369 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 831 Vues

Nicole et sa fille. 4

UNE LESBIENNE, UNE BI, UN GOUJAT.2

-Quel beau spectacle, on s’amuse bien ici ! Je me régale depuis cinq minutes ! Je peux participer ?
Nous nous figeons, affolées, avant de regarder d’où proviennent ces paroles.
Pierre est sur le pas de la porte, en train de se branler, hilare.
Une fois remise de la surprise, je lui jette :

-A en voir l’état de ta queue, j’imagine que tu as l’air d’apprécier !
Stéphanie est tétanisée un instant puis essaie de se couvrir.
Pierre la rassure :
-Ne craignez rien, belle inconnue, vous seriez un homme, je vous aurais peut-être cassé la figure mais je dois avouer que j’ai pris du plaisir à vous voir vous gamahucher entre filles.
Elle arrive enfin à reprendre le dessus et lui explique :
-Elodie avait besoin d’être consolée et elle a trouvé le réconfort entre mes bras.
-D’accord, j’ai été en dessous de tout ces derniers temps. Reprend Pierre, mais si vous le voulez bien, on va se charger tous les deux d’Elodie, elle va être comblée !
Le temps de reprendre mes esprits, Il s’est dévêtu pour venir s’allonger près de nous.
Je suis contente de la façon dont les choses tournent et pour détendre l’atmosphère, je saisis d’une main l’olisbo en silicone et de l’autre sa copie de chair en interrogeant Stéphanie :

-Alors, je ne t’ai pas menti ! Tu as vu le calibre ?
– Je dois reconnaître que tu avais raison, il a une bite d’âne ! Confirme-t-elle.
– Si tu veux, je te le prête !
-Non ! Je t’ai dis que j’ai fait une croix sur les hommes !
– Tu es mon amie et tu peux quand même s’amuser avec sa bite.

Elle contemple la nudité offerte, il prend sa main et la pose sur son membre noueux, elle n’en fait pas le tour. Elle hésite un moment avant de saisir le bélier offert à ses caresses, à la fois tenaillée par le désir d’aller plus loin et retenue par ses préjugés.
La verge de Pierre est épaisse, coiffée d’un gland violacé énorme. Dans ses souvenirs, elle ne se rappelle pas d’avoir été confrontée à un homme aussi bien monté.
Il pousse un soupir d’impatience et porte une main à ses seins lourds aux larges aréoles. La tension monte d’un cran.

– Oh comme tu es gros ! Je ne me souviens pas d’en avoir connue une aussi grosse !
Avoue Stéphanie, envoûtée à la vue d’un tel objet.
Elle se surprend à le branler lentement, la bite douce et chaude qui avait perdue un peu de sa superbe, se redresse petit a petit et se tend vers elle.
Pierre rigole. Sa queue a des soubresauts dans la main qui commence à caresser ce gode vivant taille XXL.
A chaque caresse qui se termine sur son gland, le gourdin prend du volume dessinant les veines saillantes enchevêtrées sous la fine peau tendue.
-Elle est magnifique, vraiment !
Elodie l’encourage :
– Suce-le ! Lâche-toi un peu ! Pompe-le !
Mais elle recule la tête sans lâcher le monstre.
Pierre appuie doucement sur sa nuque, approchant inexorablement les lèvres entrouvertes du gland mafflu.
Il veut qu’elle le suce et elle cède enfin, se penchant pour avaler la grosse prune, tenant à deux mains la hampe magnifique.
Elle hésite un moment mais comme le vélo, les automatismes reviennent vite.
Elle absorbe dans sa bouche tout ce qu’elle peut de son rostre et commence une fellation d’enfer.
Pierre est étonné de l’acceptation si rapide de Stéphanie à ses désirs et gémit sous l’assaut.
La lesbienne a une technique redoutable, avalant goulûment la verge, prête à faire une fellation inoubliable à son concurrent direct dans mon cœur.

