332 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Patrick - 914 Vues

Ostéopathe, quel beau métier, Géraldine espionne sa soeur.

OSTÉOPATHE, quel beau métier
Ma sœur Géraldine m’espionne.
Christelle:
Je m’appelle Christelle et j’ai 25 ans plutôt jolie, 1 m 62, 55kg, blonde, avec une belle poitrine arrogante. J’ai fais la connaissance de Patrick F, mon ostéopathe et nous avons eu une aventure… L’homme est attirant, la trentaine, marié, mais surtout c’est un étalon de 1ère classe très bien doté par Mère nature.

J’ai tellement aimé ses « prestations » très spéciales dans son cabinet que ne pouvant plus m’en passer, je l’ai invité chez moi et que régulièrement nous faisons l’amour dans ma chambre.

Je vis avec ma sœur cadette Géraldine, malheureusement un accident de moto l’a clouée dans un fauteuil roulant depuis deux ans. Elle vit très mal les faits et déprime.
Les médecins disent que rien ne l’empêche de remarcher maintenant du coté physique, avec une rééducation appropriée mais surtout avec la volonté de s’en sortir, elle doit pouvoir remarcher.
Ce n’est pas la 1ère fois que je ramène un homme dans ma chambre et elle en a l’habitude.
Elle est très frustrée car depuis son accident, la plupart de ses connaissances l’ont laissé tomber. Les hommes plus particulièrement.

Je vais lui laisser la plume pour la suite de l’histoire.

Géraldine.

Coincée dans cette appartement à longueur de journée, je me suis recyclé dans l’informatique pour travailler à domicile et suis devenue une experte dans ce domaine.

J’ai vingt ans et bien qu’étant une fille bien faite question formes et proportions, je me suis renfermée et peu encline « aux choses du sexe » depuis mon accident alors qu’avant j’adorais ça.
Un flirt suivit d’un rapport complètement raté et navrant n’a pas amélioré mes dispositions à « coucher » et encore moins avec n’importe qui.
Cela fait quelque temps que Christelle se fait sauter par un nouveau Julot.
Je crois qu’il s’appelle Patrick, au début je n’y faisais pas attention mais je me suis vite rendue compte que ce n’était pas comme d’habitude.

Le lendemain de sa présence, je retrouvais ma sœur complètement exsangue, des cernes sous les yeux, le regard béat.
J’ai alors fait un peu plus attention arrêtant de prendre mes médicaments contre la douleur et qui me font tomber comme une masse tous les soirs.
Je me suis alors rendu compte du changement par rapport à ses amants habituels d’un soir.
Alors que d’habitude elle les jetait dehors après avoir fait l’amour une à deux heures plus tard, Patrick ne partait que le lendemain matin.

Un soir je me suis mise derrière la porte de sa chambre et l’ai entendue gueuler des insanités toute la nuit, à croire qu’il y avait plusieurs hommes qui lui passaient dessus.
J’ai profité de la journée suivante pour poser plusieurs caméras espions dans la chambre de ma sœur en attendant sa prochaine venue.

Une semaine plus tard, Christelle a ramené Patrick pour une nouvelle nuit de débauche.
J’ai allumé mon ordinateur et regardé mes caméras, mettant en gros plan celle qui donnait le meilleur champ.
Ils se sont déshabillés mais je ne voyais Patrick que de dos. Il est bien bâti et a de très belles fesses.

Soudain il s’est retourné face à la caméra et quelle n’a pas été ma surprise en voyant apparaître un sexe monumental, raide comme la justice et pratiquement plaqué contre son ventre.
Un véritable obélisque, aussi large que mon poignet, presque aussi long que mon avant-bras, et qui se terminait au niveau de son nombril par un gland monstrueux, bien plus large que la hampe déjà hors normes.
Dessous se balançait une paire de couilles proportionnelles à la colonne de chair.
J’en suis restée littéralement ahurie, hébétée, stupide. Je n’ai jamais connue de tels braquemarts!
Cette bite si volumineuse était disproportionnée par rapport au corps de Patrick.
Il s’est penché sur Christelle et lui a murmuré à l’oreille. Elle a hoché la tête. Il s’est allongé sur le lit. Christelle s’est positionnée debout une jambe de chaque coté de lui.
Je voyais qu’elle était plus que consentante, car elle allait d’elle même en s’accroupissant au devant de son sexe en tendant ses fesses pour caresser la virilité sur le ventre de Patrick en murmurant.
– A part toi, je n’en ai jamais connu de pareil dans le ventre !

