307 histoires érotiques et porno fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous !

- Anonyme - 871 Vues

Nicky Hard (partie 1 à suivre)

A cette époque nous habitions A…, ma femme était puéricultrice à la maternité‚ et nous menions une vie rangée sans histoires comme la plupart des couples mariés depuis plus de 5 ans.

Tout commença comme je le sus plus tard cet après midi où le nouveau pédiatre convoqua mon épouse dans son bureau pour parler du cas d’un enfant. Quand elle entra elle s’approche du bureau, sous sa blouse elle portait une culotte et un soutien-gorge noir et comme elle était entre le bureau et la fenêtre, à contre-jour le médecin ne pouvait rien ignorer de ses formes.

Nicky est une jeune femme de 35 ans mince, avec de longs cheveux châtains un air ingénu, des seins ronds et bien fermes et un cul splendide que j’ai toujours envie de caresser. Nicky sentait le regard posé sur elle, elle avait déjà remarqué les regards insistants que lui lançait le jeune médecin quand il la croisait dans les couloirs ou lorsque les besoins du service les mettaient en contact et cela la flattait.

Il lui demanda de venir examiner une radio, Nicky contourna le bureau et se pencha vers la table lumineuse. Il commença à lui commenter le cliché‚ Nicky essayait de suivre les explications et pour pouvoir bien regarder la radio elle s’était approchée tout près du fauteuil. Subitement elle sentit la main du médecin se poser sur le bas de ses reins. Nicky crut d’abord que le geste était machinal mais au bout d’un petit moment elle sentit la main de l’homme glisser vers ses fesses puis commencer à les caresser.

Nicky sur le moment et sous l’effet de surprise ne sut que dire ni quelle attitude prendre. La main de l’homme parcourait longuement la croupe de ma femme, tout en continuant à donner ses explications comme si rien ne s’était passé.
Nicole ne disait toujours rien Profitant de cela l’homme glissa sa main sous la blouse de ma femme la remonta le long de ses cuisses jusqu’à sa culotte et il se mit à lui peloter le cul.
Sa main allait et venait épousant la forme des fesses puis l’homme glissa deux doigts dans la raie et les fit descendre entre les cuisses jusqu’à entrer en contact avec la chatte qu’il se mit à caresser doucement à travers le fin tissu de la culotte.
Ce contact électrisa mon épouse qui sans qu’elle puisse rien faire, sa volonté complètement annihilée sentit une excitation profonde lui monter dans les reins. Elle écarta lentement les cuisses pour s’offrir à la caresse, le pédiatre écarta le slip puis ouvrit lentement la chatte en la caressant et introduisit deux puis trois doigts dans la moule trempée.
Nicky gémit , il la branlait lentement, elle fermait les yeux tout à la caresse accompagnant de son corps le mouvement de la main. Il retira sa main, provoquant un cri de déception de la puéricultrice, mais se leva se glissa derrière la femme remonta sa blouse et baissa sa culotte .
Il baissa lui même son pantalon et approcha son sexe tendu de la fente ouverte. Il n’eut aucun mal à enfoncer son membre, Nicole se cambrant pour faciliter la pénétration de la bite raide. L’homme commença à la baiser tandis que ses mains ouvraient la blouse dégrafaient le soutien gorge et saisissait les seins qu’il pétrissait. En même temps il embrassait le cou de ma femme qui sentait le plaisir monter.
Elle accompagnait d’un mouvement de reins les coups de butoir de l’homme. Le plaisir arriva d’un coup violent, elle se mit à crier et le médecin lui mit la main sur la bouche tandis qu’il se crispait contre elle. Elle sentit le jet de sperme chaud lui gicler entre les cuisse ce qui porta sa jouissance au maximum. Alors l’homme se retira lentement et rajusta son pantalon.
Ils n’avaient pas échangé un mot. Nicole troublée et gênée se rhabilla et quitta le bureau.
Elle pensa à cela le reste de la journée sentant encore en elle le foutre de l’homme, ainsi que le soir en rentrant la maison.
Ce soir là je lui fis l’amour, elle fut particulièrement active et faillit me raconter son aventure.
Le lendemain, Nicky se rendit à l’hôpital. La visite du matin se fit normalement rien ne laissant deviner ce qui s’était passé la veille entre le médecin et la puéricultrice.
A la pose Nicky se demandait même si elle n’avait pas rêvée. Vers deux heures tout était calme, le téléphone sonna, l’auxiliaire décrocha et dit à mon épouse que le pédiatre voulait la voir dans son bureau. Devant l’auxiliaire Nicky ne put hésiter et se rendit à la convocation.
Elle frappa, il lui ouvrit lui prit la main lui dit viens et l’attira derrière le bureau.
Il s’assit sur le fauteuil attira ma femme sur ses genoux.
Nicky disait:  » Non laissez moi, ce n’est pas possible, je suis mariée, il faut arrêter hier c’était un accident, vous m’avez prise au dépourvu, je ne veux pas! ».
Mais en même temps elle laissait faire le médecin qui lui avait déboutonné la blouse, enlevé son soutien-gorge, écarté les cuisses et la branlait doucement à travers le tissu de la culotte .
Elle sentait contre ses fesses la bite raide de l’homme. Il la fit taire en l’embrassant sur la bouche, et Nicky n’offrit aucune résistance quand la langue de l’homme s’enroula autour de la sienne.
Nicky ‚était tellement mouillée et ouverte que le tissu du slip s’enfonçait dans sa moule.
Pierre, c’était le nom du pédiatre, dégrafa son pantalon et enfila sa bite entre les cuisses écartées .
Nicky se souleva puis écartant sa culotte s’empala sur le pieu qui s’offrait à sa vue. Lentement elle le fit entrer en elle en gémissant. Ils étaient tous les deux très excités.
Pierre retira complètement la blouse, arracha le soutien-gorge, Nicky était nue sur lui. Il lui pétrissait les seins, titillant les mamelons faisant saillir les tétons et en même temps sa langue s’enfonçait dans la bouche de mon épouse, buvant sa salive léchant ses lèvres.
Nicky se levait et s’abaissait sur le membre en disant: « Fais-moi jouir que c’est bon, oh oui encore, oui caresse moi aussi avec tes mains, je jouis, je jouis ».
Nicole éprouvait un orgasme encore plus violent que celui de la veille, elle serra les cuisses et sentit l’homme jouir, exploser dans sa chatte, l’arroser du liquide chaud projeté par le sexe turgescent.
Nicky se calma doucement, Pierre l’embrassait puis lui demanda:
– Ca t’a plu ?
– Oui s’était trop bon , j’ai honte je n’ai jamais trompé mon mari.
– On recommencera maintenant je vais tout te faire.
– Oui, ce que tu veux tu m’excites trop je ne peux pas résister.
Nicky se leva:  » Il faut que j’y aille ».
Elle se rhabilla , embrassa longuement Pierre et retourna dans la salle, L’auxiliaire la regarda d’une drôle de façon, trouvant certainement qu’elle était restée plus longtemps qu’il n’est nécessaire dans le bureau du pédiatre.

