peu et il tachait le plafond, et le nombre d’éjac.., j’en ai compté 9 sans prendre en compte les petites dernières et regardez… Son gros nœud n’a pas perdu un centimètre de longueur ni d’épaisseur, il est toujours aussi bandé!!
Et ça recommence, toutes veulent avoir leur part.

-Bon maintenant les filles, on tombe les masques et il faut goûter à son boutefeu! Décide l’une d’elles, c’est Cécile, elle s’approche de moi, a un moment d’hésitation puis se lance ouvrant grande la bouche et introduit mon gland turgescent entre ses lèvres pendant qu’une de ses copines continue à me branler.
Elle prend tout ce qu’elle peut de ma verge dans sa bouche et commence à la sucer. J’ai un gémissement rauque d’étonnement. Je ne m’attendais pas à ce que qu’elle soit si rapide, elle se transforme en une prédatrice sexuelle redoutable, prête à tout pour étancher sa soif d’amour. Avalant goulûment ma verge, déterminée à me faire une fellation inoubliable.
Mais elle doit laisser son tour car Amandine lui retire avec force ma pine pour l’enfourner à son tour, petit à petit elle me prend en bouche jusqu’à ce que son nez touche mes poils puis elle remonte un peu le long de ma teub faisant travailler sa langue tout autour de mon nœud, après 5 minutes intenses elle passe le relais à Aude.

Sa langue glisse de longues minutes le long de ma grosse veine remontant sur mon gland et descendant sur mes boules qu’elle lèche avant de les gober.
Elle remonte lentement léchant chaque millimètre de ma bite pour arriver à mon gland.
– Ouvre grand ta bouche et enfile son gland dedans. Lui crie une fille.
Elle ouvre sa bouche au maximum et introduit mon gland entre ses mâchoires distendues.

-Titille le avec ta langue, enroule la bien et pompe à fond, aspire lui la queue fort, oui très fort, ne le mord pas surtout, détend toi et avale le, il va bien finir par jouir, bordel, depuis le temps qu’on le suce!!!
Elle suit ses conseils comme un automate, absorbe mon engin et attaque une fellation endiablée. Elle passe le témoin, enfin…Ma bite à la suivante, c’est Alice.
Ces doigts fins s’enroulent autour de ma hampe, sa main la soupèse et commence à la caresser.

Récit d’Alice.

Je n’ose pas prendre entre mes lèvres cette monstrueuse chose mais Patrick s’impatiente et d’un coup de rein porte son gland à l’approche de mes lèvres luisantes qu’il effleure.
– Qu’elle est grosse, j’ai peur!
Son gros gland vient à la rencontre de ma bouche béante, visiblement tentée de happer sa bite tendue.
D’un ample mouvement du bassin en avant, il pousse d’un coup l’énorme teub contre mes lèvres humides. Le cœur battant, je vois son gland congestionné entrer dans ma bouche gourmande!

Soudain plus rien n’existe et je m’efforce d’enfoncer le plus loin possible sa belle queue dans ma gorge. Plus rien ne compte que ce plaisir que je prends à m’enfoncer profondément sa bite gonflée. Ma bouche, maintenant distendue, avale le plus possible son énorme pieu dans un bruit de succion de plus en plus sonore.
– Qu’elle est douce !
Son sexe vibre. Il gémit. Brusquement sa sève monte et il s’enfonce au fond de ma gorge.
Il jaillit en flots si généreux que je m’étouffe avec et je dois sortir sa queue pour reprendre ma respiration.
Le sperme continue de jaillir de façon continue, comme une source. Il s’écoule en traînées le long de la hampe verticale.
Alors, avec application, je recueille le fruit de mes efforts en regardant avec fierté les copines dans les yeux, je lèche et avale sa crème d’amour.

