369 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 1001 Vues

Nicole et sa fille. 5

UNE LESBIENNE, UNE BI, UN GOUJAT.3

Les coups de boutoir sont de plus en plus rudes dans nos orifices si dissemblables.
Ca dure depuis déjà un bon moment, après ses craches précédentes, il devient résistant prenant un temps infini avant de décharger.
Je sens sa bite grossir, se raidir, l’instant de délivrance est proche, je contracte mon anus pour le garder en moi mais il ne l’entend pas comme ça.
Stéphanie a abdiquer devant le mâle et le supplie :
-Viens. C’est à moi ! Laisse Elodie tranquille, je veux encore sentir ta grosse queue m’éclater la chatte !

Suite.
Alors il l’enfile à nouveau la faisant sangloter sous ses allées et venues.
– Ohhh mon Dieu ! Que c’est bon ! Oh ! Oh ouiiii ! Nonnnnn ! Encore !
Il retire la grosse matraque qui palpite follement entre nos corps, annonciatrice ces prémices de la montée de la semence dans son membre.
– Nonnn ! Pourquoi tu t’arrêtes ? !
– Ferme-là, je peux plus me retenir !
En même temps, je sens sa queue coincée entre nous, ses femelles, dont le gland semble enfler encore, qui libère ses jets de foutre. Nos deux ventres se partagent la phénoménale quantité de sperme qu’il réussit encore à extraire de ses burnes.
Il n’en peut plus, et se laisse aller sur mon corps. Je m’écroule sur Stéphanie, poitrine contre poitrine à bout de souffle.
Il est aplatit sur mon dos, essayant de reprendre son souffle, mais dans un dernier effort, me reprend en lents va et vient pour entretenir son érection puis se relève.
Je me redresse, libérant enfin Stéphanie qui se tourne vers lui, il bande encore bien que la bête baisse du nez, nos ventres et sa queue sont barbouillés de foutre.

-Alors Stéph… Tu regrettes ?
-Espèce de salaud ! Tu as abusé de moi ! Mais que c’était bonnn !!!
Pierre à pris en main sa queue et se branle lentement avant de lancer un nouveau défi à Stéphanie :
-Toi qui enculais Elodie avec tant de plaisir tout à l’heure avec ton gros gode, tu pourrais le refaire ? Mais cette fois tu ferais la tranche de jambon entre le pain et je te ferais connaître la même chose avec une vraie queue de compétition !
-Tu… Tu crois que c’est possible ? Tu es si gros et jamais je n’ai connu ça dans mon petit trou !
-Tu jurais bien tout à l’heure que tu ne voulais plus de bite dans ta chatte et maintenant tu en redemandes !
-Bon, mais il faut qu’Elodie me prépare et que tu me promettes d’y aller en douceur.
-Comme tu veux ! Elodie, à toi de lui chauffer le cul !

Je me retrouve donc cette fois-ci à endosser le rôle de l’homme envers Stéphanie. Je lui enduis l’anus d’une crème qui permettra de faciliter l’intromission et qui a un léger effet anesthésiant.
Pendant un moment, son petit trou laisse passer un doigt, puis deux de ma main, qui explorent ses entrailles. Je passe ensuite à la vitesse supérieure avec un gode en silicone de taille normale, elle serre les dents mais pas un mot ne sort de ses lèvres.
Pierre commence à s’impatienter, il se place devant la bouche de Stéphanie :
-Suce-moi, je veux être bien raide ! Dans un moment, tous tes trous auront été dépucelés par ma bite !
Elle s’applique un moment, lui redonnant toute sa vigueur.
Je lui signale enfin :

-Elle est prête, tu peux te présenter à la dernière frontière de son corps.
Il se met derrière elle et lui ordonne :
-Tiens-toi au bois du lit !
Il se positionne entre les cuisses écartées et appuie son gland contre sa rosace.
Mais contrairement à l’introduction vaginale, l’orifice anal résiste à sa poussée. Je vois la hampe pourtant si rigide, plier. Stéphanie pousse un petit gémissement, agrippée des deux mains au lit.
-Alors, tu fais plus le malin ! Vas-y pousse !
Tenant sa teub monstrueuse en main, il la prend au mot et commence à s’enfoncer dans son cul.
Son anus est tellement serré que le gland comprimé a eu du mal à s’introduire avant de regonfler à l’intérieur des intestins de ma partenaire qui, entre des cris de douleurs, insulte Pierre :

-Tu me déchires le cul avec ton manche de pioche, salaud de mâle ! Tous les mêmes!
J’ai assisté, sous la poussée du défonce-cul, à l’ouverture de l’anneau de Stéphanie qui se distend et le monstrueux bout s’enfoncer entre ses fesses. Le sphincter c’est resserré une fois le passage du gland et se dilate à nouveau pour engloutir quelques centimètres de la formidable poutre.