Le soir à la maison elle fut particulièrement de bonne humeur et dans le lit elle colla ses fesses nues contre moi. Je n’eus aucun mal à la pénétrer et à la faire jouir, j’ai su plus tard qu’elle fantasmait sur ses nouvelles aventures.

Le lendemain elle fit la visite avec le pédiatre comme d’habitude, mais il profitait de chaque occasion, le passage d’une porte, une bousculade autour d’un berceau pour lui caresser le bras, les fesses, la cuisse.
A la fin de la visite, alors que tout le monde reprenait ses activités il ouvrit la salle d’examen, y entraîna Nicole et la referma à clef.
Il la fit s’allonger sur la table, déboutonna sa blouse mit sa main entre ses cuisses et se mit à la branler. En même temps il dégrafa son pantalon et exhiba son membre rigide. Il l’approcha du visage de mon épouse, le sexe tendu était à la bonne hauteur, Nicky tourna la tête et le prit dans sa bouche.
Elle se mit à le sucer, à lécher le gland, elle était experte dans cet exercice, tantôt titillant le bout de la fève, tantôt avalant goulûment la grosse aubergine jusqu’au couilles.
Ces caresses rendaient fou le pédiatre dont le sexe s’anima d’un mouvement de va et vient dans la bouche de la puéricultrice tandis que sa main s’activait dans la culotte, les doigts enfoncés dans la fente béante et trempée.
Nicky resserra l’étreinte de ses lèvres autour du gros concombre.
L’homme gémit:
– Je vais jouir, que tu me suces bien continue.
Nicky serra plus fort encore le membre, plaquant sa langue contre le gland alors Pierre éjacula, Nicky le garda dans sa bouche, elle sentait le sperme sur sa langue, ses lèvres, et commença à boire la semence.
Le plaisir de l’homme se transmit à sa chatte et elle se mit à trembler de plaisir ne lâchant le membre qu’après avoir avalé le jus onctueux jusqu’à la dernière goutte.
Nicky se releva rajusta sa blouse, sourit à l’homme.
– Ca t’a plu » C’était plus une constatation qu’une question.
Pierre ne répondit pas mais déposa un baiser sur les lèvres encore humides. Puis dit :
– Vite allons-y on doit nous chercher. A tout à l’heure.
Le train-train du service reprit son cours normal, mais Nicole avait de plus en plus de mal à oublier et à se libérer de ces accouplements interdits mais si excitants.
Vers 13h le téléphone sonna, Nicky se précipita pour le décrocher et éviter de laisser l’auxiliaire prendre la communication.
C’était bien Pierre qui lui dit :
– Viens dans mon bureau ».
Nicky dit à l’auxiliaire, « On me demande » et rejoignit le bureau du pédiatre.
Quand elle entra, il s’approcha d’elle , l’embrassa et lui dit :
– Mets-toi à genoux sur le fauteuil, oui comme ça , appuie toi sur le bureau.
Dans cette position Nicky présentait sa croupe au médecin qui s’approcha d’elle, remonta sa blouse sur ses reins et abaissa sa culotte.
Ma femme vibrait d’excitation se demandant ce que l’homme allait lui faire.
Il se pencha vers elle et mit sa langue sur la chatte offerte qu’il commença à lécher. la pachole (moule) toute rose s’ouvrit en grand , Nicky était tellement excitée que Pierre pouvait boire le foutre qui coulait en abondance de la fente grande ouverte.
Promenant sa langue le pédiatre se mit à lécher le petit trou du cul , bien rond devant lui.
Nicole ne me permettait pas cette caresse mais l’étrangeté des rapports qu’elle avait avec Pierre lui avait fait perdre toute inhibition, et apprécia la caresse de ce bout de langue qui lui titillait le trou du cul.
Elle était détendue, et elle sentait son petit orifice s’ouvrir pour profiter au maximum de la caresse. Pierre enfonça sa langue dans cette fleur qui s’ouvrait, puis sa main remonta sur les fesses et il mit un doigt , puis deux dans le cul offert .
Il commença un lent mouvement de va et vient avec ses doigts tandis que sa langue s’enfonçait à nouveau dans le sexe de mon épouse. Nicky sentait son anus se dilater sous la caresse, qui lui procurait des sensations inconnues. Pierre dit alors:
– Je vais t’enculer !
– Oui fait ce que tu veux.
– Donne-moi ta main oui là, branle toi la chatte , oui comme ça pendant que je m’occupe de ton cul.
Pierre se redressa dégrafa son pantalon et présenta son membre devant le cul offert. Il appuya sa fève contre l’orifice et lentement, très lentement, à mesure que celui ci s’ouvrait, il enfonçait sa bite dans le cul de mon épouse.
Nicky sentait le membre s’enfoncer et lui procurer une jouissance nouvelle dont elle n’avait pas idée.
Sa main s’accéléra et elle se mit à se branler de plus en plus vite sa respiration étant devenue un râle de plaisir.
Pierre activait son sexe dans le puits il pouvait maintenant le pénétrer sans résistance jusqu’au couilles et sentait les vibrations de jouissance de la puéricultrice.
Elle éprouva un puis deux orgasmes l’homme en même temps éjacula dans son cul.
Il se retira alors très lentement, Nicky se redressa remonta sa culotte, Ça lui faisait une impression étrange de sentir son cul grand ouvert se resserrer lentement tandis que le liquide de l’homme s’écoulait lentement dans sa culotte , mouillant ses fesses d’une caresse tiède.
Nicky dit : Oh que tu m’as fait jouir, je suis complètement épuisée.
– Tu verras je te ferais vivre des expériences que tu n’as jamais eues, je veux que tu fasses tout ce dont j’ai envie et dont tu as envie.
– Oui tout ce que tu veux.
Il s’embrassèrent longuement puis Nicole retourna dans la salle du personnel soignant.
Ce soir là mon épouse s’endormit dès qu’elle se mit au lit, la journée l’avait épuisée.

