335 histoires érotiques et pornographiques fantasmes récits coquins gratuits ont été publiés pour vous ! 👀

- Anonyme - 1659 Vues

Un défi

Je ne suis pas à proprement parler ce que l’on appelle une belle femme au sens stricte du terme. Le temps de mes 20 ans est déjà loin… Charmante, féminine et sexy sont à mon sens des adjectifs qui me conviennent d’avantage. Plutôt grande avec mes 1 mètre 75 et élancée avec mes 57 kg, je suis une femme aux cheveux longs de couleur châtain clair aux yeux noisettes. Féminine en effet puisque j’aime prendre soin de moi, en ayant toujours par exemple les ongles soigneusement manucurés et vernis, un maquillage discret sans exagération… etc. D’allure BCBG, mes goûts vestimentaires sont assez sages du fait de ma profession de secrétaire de direction en optant très souvent pour le tailleur classique, mais bref…

Nous étions en février quand ma sœur, que je n’avais plus vue depuis quelques années me téléphona pour me demander un service. Son fils Bruno suivait à cette époque une formation hôtelière en alternance et son école lui avait proposé de faire un stage en entreprise dans un des hôtel de Cannes ; elle voulait savoir si nous accepterions de l’héberger le temps de sa formation. Après en avoir longuement discuter ensemble, Christian et moi acceptâmes finalement. Bruno arriva donc à l’aéroport de Nice la semaine suivante.

Christian et moi-même restâmes surpris de constater à quel point le jeune homme avait changé au cours des dernières années. Il est vrai, que nous ne l’avions plus vu depuis longtemps. Il était devenu adolescent. Agé de 22 ans, plutôt grand et bien bâti, c’était désormais un charmant jeune homme bien que son visage témoignait encore d’un reste d’une légère acné juvénile.

Je dois dire que les premiers jours à la maison se passèrent le plus banalement possible. Nous ne le voyions que le soir, lorsque nous rentrions du travail et que lui n’était pas sortis, c’est à dire assez rarement. C’est seulement vers la fin de la deuxième semaine que je remarquais un léger changement dans l’attitude de Bruno. Peut-être me trompais-je mais je remarquais une étrange lueur dans son regard parfois. Je l’avais surpris à plusieurs reprise occuper à me détailler de manière intéressé, soit en fixant mes jambes ( très belles selon mon mari) ou d’autres parties de mon corps ! Je finis par me convaincre que la situation devait être normale étant donné son jeune âge.

C’est un soir, alors que Bruno venait de nous souhaiter une bonne soirée et qu’il sortait en ville, que Christian m’en parla à son tour. Je me souviendrai toujours de cette conversation. Nous nous apprêtions à passer à table. Venant tout juste de rentrer du travail, je portais encore mon tailleur. Christian mettait la table dans la salle à manger quand il me lança brusquement :
– Dis donc, on dirait que tu lui plais au jeune !
– Pardon ?! répondis-je à Christian.
– Tu n’as pas remarqué sa façon de te regarder peut-être ? Remarque, le spectacle est plutôt attirant ! ajouta mon mari en me faisant un clin d’œil comme je ne répondais pas.
Il faisait allusion à ma tenue puisque j’étais assise sur le canapé du salon, jambes croisées et encore en tailleur. Ma jupe retroussée à mi-cuisse offrait une vue plongeante sur mes jambes.
– Tu dis n’importe quoi ! répondis-je.
– Ce n’est pas la sensation que j’ai en tout cas moi ! Je connais beaucoup d’homme qui donnerait cher pour être assis là, devant toi, devant une femme en tailleur et talons hauts !
Je tentais alors de dissuader Christian de ses idées mais il n’y avait rien à faire. Nous en discutâmes alors longuement sans vraiment parvenir à nous mettre d’accord avant que mon mari ne me fasse finalement une proposition :
– Et bien moi je paris le contraire ! me lança-t-il ce soir là. Je paris que c’est toi qui te trompe ! Faisons l’essai et tu verras bien !
Christian me lança alors une sorte de défi ! Il souhaitait organiser une petite soirée entre nous trois, au cours de laquelle je me serais préparée à l’avance en portant une tenue assez provocante, sans être vulgaire, pour voir qui, d’entre lui ou moi, avait raison ! J’acceptais sans hésiter, ne sachant pas à ce moment là, que cette soirée s’annoncerait particulière.