-Aaahhh ! Nonnnn, ta teub est trop grosse ! Putain. Tu ne peux pas ! Je ne veux plus ! J’ai trop mal ! Oooh c’est terrible, tu me défonces le cul ! Ne bouge plus, je t’en supplie ! Laisse-moi m’habituer !
Il attend un moment qu’elle se calme, se cramponnant à ses hanches, puis il reprend la pénétration, ne tenant plus compte de ses supplications.
Il n’a pas rentré le tiers de son mandrin. Il ressort presque totalement son rostre ne laissant que le gland maintenir l’ouverture et d’une poussée ininterrompue, enfonce jusqu’à la garde la totalité de son organe.
Un hurlement de douleur sort de la bouche de Stéphanie qui essaie de se soustraire à cette pénétration anale.
Il ne la laisse pas récupérer et commence à remuer entre ses fesses, s’enfonçant et se retirant à un rythme sans cesse plus rapide malgré qu’elle essaie de se soustraire a cette pénétration de plus en plus bestiale.
Son cul est complètement écartelé par cet énorme braquemard et reste ouvert quand il se retire, attendant le prochain assaut.

-Tu vois que tu apprécies encore le mâle ! Tu es aussi salope que ma femme pour accepter aussi vite de te faire sodomiser et tu ne bronches déjà plus! Tu l’as toute entière dans ton cul ! Tu la sens, hein salope ! … Et toi Elodie ! Tu attends quoi ? Empale-toi sur le gode et je vais te baiser par personne interposée !

J’arrive avec difficulté à faire lâcher prise à Stéphanie qui s’agrippe comme une noyée aux barreaux du lit pour prendre position et guide le gode entre mes fesses pour en faciliter l’intromission.
-Tu es prête ? Je peux reprendre ou je m’étais arrêté ?
Et sans attendre ma réponse, il pose ses mains sur mes hanches, recule son bassin avant de donner un formidable coup de reins, projetant à nouveau la totalité de son gros dard dans les intestins de Stéphanie.
Elle hurle à nouveau et dans un mouvement de fuite projette son bassin en avant. L’enculée devient enculeuse ! Je subie le choc sans broncher.
Le corps de Stéphanie est pris d’une vie propre cherchant à fuir l’incongruité qui lui fouraille les boyaux m’infligeant le supplice à mon tour. Mais les deux axes aussi rigides l’un que l’autre ne lui permet que des mouvements d’avant en arrière.
Il recommence alors à l’enculer de son énorme soc qui ramone son petit fion dilaté à l’extrême comme aucune teub auparavant.
Stéphanie se cramponne à mes seins, les malaxant si forts que, sous la douleur, je lui dis de se calmer.
Je commence à sentir monter l’orgasme et jouis comme une traînée bientôt rejointe par Stéphanie qui exprime crûment ce qu’elle ressent :

-Aaahhh ! Vas-y salaud ! Casse-moi le cul ! Défonce la rondelle de la pute qui se fait ta femme ! Aaahhh, putain ! Je ne me rappelais pas que c’était si bon par derrière, il faut dire que tu a un outil peu commun ! Ne t’arrête pas ! C’est la 1ère fois que je vois un homme troncher par derrière deux femmes en même temps!…
Pierre continue comme un étalon en manque son double enculage :
-Ça vous plaît, les deux gouines, de se faire défoncer le cul ?
Comme nous ne répondons pas, me tenant fermement par les hanches il me tire à lui.
Stéphanie est comme la tranche de jambon entre deux morceaux de pain et pousse de petits gémissements, la poutre de Pierre fichée jusqu’aux couilles, du même acabit que leur support.
Au bout de quelques minutes de ce traitement, exténué, il se retire, son corps couvert de sueur, son défonce-cul toujours fièrement dressé et ordonne à Stéphanie pour l’avilir encore un peu plus

-Maintenant, trainée, tu vas goûter à ma crème, après ton cul, ta bouche et je ne veux pas que tu en perdes une goutte !
Il l’attrape par les cheveux et la force à écarter les mâchoires, glissant entre les lèvres son gourdin. Il touche le fond de sa gorge, elle a des haut-le-cœur et pourtant la moitié de sa queue n’a pût y entrer.
Elle s’escrime sur son nœud pour abréger le supplice (à moins qu’elle y ait pris goût ?).
Pierre n’en peut plus et ouvre une nouvelle fois les vannes, noyant de sa semence le fond de sa gorge. Elle l’avale mais s’étouffe sous l’âcreté de son sperme et se met à tousser.
Il se retire précipitamment de peur que les dents de Stéphanie déchirent la peau si fragile de son sexe.

Il nous regarde en rigolant :
-Alors les filles, ça vous a plus ? Bon Dieu, Elodie, si tu as d’autres copines du même genre, tu me les présenteras pour qu’on refasse la bête à trois dos !……

(A suivre….)

Contactez Patrick

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

Bi sexuels / En famille / Hétéro / Lesbiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.