Le lendemain elle ‚était de repos, je la trouvais calme reposée mais rêveuse, quand je rentrais le soir elle me dit que le lendemain elle allait voir une copine et qu’elle risquait de ne pas être là à 18h.
Cela ne m’étonna pas et je lui dis:
– Pas de problème je me débrouillerai.
Ce que j’ignorais, c’est que Pierre lui avait demandé de passer chez lui à 14h.
A l’heure prévue Nicole se rendit chez le pédiatre qui avait loué une petite villa près de l’hôpital.
Nicky entra dans le hall, Pierre l’attendait , il l’embrassa longuement sur la bouche et elle sentait contre son ventre le sexe déjà dur de son amant .
Il prit un bandeau et lui dit:
– On va faire un jeu mais tu dois te laisser faire , promets-le.
– Nicky dit:
– D’accord, je ferai tout ce que tu veux.
Pierre mit le bandeau sur les yeux de ma femme, l’amena dans la pièce à côté et lui dit :
– Déshabille toi.
Mon épouse commença à se déshabiller, d’abord le pull, la chemisette, le soutien gorge, puis la jupe et enfin sa culotte.
Elle se retrouva nue devinant sur elle le regard du mâle , elle haletait légèrement se demandant ce qui allait lui arriver.
Pierre la prit par la main, la fit agenouiller sur un canapé, passa derrière elle, lui écarta les cuisses avec ses mains puis se baissa et passa sa langue sur sa moule offerte.
Nicky gémit sous la caresse de son amant, elle était déjà prête, la chatte mouillée et ouverte.
L’homme se releva et elle sentit son membre contre ses fesses puis il se glissa jusqu’à la fente et d’un mouvement lent et puissant il enfila sa grosse bite dans l’ouverture chaude et humide.
Mon épouse s’offrait sans vergogne à l’assaut du mâle qui la défonçait sans retenue.
L’homme ralentit le mouvement de son piston, et Nicky sentit tout à coup contre son visage un objet chaud et rond. C’était le sexe de Pierre qui se frottait contre ses lèvres qu’il entrouvrit pour se faire un passage dans sa bouche.
Ma femme comprit qu’elle n’était pas seule avec son amant , mais qu’un autre homme était en train de la baiser Cela l’excita profondément et elle se mit à pomper goulûment, le suçant, le léchant, l’avalant, et en même temps offrant sa croupe aux assauts de l’inconnu.
Pierre avait saisit ses deux seins à pleines mains et les caressait tandis que l’homme, lui caressait les fesses, puis, ses doigts coururent le long de la colonne vertébrale de ma femme qui frissonna sous la caresse.
Les doigts glissèrent vers la raie des fesses , suivirent le vallon entre les deux pommes rebondies , et l’index et le majeur s’enfoncèrent lentement dans le trou du cul.
Soumises à ces multiples caresses Nicky se mit à vibrer et sentit le plaisir l’envahir longuement, elle se mit à râler doucement lâchant le sexe de sa bouche et dans ce mouvement provoquant le plaisir de son amant.
Il éjacula sans retenue éclaboussant le visage de mon épouse qui le reprit dans sa bouche pour boire le foutre du pédiatre.
L’inconnu, lui ,avait déchargé au fond de l’adorable fente et se retirait lentement.
Nicky s’assit , lécha la semence sur ses lèvres et ses doigts qui essuyaient son visage.
Elle était encore vibrante , et voulu s’enlever le bandeau.
Pierre lui dit :
– Non pas encore ce n’est pas fini, écarte les cuisses oui comme ça.
Ma femme docile obéit à son amant qui l’embrassa sur le visage.