Quelques jours plus tard, nous étions tous les trois dans le salon. Christian servait l’apéritif en prenant bien soin de remplir chaque verre. Assise à ses côtés, par provocation envers mon mari, je portais un tailleur classique de couleur gris, assez strict, dont la veste droite s’ouvrait sur un chemisier blanc échancré. Ma jupe tombait au-dessus des genoux, dévoilant mes jambes croisées. J’avais pris soin de chausser de hauts talons aiguilles afin de plaire à mon mari, qui raffole de cela. Bruno était assis face à moi dans un fauteuil, ne témoignant aucune attitude particulière. Christian mena la conversation du début à la fin, en se montrant très habile quant aux choix des sujets à aborder ; parlant des études de Bruno, de ses envies, de ses passions… et n’oubliant jamais de remplir nos verres quand le niveau de ceux-ci diminuait. Très vite, je remarquais que le regard de Bruno glissait régulièrement le long de mes jambes, comme l’avait alors envisagé Christian. L’alcool aidant, Bruno, tout d’abord réservé de nature, se dévoila d’avantage en prenant part à la conversation. Je dois avouer pour ma part, que l’effet du Martini se faisait sentir de plus en plus. Ma tête commençait à tourner légèrement, pas suffisamment tout de même pour ne pas remarquer les regards de plus en plus fréquent de mon neveu à mon égard.
Puis brusquement Christian se leva en me demandant de bien vouloir venir l’aider à la cuisine afin d’aller chercher  » deux ou trois petites choses à grignoter « .
– Alors qui avait raison ? me lança-t-il triomphalement une fois sortie du salon.
– C’est vrai, je suis d’accord ! lui répondis-je. Et alors cela change quoi ?
Christian me regarda longuement avant de répondre :
– Et si tu lui montrais un peu plus que tes jambes ?
– Quoi ?!
– Tu as peur ? Tu n’es pas capable de le faire ?
Interloquée, je ne répondis pas tout de suite.
– C’est bien ça, tu as peur ?
– Ca t’exciterais peut-être que je m’exhibe, hein ? fis-je.
Je me sentais alors vexée. Sans savoir pourquoi, le ton de mon mari m’avait froissé.
– Oui beaucoup, me répondit-il sans la moindre gêne.
– Très bien alors !
J’avais répondu sans la moindre hésitation.
– Tu es d’accord ?
Sans même répondre, je retournais au salon, suivit de Christian.

Une fois installés, la conversation reprit. Christian raconta plusieurs anecdotes au sujet de notre vie commune auxquelles nous rîmes bien volontiers. Bruno semblait complètement détendu maintenant. Puis, tout en continuant de bavarder, Christian posa une main sur ma jambe, et entreprit de me caresser discrètement la cuisse tout en faisant lentement remonter ma jupe. Bien évidemment, Bruno n’avait rien perdu du spectacle, car très vite, les hauts de mes bas noirs se faisaient visible. Je me demandais jusqu’où Christian serait prêt à aller. Même à cet instant, j’étais bien loin de la vérité, car très vite je me rendais compte que, non seulement, mon neveu pouvait voir le haut de ma lingerie, mais aussi, la bretelle de mon porte-jarretelles qui se dessinait sur ma peau blanche !
– Ca suffit voyons chéri ! fis-je aussitôt en repoussant sa main.
Cette fois cela allait trop loin.
– Ca te plait de montrer mes jambes de cette façon !?
Christian me dévisagea en souriant :
– Très franchement oui chéri ! Le spectacle est agréable, n’est-ce pas Bruno ?
Je n’en revenais pas !
Bruno ne répondit pas. Ses joues s’empourprèrent brusquement et il baissa les yeux..
– Et puis cela m’excite de caresser tes cuisses au travers de tes bas ! ajouta Christian en souriant bêtement.
Je ressentis alors à ce moment là l’envie de le gifler, mais n’y parvenait pas.
– Ca te fait bander c’est ça !? lui lançais-je vulgairement.
Je voulais qu’il prenne conscience de la situation ridicule dans laquelle il nous avait mis, et le fait d’être vulgaire devait le lui faire comprendre brusquement. Mais Christian ne s’offusqua pas :
– Enormément oui, me répondit mon mari en faisant glisser sa main vers mon entrejambe !