– Zut, c’était mon tour, il va être à sec maintenant! Grogne Flora. Elle s’approche et prend la place d’Alice, prenant à 2 mains ma pine.
– Bordel de merde c’est pas croyable, elle est toujours aussi raide et dure, ca doit être le « Levitra » . Ouah !!Je n’en ai jamais vu une aussi imposante, putain qu’elle bite que tu as, elle est superbe, c’est une vrai queue de cheval!
Je l’encourage.
– Tu peux la goutter si tu veux, c’est pour te donner du plaisir qu’elle bande comme ça !!!
Elle la saisit et branle doucement mon mandrin, s’agenouille devant ma queue et gobe difficilement le gland…
La bouche distendue, Flora suce comme elle peut mon phallus, elle bave et sa salive coule sur son menton mais au bout de 5 minutes elle est obligée de céder sa place à Émeline.

Hésitante elle s’approche et contemple un petit moment le braquemart tendu.
– Touche le !lui suggère Flora, tu verras comme elle est douce sa bite.
– Mon dieu comme elle est énorme !!!
-Prend la en main vas y Émeline!!!
Elle saisit le mandrin a deux mains et le presse doucement ;
– Branle le !! Lui conseille Flora.
Elle commence un lent astiquage.
– Plus vite!! lui suggère Flora.
Elle accélère les mouvements de ses poignets.
– Oui comme ça, suce-le!!
– Non, il est trop gros !!
Flora lui appuie sur la tête, sa bouche et contre ma queue bandée.
– Vas-y, suce !!!

Elle respire un grand coup et ouvre la bouche toute grande, elle gobe difficilement mon gland turgescent et le suce tant bien que mal.
Je geins de plaisir, putain que sa bouche est serrée !!!
Émeline recrache l’engin et avoue.
– Il est trop gros pour moi !!

Je reprends la parole et annonce à ces filles déchaînées:
– Bon les filles si vous voulez vraiment profiter toutes de moi et de ma teub il va falloir me détacher car à ce rythme on en a pour 3 jours.
Elles réfléchissent un moment et viennent me délier les mains.
– Bien, maintenant pour toutes celles qui n’ont pas encore goûté ma bite, alignez-vous contre le mur et mettez vous à genoux!!
Habituées à suivre mes ordres, ils ne leur faut pas longtemps pour obéir, je m’approche de la 1ère de la file et lui présente ma tête chercheuse.
– A toi de commencer Brigitte, ouvre la bouche!

Ma bite ne rentre qu’à moitié et elle s’étouffe plusieurs fois, elle me serre contre elle, retire ma teub et commence à me branler avec lenteur, faisant coulisser la peau le long de ma verge puis informe ses copines.
-Son membre est d’une dimension impressionnante…De grosses veines courent dessus et son gland violacé vibre doucement sous mes doigts.
La bouche sèche, Brigitte engouffre ma belle pine et commence un pompage en règle.

Je me retire de ce brûlot et passe à Fleur.
Elle se jette comme une affamée sur mon gourdin, les lèvres gonflées et les joues creuses, elle suce pour faire venir encore plus de sang dans ma bite espérant la faire se vider entre ses lèvres.
Sa bouche est distendue par mon pieu de chair énorme. Elle sent le gros gland vibrer préparant la salve de foutre qui va lui inonder la gorge.
Elle se met à pomper encore plus vite, donnant des coups de langue précis et nerveux. Il me faut beaucoup de volonté pour me retirer et présenter mon bélier à Juliette.

Récit de Juliette.

Je me mets aussitôt à pomper sa bite, heureuse d’avoir en bouche cet engin fabuleux.
Sans relâcher ma succion, je m’applique consciencieusement, enroulant ma langue autour du gland, faisant descendre mes lèvres le long de la verge noueuse…
Pinçant les testicules avec mes ongles, engoulant bien à fond toute la longueur de cette bite qui vient au fond de ma gorge m’empêchant de respirer.

Je reprends mon souffle et plonge de nouveau sur cette superbe bête à faire jouir.
Soudain je sens ses mains sur mes seins se crisper sur mes pointes en tirant dessus et ma gorge reçoit une très forte giclée de sperme.
Je m’étouffe tant il est abondant et je sens l’excès ressortir de ma bouche pour venir couler sur son menton, la cadence est terrible, il se bloque et m’envoie encore une décharge puissante de sperme.
Les vibrations de ce somptueux manche qui crache en saccades puissantes un liquide chaud, épais, lourd, gras… Font de moi une salope comblée.
Ramassant cette sorte de crème je me tapisse les seins avec, mesurant au passage la dose phénoménale de foutre que j’ai reçue.