Qu’elle est excitante, je bande encore, en plus elle y prend vraiment du plaisir, toi aussi Robert tu bandes ?
Nicky sut que son deuxième amant s’appelait Robert.
Il prit sa main la posa sur son concombre, Nicky le trouva énorme, de son autre main elle caressa le ventre et la poitrine de l’homme qui était dur tout en muscle.
Sous son bandeau Nicky pouvait l’imaginer ,alors elle se baissa lentement et à petit coups de langue se mit à lécher la bite tendue.
Pierre assis à côté d’elle lui caressait le clitoris en lui parlant :
– J’aime te voir sucer un autre homme, te faire prendre comme tout à l’heure à 4 pattes et jouir. A partir de maintenant tu seras à ma disposition et tu feras toutes mes volontés, même les choses les plus osées, les plus cochonnes.
Nicky tout occupée avec sa bouche ne pouvait répondre que oui, oui en passant sa langue sur la fève gonflée.
Robert dit alors :
– Viens !
Et d’un mouvement puissant, il souleva ma femme et l’attira sur lui. Elle sentit le membre entre ses cuisses , se releva puis s’empala sur le pieu, l’engloutissant dans sa chatte.
L’homme bascula en arrière, Nicky se mit à le chevaucher se levant et retombant sur le tronc qui lui défonçait la moule.
Pierre ne restait pas inactif, il s’était glissé derrière mon épouse et lui caressait les seins , l’embrassait sur le cou, dans le dos.
Puis il la fit pencher en avant, l’immobilisa et mit sa bite à l’entrée du petit trou. Il exerça une lente pression de son piston , Nicky molle détendue, n’offrit aucune résistance , sous la poussée , son orifice anal s’ouvrait et laissait le passage à l’organe de son amant.
Ma femme était prise en sandwich entre les deux hommes , Pierre se mit à bouger sa bite ce qui provoqua un mouvement des reins de la puéricultrice qui pouvait de ce fait sentir les deux membres en elle la limer.
Robert en même temps lui suçait la pointe des seins . Le plaisir monta très lentement en continu, Nicole râlait de plus en plus fort au fur et à mesure que son orgasme prenait de l’amplitude.
Elle jouit longuement en criant, son plaisir atteignant son paroxysme quand les deux hommes à tour de rôle déchargèrent leur semence dans sa pachole et dans son cul.
Pierre se retira, Nicky d’un mouvement brusque arracha son bandeau et reconnu Robert, c’était un ami célibataire de Pierre qu’elle avait aperçu et qui venait de temps en temps en Provence.
Il passa sa main derrière la nuque et embrassa longuement Nicky sur la bouche.
Puis Nicole dit : – Il faut que je m’en aille.
Mais elle eut beaucoup de mal à se relever et à relâcher le membre prit entre ses cuisses, membre toujours gonflé qui lui procurait une incroyable sensation de bien être.
Nicky se rhabilla devant les deux hommes nus , elles n’arrivait pas à réaliser que ces deux garçons musclés venaient de la baiser pendant trois heures et étaient ses amants.
Elle remit sa veste les embrassa tout les deux non sans recevoir en échange quelques caresses dans ses parties les plus intimes, puis elle s’en alla.
Elle rentra à la maison, j’étais déjà là et quand je l’embrassais je sentis sur elle une odeur de sexe d’amour et de sperme, que je ne reconnus pas étant loin de m’imaginer l’après-midi qu’elle avait passé.
Ce soir là à peine au lit, le temps que j’éteigne la lumière, ma femme dormait profondément complètement épuisée par ses exercices de l’après midi.