Je la rejoins pour branler moi aussi Pierre, ma bouche lèche sa queue et ses boules.
Nous nous prêtons le phallus, il passe de bouche en bouche, de mains en mains. Nous ne lui laissons pas une seconde de répit et malgré une résistance acharnée, il abdique enfin.
Notre récompense est là, la jouissance du mâle !
Pierre extirpe sa verge de nos bouches avides. Je vois ses boules qui se collent à la base du manche qui s’est peut-être dilaté encore un peu plus.
Il se branle lentement avant de diriger son canon alternativement d’un visage à l’autre.
Je sais à quoi m’attendre contrairement à Stéphanie et ferme presque complètement les yeux.

Il dirige alors l’énorme tuyau vers son visage. Une première giclée chaude s’échappe du méat pour atterrir sur son visage le zébrant du haut en bas, son œil droit est noyé sous un sperme visqueux.
Il oriente sa lance pour me crépir à mon tour. Les salves se suivent les unes après les autres, ses couilles n’en finissant pas de se vider.
J’avais prévenu Stéphanie de la taille disproportionné de son organe mais pas de ses capacités éjaculatoires.
Nous sommes couvertes des cheveux au menton de longues traînées épaisses. Il termine en m’enfonçant son gland maculé dans la bouche pour que je le nettoie. Je retrouve le goût âcre et fort de sa semence.
Stéphanie le repousse et m’embrasse à pleine bouche puis se met à lécher le sperme qui me macule le visage avant de s’esclaffer :

-Putain ce qu’il nous a mis ton jules, et en plus regarde-moi ça ! Sa bite ne baisse même pas du nez !
-Je t’avais dit qu’il est coriace ! Avec lui tu peux revenir au rab tout de suite !
Mais Pierre en a décidé autrement et annonce les réjouissances à venir :
-Stéphanie. Elodie va prendre en bouche l’autre sextoy et va te branler avec pendant que je m’occuperai de sa boite à Popaul !
Pierre me prend en levrette, enfonçant centimètre par centimètre son énorme mandrin dans ma chatte, repoussant au fur et à mesure ma gaine vaginale.
Je suis complètement investie de son épi et pendant ce temps, Stéphanie, allongée devant moi les cuisses écartées, frotte son pubis contre mon visage. J’essaie de la lécher, mais Pierre me rappelle à l’ordre en me mettant entre les dents le morceau de silicone:

-Allez vas-y, baise-la avec ta bouche !
Ma tête entre les jambes de Stéphanie, mes dents serrées sur la base du gode, je le glisse dans sa chatte.
Je n’ai même pas besoin de bouger. A chaque coups de reins de Pierre, il me propulse en avant, le gode disparaît en entier, amenant ma bouche au contact du Mont de Vénus de Stéphanie.
Je suis comme un pantin désarticulé entre deux sexes. Je me fais défoncer comme jamais, ne pouvant que gémir, la bouche pleine. Cela fait une éternité que je n’ai plus ressentie sa verge en moi. Un second orgasme d’une intensité incroyable me dévaste, sans le vouloir, mes ongles griffent les cuisses de Stéphanie.
Mais décidément, Pierre est déchainé d’avoir pour lui tout seul deux belles femelles.
Les ordres tombent à nouveau :

-Stéphanie, tu te rééquipes en mâle et on va la prendre en sandwichs !
Je vois que l’idée lui plait, elle se ré-harnache et s’étend sur le dos. Je me couche sur elle et l’aide à guider le godemichet dans ma grotte. Nos corps sont entrelacés, nos bouches sont jointes dans un baiser sans fin.
De temps en temps, Pierre soulève un peu plus mon corps pour introduire sa verge à la place du gode. Il n’y a pas photo entre les deux, je préfère la chair et le sang au silicone !
Mais il décide de réaliser son projet et glisse son mandrin entre mes fesses pour forcer la porte arrière. Mon anus cède sans trop de difficulté après l’expérience un peu plus tôt avec Stéphanie.

