342 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 1241 Vues

Ostéopathe quel beau métier, double défonce anale.

OSTÉOPATHE, quel beau métier.
POURQUOI JE SUIS DEVENU OSTÉOPATHE.
Béatrice. 2 ème partie.

Résumé de l’épisode précédent : Béatrice, une ostéopathe découvre qu’un de ses jeunes patient Patrick ne peut résister sous ses mains et a une érection phénoménale. Elle découvre alors que c’est un vrai étalon infatigable et super bien membré. Juliette sa secrétaire vient se mêler à leurs ébats. A la fin de la séance, Patrick leurs promet de revenir pour les sodomiser.
———————————————————————-
En prévision de la nouvelle séance avec Patrick, je me suis arrangée pour me retrouver seule avec Juliette, la secrétaire ayant fixé son rendez-vous assez tard pour qu’il n’y est plus personne au cabinet.

J’ai pas mal parlé de la proposition de Patrick avec Juliette. Les performances sexuelles de ce jeune homme et ses attributs ont alimenté nos conversations pendant toute la semaine.
Nous sommes sur les charbons ardents en attente de sa venue mais nous nous posons des questions sur la proposition qu’il nous a faite avant de partir. Il veut nous sodomiser!!!

Vu ce que nous avons découvert dans son pantalon, le doute s’est insinué lentement, allons nous pouvoir supporter l’intromission de cet engin qui dépasse de loin tout ce que nous avons connu jusqu’alors dans nos expériences passées???

– Tu as vu son gabarit, je ne pourrai jamais absorber un tel morceau dans mon cul! Grimace Juliette.
Je lui réponds.
– Idem pour moi qui suis encore plus fluette que toi. L’exercice a déjà été compliqué quand il a fallu que je lui fasse une fellation, sa verge est si grosse que j’avais des difficultés rien que pour absorber son gland.
Et quand il m’a pénétrée, je n’en revenais pas, pas tant par la longueur de son sexe qui est déjà hors-norme mais par le diamètre impressionnant de son chibre qui emplissait au maximum mon fourreau sur le point d’éclater.

– Oui, reprend Juliette, tu as vu la forme de sa bite, à la base elle a une forme légèrement triangulaire, elle fait plus de 6cm de large, soit une circonférence de presque 20cm, c’est dément!!!

– S’il n’y avait que ça! Je n’ai jamais vu un homme resté en érection après avoir par 2 fois éjaculé et en parlant de ça le volume spermatique de ce mec est tout bonnement incroyable!
– Et la puissance de ses giclées! Je ne croyais pas que c’était possible. Ah c’est beau la jeunesse!

Ca y est, c’est l’heure du rendez-vous! Je vais chercher Patrick à la salle d’attente et le fait entrer dans mon cabinet.
– Bonjour Patrick, entre et déshabille toi, je me lave les mains et vais m’occuper de ton dos!
Quand je me retourne, il est déjà installé sur la table de massage mais il m’a prise au mot, il est couché sur le ventre, entièrement nu!!!

Je m’approche de lui sans rien dire et commence à manipuler sa colonne vertébrale, je commence par les cervicales puis les dorsales, les lombaires.
J’arrive au sacrum et masse les dernières vertèbres avec mes pouces, les deux mains bien à plats, étalées sur ses fesses musclées. Sa verge est coincée entre son ventre et la table de massage écrasant ses testicules de chaque coté de la hampe entre ses cuisses.
Juliette vient de nous rejoindre après avoir fermé à clé la porte du cabinet.
Je demande à Patrick.
– Mets-toi sur le dos.

Patrick se retourne et met ses 2 mains sous la tête, sa bite est nonchalamment posée sur sa cuisse gauche qu’elle traverse presque en entier. Je reprends mes manipulations et Juliette ne voulant pas rester spectatrice lui masse les pectoraux.

Nos 4 mains commencent à lui faire de l’effet, tout doucement nous voyons la belle courbe de sa verge molle se raidir et se redresser, elle s’allonge par à- coups et dépasse maintenant sa cuisse.
A chaque compression de ses muscles abdominaux qui pulsent dans les corps caverneux de cette magnifique verge une nouvelle dose de sang, nous voyons sa bite faire des soubresauts puis retomber sur son corps musclé.
A chacune de ces pulsions sanguines son sexe gagne du terrain vers le centre de son corps. Lentement, tout doucement, nous assistons à la montée en érection de ce fabuleux chibre qui se rapproche de son nombril en continuant à gagner de la longueur, millimètres par millimètres, centimètres par centimètres.