Le lendemain elle était à nouveau de service.
Quand elle serra la main du pédiatre au début de la visite, elle avait les yeux brillants et elle rougit légèrement quand le médecin lui demanda d’un air badin si son repos s’était bien passé.
A 10h elle était seule à l’office quand le docteur la rejoignit, il l’embrassa , glissa sa main sous sa blouse entre ses cuisses et dit :
– Hier tu as été super ,je n’avais jamais vécu une expérience aussi excitante, Robert non plus il m’a parlé de toi toute la soirée, il n’a qu’une envie recommencer.
– Moi aussi j’ai envie de recommencer, vous m’avait fait jouir comme jamais mais j’ai honte d’avoir fait tout ça, j’ai l’impression d’avoir dépassé les bornes et d’avoir agit comme une cochonne.
– Oui tu as été cochonne mais je veux que tu le sois encore plus tu es vraiment douée et tu sais donner……
A ce moment là , la porte s’ouvrit et le pédiatre n’eut que le temps d’enlever sa main qui branlait doucement Nicole et de s’écarter d’elle.
Ce jour là elle ne le revit plus il avait été appelé en urgence à l’extérieur et il ne revint pas de la journée.
Le soir Nicky rentra à la maison à 21h je l’attendais avec un livre dans le lit, elle me rejoignit, je commençais à la caresser et je la trouvais particulièrement réceptive.
Elle était sur le ventre et me présentait ses fesses. Comme d’habitude dans cette position je ne résistais pas à l’envie de lui brouter la minette, et quand ma langue s’égara sur son cul, elle me laissa faire.
Quand je me relevais elle se redressa sur les genoux et me dit :
– Si tu veux tu peux me prendre par derrière.
Je ne me le fit pas répéter, mais je fus surpris de la facilité avec laquelle ma queue entra dans son cul et encore plus de la voir jouir très rapidement ce qui bien sur provoqua chez moi un orgasme immédiat.
Le lendemain la vie reprit son cours, Nicole à l’hôpital se faisait coincer par le pédiatre qui la baisait de toutes les façons et dans tout les endroits possibles. Il faut dire que ma femme loin d’essayer de fuir ces assauts les provoquait et recherchait toutes les occasions.
Elle ne mettait plus de culotte sous sa blouse se qui permettait au pédiatre à tout moment de lui caresser la chatte qui de ce fait ‚était toujours prête et réceptive.