-A toi Roxane mais il va falloir que tu me remettes au top!! Reconnait Patrick qui a à peine débandé.
Les mains de Roxane partent à la recherche du membre qui vient de décharger son foutre et commence à le branler.
Elle pose ses doigts sur la queue, et la caresse, sent la douceur de la bite qui durcit instantanément sous ses caresses et reprend sa taille maximum.
Les mains de Roxane donnent du plaisir à Patrick qui rebande à mort.

– C’est pas possible, jeta-t-elle, il ne lui a pas fallu 30 secondes pour être de nouveau raide!!!
Sitôt dit, Roxane saisit ma bite et commence une fellation tout en promenant de temps en temps la bête entre ses seins…
Je râle de plaisir et enfonce mon gland gonflé dans sa bouche. Elle étreint la grosse queue, d’abord avec hésitation. Je grogne de contentement. – Qu’elle est grosse et dure ! s’exclame t- elle…

Elle s’active maintenant depuis 10 minutes de fellation ininterrompue avec un peu plus de vigueur. Ses deux mains courent sur la colonne de chair, sa respiration est devenue haletante, son regard trouble est rivé sur le magnifique pieu et surtout, ses lèvres, comme entrouvertes, témoignent de l’envie qu’elle semble avoir de la sucer.
– Je te remercie Roxane, allez, à toi Isabelle! murmure Patrick en présentant son chibre en pleine forme à cette nouvelle bouche.
Elle est toute énervée de voir la taille de son membre, il est énorme, d’un diamètre exceptionnel, elle est extrêmement excitée par cet engin.
Il présente sa queue devant le visage d’Isabelle prête à sucer ce colosse de chair. Elle ouvre toute grande sa bouche et gobe ce bout d’une grosseur inhabituelle et commence sa fellation, engloutissant un maximum de son membre dans sa bouche, tenant de sa main droite ses couilles chargées de semence. Il soupire. – Aaahh! Tu suces comme une vraie salope!
Elle se régale à sucer cette belle queue et pendant 5 minutes lui taille une pipe d’enfer. – Il ne reste que toi Estelle, déclare Patrick, viens prendre ma bite!
Le gourdin est maintenant tendu vers le visage d’Estelle, qui ne se dégonfle pas, malgré la peur que cette monstrueuse queue lui fait.
Elle se décide à la lécher, en passant sa langue en bas de sa queue, et remonte tout le long vers son gland majestueux.
Elle fait plusieurs allers et retour. Estelle sent que Patrick en veut plus. – Suce-la, goûte-la!

Estelle ouvre sa petite bouche et prend son gland. Elle prodigue une belle et longue fellation, et petit à petit prend la mesure de ce gourdin.
Patrick ressent de plus en plus de plaisir, ses mains dans ses cheveux, il l’encourage de ses gémissements, Estelle se lâche aussi et avale progressivement un peu plus son sexe au grand plaisir de Patrick.
Il s’arrache de cette bouche en feu et lance à la ronde. – Bon maintenant après ces 2 heures d’amusement, il est temps de passer aux choses sérieuses, je vais m’occuper des pucelles, que les filles concernées s’approchent de moi!

Neuf d’entre elles me rejoignent, je lis un peu d’appréhension dans leurs yeux.
– J’espère que vous avez pris vos précautions et pris la pilule? Elles me répondent toutes que oui, elles avaient fait des provisions en conséquence.

– Bien, comme c’est l’anniversaire de nos jumelles, elles auront la primeur de ma bite, Aurore et Nadia, allez vous étendre sur le lit, j’arrive! Je ne sais pas avec quoi vous m’avez drogué, mais je n’arrive plus à débander !

La suite au 2ème épisode.

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr
Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet.
Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

Exhibition / Fantasmes / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.