Ça y est, son membre est enfin dans l’axe de son corps cachant de plus de 5cm son nombril, décollant de son corps de plusieurs centimètres et retombant lourdement à chaque contraction des muscles internes servant à l’érection de l’organe sexuel masculin.
Quel beau cours d’éducation sexuel!

Nous ne pouvons résister à l’appel muet de ce sceptre royal en attente sur ce beau corps de jeune mâle.
Je dirige ma main droite vers son bas-ventre et me saisis de ce pieu en bois de fer, le redressant à la verticale.
Juliette, suivant mon exemple pose sa main gauche au dessus de la mienne cachant la 1ère moitié de la hampe, ma deuxième main vient prendre place au dessus de la sienne bientôt suivit de celle de Juliette.

Nos quatre mains n’arrivent pas à cacher la totalité de son gland qui devient violacé sous la pression de plus en plus forte que nous exerçons sur sa verge. Je me penche pour lui donner des coups de langue.

Pendant plus d’une demi-heure nous nous relayons sur ce colosse de chair, masturbation, fellation, malaxage des boules, une bouche avalant le gland pendant que l’autre lui gobe ses œufs, stoppant nos mouvements quand nous voyons aux crispations du visage de Patrick qu’il va exploser sous nos caresses, quand soudain il se met à hurler.

– Je n’en peux plus les filles, attention je vais tout lâcher, aaarrrgggg!!
Nous avons gardé chacune une main sur son sexe dressé à la verticale.

Un geyser phénoménal s’expulse du méat montant à plus d’un mètre avant de retomber sur son ventre, les suivants se succèdent très rapprochés les uns des autres avec autant de puissance.
Il pleut du foutre partout, nos mains et nos bras en sont recouverts et nous devons nous reculer précipitamment mais sans le lâcher pour ne pas en avoir plein nos vêtements.

A partir du 4ème jet, la pression éruptive baisse mais le volcan ne se tarit pas avant une septième et dernière coulée de lave et comme nous nous y attendions d’après notre expérience de la semaine dernière, il est toujours sous pression.
Son défonce-cul est toujours aussi dur, toujours aussi grand, toujours aussi gros. Le miracle a encore eu lieu!!!!

– Bon les filles, après cette mise en bouche, si on passait au plat de résistance, je suis prêt à tenir ma promesse si vous n’avez pas changé d’avis, je vous promets d’y aller en douceur, enfin il faut ce qu’il faut! Qu’est ce que vous attendez pour vous mettre à poil?

Aussitôt déshabillées, il fait mettre Juliette à quatre pattes au sol position levrette, il me fait écarter ses cuisses le plus possible, il lui écarte aussi les fesses de ses mains douces.
Il plonge enfin le visage dans son entrejambe torride, lui suçant l’œillet d’une façon que je ne connais pas encore.
Sa langue lui fouille l’entrée du cul. Elle tourne doucement en forçant pour s’enfoncer de plus en plus profondément la faisant se cambrer le plus possible pour offrir son trou.
De temps en temps la langue vient se poser sur son clitoris puis glisse le long de sa fente écartant légèrement ses lèvres jusqu’à rejoindre à nouveau son petit œillet. Celle-ci est trempée de son propre jus car elle ne peut résister à ce genre de caresses.

La langue s’est arrêtée de la fouiller et maintenant, ce sont des doigts qui la visitent.
Tout d’abord, un premier qui glisse sans problème dans sa chatte pour se lubrifier avant de ressortir et de s’enfiler directement dans son cul de façon beaucoup plus douce et lente.
La progression de ce doigt dans son cul est tellement lente qu’elle peut sentir sans douleur l’écartement de son rectum que celui-ci provoque au fur et à mesure de son avancée.

Une fois bien au fond, il entreprend des mouvements de va et vient sans ressortir, d’abord lentement puis de plus en vite, jusqu’à ce que son doigt ne soit plus assez lubrifié et que le mouvement devienne difficile et irritant pour elle.
Un deuxième doigt puis un troisième prennent possession de son cul et entament de la doigter avec violence et fermeté ce qui a pour effet de l’exciter encore plus.
Il les remplace par ses pouces qui écartent au maximum son cul en tirant de chaque côté Le jeu des chaises musicales dure encore le temps de quelques changements, lorsqu’il présente son gland devant son cul déjà ouvert.