Puis, sans attendre, elle s’est retournée et l’a chevauché en amazone. Patrick a saisi sa bite à deux mains pour la tenir à la verticale. Christelle a soulevé le bassin et lentement s’est empalée sur le pieu monstrueux.

J’essayais de me concentrer sur mon écran, changeant de prise de vue, mais j’avoue que cette vision porno en gros plan me troublait beaucoup.
Voir ce gigantesque pal écarteler la petite chatte velue de ma sœur faisait plus que m’émouvoir. J’avais le ventre en feu et mon slip était complètement trempé. Je réalise que ça ne m’est plus arrivé depuis mon accident.

Il a fallu à Christelle de nombreux va-et-vient pour s’empaler complètement sur l’énorme bite de Patrick.
En zoomant je voyais le sexe de Christelle complètement distendu par le pal qui la pénétrait. Elle montait et descendait lentement, les yeux fermés, se mordant la lèvre inférieure.
Christelle le chevauchait lentement et à ma surprise, eu très rapidement un orgasme qui parut la dévaster. Elle est restée de longues secondes courbée en avant, les seins plaqués contre le torse de Patrick.

Puis elle a reprit sa chevauchée lente, a eu un deuxième puis un troisième orgasme.
Patrick l’a alors retournée et l’a prise en levrette.
Elle enchaînait les orgasmes les uns après les autres. Patrick a continué de besogner Christelle en levrette tout en lui introduisant ses doigts dans le petit trou. Elle avait l’air d’aimer ça. Enfin, Patrick s’est retiré d’elle puis a appuyé sa verge au niveau de l’anus de Christelle.
Fait attention, tu es si gros !a-t-elle dit.

Dans le viseur, je voyais l’incroyable verge progresser dans les reins de Christelle qui maintenant hurlait de douleur ou de plaisir et essayait de faciliter l’intromission en tortillant du croupion.
Patrick la tenait fermement et continuait sa progression. A mon grand étonnement, sa verge phénoménale est entrée entièrement entre ses fesses.
Puis les lents va et viens de Patrick ont progressivement éveillés le plaisir de Christelle qui est devenue une véritable chienne en rut.
Elle abreuvait Patrick de gros mots et poussait son derrière sur le gros chibre afin de se faire pénétrer encore plus profondément. Hurlement de plaisir de Christelle qui s’est complètement effondrée sous Patrick. Il est endurant car il n’a toujours pas jouit.
Il retire son pieu des reins complètement dévastés de Christelle.

Je continue de filmer. Il est toujours aussi raide et après quelques minutes de repos recommence à la prendre; amazone…. levrette… sodomie…. Tout y passe.
Christelle glapit, hurle, brame, beugle, couine, jouit, jouit et jouit encore.
Personnellement, je ne suis pas loin d’avoir un orgasme spontané. Cette chatte dévastée par cette énorme queue en gros plan sur mon écran, associée aux cris de jouissance de ma sœur font que ma culotte est à essorer.
J’ai terriblement envie de subir le même sort, d’être à la merci de ce sexe monumental. Malheureusement le moindre mouvement brusque m’est douloureux.
Patrick finit brutalement Christelle par des coups de boutoirs d’une force inouïe. Elle hurle son plaisir puis se tait ravagée.

Il lui demande alors.
– Je n’ai pas joui de la soirée, cela t’intéresserait-il que je me libère sur toi et dans ta bouche ?
Je restais coite d’une telle proposition. J’étais hébété.
Je regardais sottement mon écran la bouche ouverte, mon regard hypnotisé sur sa bite toujours aussi raide et droite qui dodelinait à moins de vingt centimètres du visage de ma sœur.
J’étais tellement mouillé et en transe.
Elle a acquiescé en hochant timidement de la tête.