Un jour que je lui téléphonais dans la soirée quand elle décrocha elle était en train de se faire prendre par derrière dans la salle des puéricultrices en l’absence du reste du personnel.
Bien sur au téléphone je la trouvais bizarre mais ne su que bien plus tard les motifs de son embarras.

Ce vendredi là Pierre lui dit :
– Libère toi demain soir et viens dîner chez moi, je vais te faire une surprise.
– D’accord je vais essayer.
Et elle me téléphona immédiatement devant le médecin pour m’expliquer que le lendemain elle dînait au restaurant avec les filles du services pour fêter je ne sais quel événement. Je donnais mon accord ce genre de repas ayant lieu de temps en temps et je savais que Nicole aimait beaucoup y aller.

Le lendemain elle se rendit donc chez le pédiatre, quand elle entra elle entendit des voix dans le salon mais Pierre l’entraîna dans la chambre il l’embrassa puis lui dit :
– Ce soir nous allons faire le jeu de la soubrette, mets ça.
Il lui donna des bas noirs avec un porte jarretelle, et un tablier blanc. Nicky hésita :
– Qui c’est dans le salon ?
– Il y a Robert et Alain un autre copain super sympa on va s’éclater.
Nicky se déshabilla , elle enfila les bas mis le porte jarretelle et le tablier. Elle se regarda dans la glace, le tablier dévoilait la pointe de ses seins et mettait en valeur son cul.
Quand elle se vit dans cette tenue ma femme sentit une bouffée de chaleur monter en elle, elle se trouvait particulièrement provocante, et les yeux de son amant ne contredisait pas cette impression.
Pierre l’entraîna dans le salon , Robert et Alain sifflèrent d’admiration quand elle entra, Pierre s’assit dans un fauteuil et dit:
– Sers-nous à boire du champagne.
Nicky remplit les verres et commença à circuler entre les 3 hommes.
Quand elle les frôlait, ils en profitaient pour passer la main sur ses fesses, remonter le tablier pour regarder son pubis orné de poils châtain, ou caresser des yeux ses seins qui se dévoilaient quand elle se penchait.
Le jeu dura un moment, elle faisait passer et repasser les plats pour exciter les 3 hommes. La tension montait, Nicky regardait la bosse des pantalons et savait que les garçons bandaient et avait envie d’elle, elle sentait sa chatte se mouiller et s’ouvrir.
N’y tenant plus Robert l’attira sur le canapé , il détacha le cordon du tablier qui tomba au sol et la fit asseoir entre lui et Alain.
Les deux hommes se penchèrent vers elle et commencèrent à lui lécher les seins.
Pierre lui se mit à genoux au sol, écarta les cuisses de mon épouse et lécha la minette bien dégagée.
Nicky fermait les yeux toute à ces caresses à ces langues qui lui procurait les sensations dont elle ne pouvait plus se passer .
En même temps qu’il la caressait pierre, Robert et son nouvel amant se déshabillaient.
Nicky prit le vier de Robert dans sa main droite celui d’Alain dans sa main gauche et se mit à les branler.
Pierre lui se releva, passa ses mains sous les cuisses de mon épouse l’attira vers lui et enfonça son aubergine dans la fente qu’il avait préparée.
Nicky poussa un tout petit cri de plaisir ,sa main se crispa sur les membres de ses deux nouveaux amants.
Robert approcha sa bite de la bouche légèrement ouverte de la puéricultrice qui avala littéralement le sexe masculin.
Alain lui, caressait les seins de ma femme avec sa fève, s’attardant sur les mamelons et faisant saillir le bout des seins. Alain dit :
– Suce-moi aussi.
Nicky alors relâcha la pine de Robert et prit celle d’Alain dans sa bouche, puis ainsi de suite à tour de rôle branlant ou suçant les deux hommes.
Subitement, alors qu’elle pompait la bite de Robert, elle sentit sa poitrine et son ventre se mouiller, Alain ni tenant plus ,ne pouvant résister à la caresse de la main de mon épouse, venait de décharger , le sperme s’était répandu sur les seins, mouillant les mamelons et coulant lentement dans la vallée entre les seins.
Cette caresse humide et chaude sur les tétons ne fit qu’accentuer le plaisir de mon épouse, qui tout de suite après reçu dans sa bouche le foutre de Robert.
Nicky l’avala lentement se délectant de la boisson onctueuse, l’absorbant par petites succions qui faisaient vibrer le membre tendu.
Elle poussa subitement un cri, pierre venait se s’enfoncer brutalement et d’éjaculer, déclenchant un orgasme violent de mon épouse qui il faut le dire avait été depuis le début de la soirée particulièrement préparée.
Pierre se retira et dit à Nicole :
– Remet ton tablier et sers nous à boire.
Ma femme se releva remis son tablier, en prenant bien soin de dévoiler la pointe de ses seins, remplit à nouveau les coupes de champagne et servit à boire.
Elle était particulièrement excitante le contraste entre son visage de pucelle et sa tenue accentuait le désir des trois hommes qui bandaient à nouveau. Pierre lui dit :
– Assieds-toi sur le canapé, oui, remonte ton tablier, écarte les cuisses, oui montre nous ta chatte, oui comme ça, branle toi!