Et avant même de pouvoir réagir, je sentis ses doigts qui commençaient à titiller mon clitoris, tandis que de son autre main, il me fit décroiser les jambes et ouvrir les cuisses ! J’étais là, jupe retroussée, jambes ouvertes, en lingerie, la main de mon mari contre mon sexe devant mon neveu !
Je serais incapable de décrire la réaction de Bruno par la suite, car Christian se redressa légèrement en me plaquant contre le canapé et en m’embrassant tout en enfonçant brusquement un doigt dans mon intimité ! J’étais sans force, incapable de me débattre tant la surprise était fulgurante !
– Allons soit gentille chérie, me disait Christian tout en me doigtant avec dextérité.
La situation devait m’avoir excitée sans vraiment m’en rendre compte, car j’étais déjà très humide à ce moment là, et je commençais à sentir le picotement caractéristique du plaisir dans le bas du ventre. Et incroyablement vite, sans rien pouvoir faire, j’eus un orgasme foudroyant, qui me fit hurler de plaisir !
Christian me lâchant aussitôt en se mettant debout devant moi. Mes yeux rencontrèrent ceux de Bruno et je me sentis rougir de la tête aux pieds à cet instant.
– Reste comme ça ma chérie, me lança Christian. Ne change pas de position, mais redresse-toi, fit-il.
A ma grande surprise, je vis mon mari ouvrir la braguette de son pantalon en tournant la tête vers mon neveu :
– Approche Bruno, tu vas avoir ce que je t’ai promis, lui lança mon mari !
Je vis mon neveu se lever et rejoindre mon époux à ses côtés, tandis que Christian faisait sortir son pénis de son pantalon !
– Suce moi chérie, me demanda Christian. J’ai promis à ton neveu qu’il pourrait te regarder faire et ensuite avoir droit au même traitement ! Mais rien de plus, c’est le marché !
Je n’en revenais pas !!

Christian prit ma main et la posa sur son sexe brûlant. C’est à ce moment là, que je me suis sentie partir. Assise devant mon époux et mon neveu, les jambes écartées comme une salope, j’ai commencé à lentement masturber mon mari, puis à donner de grands coups de langue le long de sa verge tendue. Bruno ne disait rien. La respiration saccadée, il m’observait. Je le fixais droit dans les yeux tandis que je faisais courir ma langue frétillante le long de cette colonne de chaire tremblante de désir.
– Humm…. Quelle salope tu fais chérie ! me lança Christian en se cambrant en arrière afin de m’offrir toute la longueur de sa queue.
Le fait qu’il m’insulte eût l’effet de me rendre folle d’envie. J’avalais brusquement sa bite en prenant bien soin de l’emboucher jusqu’au fond de la gorge ou je la retenais longuement afin de l’aspirer. Christian se mit à souffler bruyamment :
– Sale pute ! m’insulta-t-il. Pompe-moi bien !
Je me mis alors à le sucer comme une dingue tout en le branlant fébrilement de mon autre main ! Puis je saisis ses couilles en les pressant violemment.
– Regarde bien Bruno… fis mon mari. Regarde bien après ce sera ton tour….
Je plongeais mon regard dans celui de mon neveu tandis que ma bouche allait et venait le long de la verge de mon mari. Très vite, je sentis que Christian allait jouir. Il se dégagea alors brusquement et agita sa queue au-dessus de ma bouche avant d’éjaculer en plusieurs longues giclées violente. Son sperme m’inonda le visage, les cheveux et le cou avant que je puisse avaler sa queue de nouveau en gloussant de plaisir.
– Nettoies-moi la queue chérie, me lança Christian en grognant.

Je m’exécutais non sans dissimuler mon plaisir tout en m’attaquant à la braguette de mon neveu. Je fis sortir sa queue de son pantalon sans le moindre mal tant le garçon était excité ! Il bandait comme un fou ! Je me suis alors évertuée de lui offrir un souvenir impérissable de son passage chez sa tante, sous les yeux de mon mari Christian… Il jouit dans ma bouche pour mon plus grand bonheur en hurlant littéralement de plaisir. Je fis volontairement durer ce plaisir en gardant sa verge longuement en moi tandis qu’il éjaculait, sans le quitter des yeux. Ce fut seulement après qu’il eut complètement débander, que je consentis à me retirer…

Le reste de la soirée se passa sagement autour de la table. Mon neveu Bruno parti quelques jours plus tard sans jamais revenir sur le sujet. Mon mari avait été clair sur ce point. Il ne devait s’agir que d’une fellation… rien de plus. Et depuis ce jour, je dois avouer que mon époux m’a fait découvrire d’autres versions de l’amour…

.......

A propos de l'auteur :

En famille / Hétéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrire le résultat de l\'opération dans la case * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.