Patrick s’est ensuite positionné devant elle et a présenté son mandrin devant sa bouche.
Il a alors saisi les deux mains de Christelle et les a positionnées sur son engin, je le voyais en gros plan, ses mains n’en faisaient pas le tour, loin s’en faut.
Elle a ouvert la bouche, mais n’a pu y mettre que le gland et quelques centimètres de cette hampe magnifique, et encore avec peine. Elle a sucé l’énorme gland tout en le branlant frénétiquement.
J’admire la prestation de ma sœur, ayant pratiqué ce sport très souvent, mais avec une seule main et une mise en bouche qui n’avait rien de commun avec ce qui étouffait presque ma sœur.

Quelle n’a pas été ma surprise quand quelques minutes plus tard elle recevait une énorme giclée dans la gorge essayant de sortir cette tête cracheuse de sa bouche, mais Patrick lui tenait fermement la nuque.
Elle a reçu une deuxième puis une troisième giclée très abondantes avant que Patrick ne retire son pieu.
Elle avait la bouche débordante d’une quantité incroyable de sperme lui déclenchant un formidable orgasme. Christelle était cramponnée à sa bite et jouissait comme une folle. Durant son orgasme, Patrick a continué à éjaculer pendant un temps qui me paru interminable. La couvrant d’abondantes giclées sur les lèvres, le front, les cheveux, l’ensemble du visage. Cela n’en finissait plus. Ses yeux ne voyaient plus, complètement collés par sa semence.
Tout son visage était ruisselant de sperme et il en arrivait encore et encore. Enfin, les jets se sont faits moins drus et c’est sa poitrine qui fut copieusement aspergée.

Patrick lui a passé une serviette sur les yeux afin qu’elle puisse voir mais il s’est bien gardé d’enlever le sperme de son visage et de ses seins. Il lui a dit qu’elle était très sexy maquillée de la sorte. J’ai été éberluée de voir que sa bite était toujours en érection, toujours aussi raide.

Patrick se leva la queue toujours aussi fière, alla boire un verre d’eau puis lui demanda tout sourire si elle voulait arrêter et sans attendre sa réponse, il la coucha sur le lit et la prit sur le champ en position du missionnaire.
Christelle recommençait à couiner complètement investie par le pieu de Patrick qui la besogna pendant une quinzaine de minutes.
Christelle appréciait à en juger par le volume sonore. Il la termina par une sodomie magistrale qui lui fit oublier jusqu’à son nom.

Quand il lui ordonna soudain.
– Recommence à me branler!
Avant qu’elle ne puisse esquisser un geste ou dire quoi que ce soit, il avait de nouveau pressé son mandrin sur ses lèvres.
Elle a recommencé à pomper tout en le masturbant. Il lui a fallu un peu plus de temps que la 1ère fois pour parvenir à l’orgasme.
Il a maintenu sa tête le gland à quelques centimètres de sa bouche et elle a pu avaler ses giclées au fur et à mesure de leur arrivée. J’en ai compté dix. Puis il y en a eu encore deux destinées à ses seins.
Patrick a alors entrepris de l’oindre presque entièrement le corps de son sperme en s’en servant comme d’un onguent. Il lui en a étalé sur l’ensemble du buste et du dos, ainsi que sur les jambes et les cuisses et bien évidemment sur le visage et le cou.

– Va te savonner avec mon foutre, c’est bon pour le teint puis quand tu te seras rincée, reviens t’occuper de Popaul, il te réclame déjà!

Effectivement, il a débandé à peine quelques minutes mais je vois de nouveau une barre de fer fièrement dressée sur son bas-ventre, je n’ai jamais vu un étalon pareil!
En partant vers la douche, Christelle vient de repérer une de mes caméras et me fait un signe de la main. Rouge de honte, j’éteins mon ordi et essaie de trouver le sommeil.

Mes rêves sont pleins de faunes avec des verges monstrueuses qui me défoncent pendant des heures.

Mais je préférerais celle de Patrick!

Voir toutes les histoires de Patrick

Voir les photos de la bite de Patrick

.......

A propos de l'auteur :

Mon mail pour me contacter : t229602@orange.fr Toujours à la recherche de nouvelles idées, vous pouvez me proposer un sujet. Si vous cherchez une âme sœur pour épancher votre cœur, je veux bien me dévouer pour vous écouter.

En famille / Fantasmes / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.