Nicky les yeux fermés se caressait devant les trois hommes, sa moule était grand ouverte, Pierre se baissa mis sa langue sur la grotte humide, Alain se mit à verser du champagne sur le ventre, le liquide coulait doucement entre les cuisses grands ouvertes jusqu’au pubis renflé et Pierre pouvait le boire comme s’il sortait du minou poilu.
Nicky appréciait le contraste entre le liquide frais et la langue bouillante de l’homme qui la léchait et elle éprouvait de petits orgasmes qui la faisait trembler. Pierre alors lui dit:
– Tourne toi!
Il la fit mettre à genou la poitrine posée sur le canapé les fesses bien hautes.
Dans cette position la moule de Nicole et son cul présentaient un orifice horizontal. Alors à tour de rôle ses amants léchèrent ou branlèrent la chatte et le cul jusqu’à ce qu’il soit parfaitement ouvert puis il versèrent du champagne dans ces petits bassins et le buvait chacun son tour à petits coups de langue.
Cela dura un moment, le plaisir de Nicole était latent, elle aurait aimé que ça ne finisse pas chacune des langues ou des lèvres procurant une caresse différente, tantôt douce, tantôt violente , elle se sentait ouverte béante offerte possédée par les trois mâles en rut.
Le pédiatre dit alors : – On va se la baiser à trois, je suis sûr qu’elle va aimer cette petite cochonne, moi je veux me faire sucer :
– Et moi, l’enculer dit Robert.
– On tournera dit Alain.
Robert alors s’assit sur le canapé attira mon épouse sur ses genoux et la fit asseoir sur sa bite tendue. Il présenta sa fève à l’entrée de l’anus et Nicky s’assit doucement, laissant s’enfoncer le pieu raidi dans son cul sans aucune difficulté tellement il avait été préparé.
Il bascula alors en arrière, entraînant ma femme sur lui. Nicky était allongée sur l’homme, les jambes écartées, Alain s’approcha et enfila son membre dans la pachole elle aussi bien ouverte.
Pendant ce temps, pierre avait fait le tour du canapé et avait mis sa bite dans la bouche. Ils commencèrent à la baiser, Nicky les yeux fermés se laisser faire sentant les mains de ses amants qui lui caressaient tout le corps tandis que leurs membres lui limaient la chatte, le cul et la bouche.
Elle ne suçait pas, elle laissait son amant allait à son rythme des lèvres jusqu’au fond de sa gorge.
Alain se retira alors ,il fit se retourner Nicole qui s’empala sur la bite de Robert tandis qu’à son tour il enfonçait son membre dans la rondelle.
Pierre n’avait pas retirait son sexe de la bouche de mon épouse qui s’était mis à le sucer.
Les zobs s’activaient et Nicky sentit l’orgasme monter , il semblait qu’il n’y aurait pas de limites à son paroxysme et à sa durée.
Elle lâcha la bite de Pierre et se mit à crier:
– Que c’est bon encore, encore, oui, enfoncez-vous bien, vous me faites tant jouir, baisez-moi!
Ses paroles devenaient de plus en plus incompréhensibles, puis elle s’affaissa dans un dernier râle de jouissance.
Alain dans un dernier mouvement éjacula alors explosant dans le cul de ma femme.
Pierre la fit se relever , puis s’asseoir et lui demanda :
– Suce nous tous les deux en même temps.
Nicky se mit à sucer l’aubergine de Robert et celle de Pierre, à tour de rôle puis en même temps. Cela ne dura pas Robert le premier explosa suivit de pierre.
Nicky reçut presque simultanément les jets brûlant de sperme dans sa bouche sur sa langue sur ses lèvres, sur son visage. Elle fermait les yeux dégustant les fruits du plaisirs qu’elle avait procuré à ses amants.
Nicky reprit petit à petit le sens des réalités, elle était comblée pantelante à moitié allongée sur le canapé, le corps rompu par les caresses , et le goût du foutre dans la bouche .
Elle s’aperçut qu’il était très tard, alors elle se leva et dit aux garçons :
– Il faut que j’y aille mon mari m’attend!
– Ho non reste encore un peu je sens à nouveau de l’énergie en moi!
Effectivement, Alain qui avait prononcé ces paroles bandait à nouveau.
Nicky était indécise d’un côté‚ il fallait qu’elle rentre, de l’autre elle avait encore envie de cette pine qui se tendait et de ce corps musclé.
Elle n’eut pas à réfléchir ,Alain l’avait rattrapée, il la fit se pencher en avant, Nicky se retrouva les coudes sur la table ses fesses rondes bien exposées à la vue des 3 hommes.
Alain sans hésiter lui écarta les jambes et enfonça son bâton dans la fente toujours bien ouverte.
Il la baisa très vite, jouissant presque aussitôt, Nicole trop fatiguée pour éprouver de nouvelles jouissances, se releva embrassa Alain et se rhabilla.
Puis elle embrassa tendrement sur la bouche ses trois amants et rentra à la maison.
Dès son arrivée elle se précipita sous la douche ce qui m’étonna fort vu l’heure qu’il était.
Elle me rejoignit, je ne dormais pas et lui demandais comment s’était passée sa soirée‚ et, je n’obtint aucune réponse, elle s’était endormie profondément.