Je vois maintenant son sexe dans toute sa longueur et dans toute sa dimension, il enduit copieusement d’huile de massage son pénis et le cul de Juliette…

Sa verge est fièrement dressée, je la dirige dans son anus dilaté au possible par ses quatre doigts quand le gland s’enfonce en elle.
Je vois en gros plan son petit trou se distendre sous la pression qu’il exerce et qui absorbe son gland qui est compressé par les muscles du sphincter avant de réussir à franchir la frontière de son petit trou, les larmes coulent sur les joues de Juliette.

Il est dans son ventre, elle pleure de douleur sans un cri mais le garde en elle, il lui semble subir un supplice, le supplice du pal, elle qui adore se faire enculer par mes godes mais le sien est XXL, ce n’est plus du plaisir c’est du pur bonheur mais c’est en même temps horrible de souffrance.
Doucement il rentre centimètre par centimètre avec une lenteur exaspérante toute la longueur de sa colonne de chair interminable.
Elle attend que la douleur s’estompe, son cul est plein, elle sent le pieu dans son ventre, il va et vient, il entre de mieux en mieux, sa rondelle se dilate autour de ce pieu titanesque, enfin elle prend son plaisir.

Il alterne entre son cul et sa chatte. Plus il effectue des passages dans sa chatte et plus le retour dans son cul est facile. Elle se délecte de l’alternance de pénétration entre ses deux trous.

Quand il estime que son cul est assez lubrifié, il commence à la limer de plus en plus vite et de plus en plus fort. Elle hurle de douleur et de plaisir, j’ai l’impression qu’il la déchire sous les coups de boutoir de son énorme jonc que je qualifierai de batte de base-ball. Il la besogne de longues minutes, 10 ou 15, je ne sais plus, avant de se retirer.

– A toi la doctoresse!

Il est là, debout devant moi, avec son braquemart géant encore raide qui pointe dans ma direction.
Je suis incapable de détacher mon regard de son chibre, obnubilée par une seule chose, m’emparer de son truc, le peser, le tâter, le branler, de faire sortir cet énorme gland de sa peau, de prendre sa queue de cheval dans mes mains.

Je palpe son lourd paquet de couilles. Quelle masse de bite et de couilles il a!
Il me fait me pencher le ventre appuyé sur la table, étale de la mouille et de l’huile sur mon anus et y enfonce son majeur tout entier, puis un deuxième doigt.
Il les fait aller et venir, puis tourner dans mon cul. Je sens un troisième doigt s’y introduire. Je n’en ai jamais eu autant dans le cul. La sensation est très étrange, je ressens un peu de douleur, mais c’est si spécial, je me sens souillée.

Il prend appui sur mes épaules avec ses mains. Mon trou est encore élargi et Patrick tente d’y introduire son gland bien lubrifié.
Je l’entends souffler fort mais mon anus ne cède pas devant sa queue qui plie mais n’arrive pas à rentrer.
Il gémit et essaie de s’enfoncer à nouveau. Mais je suis si tendue que je ferme le passage. Je sens le corps de Patrick se tendre également, je comprends qu’il s’énerve.
Il lubrifie abondamment mon cul et sa bite à nouveau et appuie de toutes ses forces. La douleur est terrible, mais je ne veux pas crier, ni le supplier d’arrêter.
Je pose une main sur cet imposant phallus pour contrôler l’intromission si douloureuse, il pousse violemment en avant et ouvre enfin ma fleur.
Le gland massif s’écrase en se frayant un passage et efface l’anneau qui l’avale puis regonfle à l’intérieur de mon cul. Je pousse un hurlement de folie.
– « Oooouuuh!!! S’il te plait ……Non, je t’en prie ….. J’ai mal … J’ai trop mal …. S’il te plait nonnnnnnnn …. Tu es beaucoup trop gros!