C’est horrible mais merveilleux à la fois. J’ai en moi deux bites qui se frottent, uniquement séparées par une fine paroi intime. Stéphanie ne bouge plus, laissant l’initiative à Pierre, complètement bloquée par le poids de mon corps et la pression exercée par l’enculage de mon homme.
Il m’encule de longues minutes, déclenchant en moi un nouvel orgasme encore plus intense d’être fouillée ainsi.
Soudain, je ressens un vide, il vient de se retirer de moi et j’entends hurler Stéphanie alors que l’épais gourdin s’enfouissait dans son étroite petite chatte :
-Nooooonnn ! Nonnnnnnn ….. Ohhhhhhh ! Ohhhhhh ! S’il vous plait …..Arrêtez ! Je vous en prie…… Argghhhhhhhhhhhh ! Vous êtes trop gros !
Il l’a prise par surprise. Son long manche a presque disparu dans le ventre de la femme, sa verge s’est glissée sous le gode toujours enfoui en moi, a trouvé la porte grande ouverte et en à profité sans sa permission.
L’agresseur la poignarde, s’enfonçant de plus en plus profondément, défrichant impitoyablement son chemin dans cette chatte si étroite jusqu’au col de l’utérus.
Il ne tient aucun compte du cri angoissé qu’elle pousse, le manche de pioche s’immisce toujours plus loin dans cette petite chatte si serrée.

-Putain qu’elle est étroite, une vraie vierge !
Centimètre par centimètre avec une lenteur exaspérante, il déforme le fourreau étroit de Stéphanie qui sanglote. Elle se tient à moi qui bien involontairement l’empêche de pouvoir se défendre, la défonçant d’un brutal dernier coup de boutoir.
– Oh s’il vous plait, je vous en prie ! Nooonnn ! Vous allez me faire mal ! Vous êtes beaucoup trop gros!… » « Oohhhhhhhh ! Oh, mon Dieu ! Nonnnnnnn !
Mais il n’en a cure et continue à troncher l’authentique lesbienne de 24 ans, le temps de lui faire avouer un secret, le secret de la femelle qui désire encore le mâle, qu’elle lui avoue qu’elle aime cette grosse verge noueuse comme un cep.
Mais sa chatte n’a plu connu de vrai pénis et doit déjà se réhabituer à l’intrus.

– Alors la gouine, tu y reprends goût ? Tu as aimé mon jus de couilles, que penses-tu de ceci ?
J’essaie de le raisonner mais il n’en a cure :
-Arrête ! Mais tu es devenu complètement fou, tu vas la blesser!!!
Mais les cris de Stéphanie baissent en intensité et se transforment en gémissements de plaisir.
Il ressort son énorme chibre pour m’enculer à nouveau sans ménagement.
Régulièrement, il change de trous, aussi serrés l’un que l’autre pour y rentrer plus fort encore, recommençant, encore et encore.
Nous crions notre souffrance mais après quelques minutes de ce traitement, des ondes de plaisirs m’envahissent. Il défonce de nouveau Stéphanie que j’entends geindre doucement.

– Alors, ne me dis pas que tu n’aimes pas !
J’entends dans un souffle Stéphanie s’offrant à ses assauts, constatant que son corps réagit mécaniquement, murmurer à mon oreille :
-S’il découvre que j’ai envie de lui, de sa queue énorme, il va me ravager encore plus la chatte. Que m’arrive-t-il? Mon Dieu, je vais jouiiiiiiiiir sous ses coups de bites! Arrgghh, ouiii ! Encore !
Elle pousse maintenant des petits cris qui rythment le pilonnage en règle, resserrant ses cuisses sur le bélier en folie.

Les coups de boutoir sont de plus en plus rudes dans nos orifices si dissemblables.
Ça dure depuis déjà un bon moment, après ses craches précédentes. Il devient résistant prenant un temps infini avant de décharger.
Je sens sa bite grossir, se raidir, l’instant de délivrance est proche, je contracte mon anus pour le garder en moi mais il ne l’entend pas comme ça.
Stéphanie a abdiquer devant le mâle et le supplie :
-Viens ! C’est à moi, laisse Elodie tranquille, je veux encore sentir ta grosse queue m’éclater la chatte !

(A suivre)

Contactez Patrick

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

Bi sexuels / En famille / Hétéro / Lesbiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.