Les jours qui suivirent se déroulèrent sans grands changements, Nicky se faisait baiser à l’hôpital par le pédiatre, chaque fois que cela était possible , et en même temps répondait à mes avances avec une sensualité débridée les barrières étant tombées les unes après les autres et se prêtant à tous mes désirs écoutant mes histoires imaginaires qui lui rappelaient ses frasques et n’hésitant pas à me raconter elle même des aventures des plus osées.
Cela aurait pu durer ainsi jusqu’au jour où nous fûmes invités au mariage d’un agent du service.
Le pédiatre et Robert étaient aussi de la noce. A l’arrivée après l’apéritif nous prîmes place autour des tables , j’étais assis en face Robert et le Pédiatre s’était débrouillés pour s’asseoir à côté de mon épouse.
Le lunch se déroulait normalement, le vin était bon et la conversation animée. Je discutait chasse avec une connaissance, Nicky parlait à une collègue assise à sa droite, alors Pierre glissa sa main sous la nappe puis sur la jambes de Nicole.
Il retroussa la robe jusqu’en haut des cuisses glissa sa main entre les jambes de ma femme remonta jusqu’à la culotte et commença à lui caresser le pubis et la chatte.
Je ne me doutais de rien, seul Robert un peu plus loin avait compris le manège, ainsi que la collègue de Nicole qui devinait bien qu’il se passait quelque chose au timbre de la voix de Nicky qui avait changé ainsi qu’au mal qu’elle avait à suivre la conversation.
A ce moment là l’orchestre se mit à jouer, les gens se levèrent pour danser, et le pédiatre dut cesser sa caresse.
Mon voisin me proposa un billard, Nicky me dit vas y et je quittais la table.
Le pédiatre se leva et dit à Nicole:
– Viens on va là bas » en lui montrant un peu plus loin un bungalow qui ne servait que l’été.
Nicole se leva et le suivit ,Robert leur emboîtant le pas.
A ce moment là je ressortis de la salle le billard étant occupé et je les vis tous les trois se diriger vers le petit bâtiment…

A suivre partie 2…

.......

A propos de l'auteur :

Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.