Il garde son contrôle, mon œillet s’est resserré juste après le passage emprisonnant son énorme gland en forme de champignon, la douleur est atroce dès qu’il essaie de bouger en avant ou en arrière, sa formidable hampe patiente à l’extérieur.
Il reprend enfin l’initiative et enfonce d’un coup de rein plus profondément son énorme engin.
Sa bite progresse doucement mais sûrement dans mon anus, elle me le déchire mais s’enfonce toujours davantage. Resserrant les cuisses sur sa tête chercheuse, je grimace, je grogne. Je pleure.
Je sens la lente progression du gland qui me déchire les entrailles. Mes yeux sont exorbités. J’ai mal mais la douleur n’est rien comparée au plaisir que j’éprouve à sentir la lente progression de cette hampe sans fin.
Il veut rentrer tout entier et appuie de tout son poids. Au bout d’un temps qui me parait interminable, je sens qu’il arrive à la garde.
Il se penche sur moi et attrape mes seins à pleines mains, les pressant l’un contre l’autre.
Dans cette position, il commence à aller et venir dans mon cul doucement.

Cette situation et ces sensations n’en finissent plus de m’exciter, je sens ma cyprine couler le long de mes cuisses. Il semble s’attendrir quand il a voit mes larmes…
Je sens son sexe aller et venir dans mon anus avec force et chaque fois qu’il l’enfonce jusqu’à la garde je hurle de douleur.
Mais rapidement, mes sensations se modifient, je commence à aimer me faire déboiter le fion. Son sexe continue à remplir mon cul, la situation est tout de même plus agréable et je me détends
– Oohhhhhhhh ….. Oh, mon Dieu …. Ohhhhh ……. Nonnnnnnn …. Que m’arrive t’il? ….. Mon Dieu, je vais jouiiiiiiiiir !….
Patrick doit le sentir car il y va de plus en plus fort, je suis en sueur, je prie pour que ça continue, pour qu’il n’éjacule pas maintenant! Juliette se glisse sous moi pour me lécher le clitoris.
La langue couplée à la sodomie vigoureuse qui m’est administrée provoque son effet, et une deuxième vague de jouissance m’envahit

Je vais atteindre le septième ciel quand je lui crie:
– Encule moi plus fort, j’aime que tu m’exploses le cul, défonce moi l’anus !! …
Il sort la queue de mon cul, et vient plonger dans ma chatte pour se lubrifier correctement le chibre.
Le contraste est saisissant, autant la progression dans mon cul était lente, autant sa queue s’est enfilée jusqu’à la garde dans ma chatte sans résistance.
Puis peu à peu, la douleur s’estompe et un immense plaisir m’envahit. L’énorme membre glisse désormais comme dans du beurre. Il est derrière moi depuis qu’il a commencé à m’enculer mais il me redresse me déchirant le cul avec violence.

Il veut changer de position, il me retourne face à lui, met mes bras autour de son cou et mes jambes autour de ses hanches. Il me porte, attrape son pieu et le présente a mon anneau et lorsque je suis au dessus de sa bite il me laisse retomber brusquement dessus m’empalant jusqu’à ce que mes fesses écrasent ses testicules.

Sa bite rentre vraiment très profondément dans mon cul et il n’y va pas de main morte… Il me pilonne plus fort qu’il ne l’a jamais fait en haletant.
Je ne peux plus me retenir de crier de plaisir. Je m’abandonne complètement et hurle, hurle… Ça l’excite, il me traite de bonne petite pute. Heureusement que nous sommes seuls.

Il gémit très fort et me dégage de son vit qui vient frapper son ventre et envoie un nombre incalculable de giclées de foutre blanc très consistant tellement puissantes que mon visage et mes seins sont criblés d’impact de sperme qui coule le long de mon corps ! Il jouit, je jouis, nous jouissons tous les deux en même temps.
C’est si bon ! Nos deux corps ne font plus qu’un, c’est l’ascension de l’Himalaya. Je ne peux retenir des petits gémissements. C’est tellement fort, puissant… C’est l’apothéose !

Sa bite à moitié débandée s’est courbée devant ses testicules, elle est toujours aussi impressionnante, elle ressemble à la bite d’un cheval.

Il m’avoue que j’exerce une profession ouverte à de belles rencontres et qu’il a trouvé sa voie. Il veut devenir ostéopathe promettant que ses futures clientes se souviendront de ses « manipulations » que ça soit avec ses mains ou avec autre partie de son corps.

Enfin, vous voyez de quoi je veux parler!!!!!!

Et c’est reparti pour un tour! Juliette ayant posé sa main sur son engin, il retrouve illico son érection majestueuse pour notre plus grande joie.

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

Fantasmes / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.